Thales-Rebond attendu cette année après une chute du bénéfice en 2020 – Foot 2020

38

PARIS, 4 mars (Reuters) – Thales TCFP.PA a dit s’attendre jeudi à un rebond de la plupart de ses activités en 2021, après avoir vu ses ventes et bénéfices chuter l’an dernier à cause de l’impact de la crise sanitaire du coronavirus.

L’équipementier pour l’aérospatiale, la défense et la sécurité a aussi confirmé le versement d’un dividende au titre de 2020, de 1,76 euro par action contre 2,65 euros en 2019, après ce que le président-directeur général du groupe, Patrice Caine, a qualifié de marges “complètement décentes” conformes aux attentes du marché.

Thales a fait état d’un bénéfice d’exploitation (Ebit) en recul sur un an de près de 33% à 1,35 milliard d’euros, alors que le chiffre d’affaires a chuté l’an dernier de 7,7% pour s’établir à 16,98 milliards d’euros. Les prises de commandes ont décliné de 3% à 18,47 milliards d’euros.

Selon les données Refinitiv, les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice d’exploitation de 1,34 milliard d’euros avec un chiffre d’affaires à 16,97 milliards d’euros.

Pour l’année en cours, le groupe français prévoit un chiffre d’affaires compris entre 17,1 milliards d’euros et 17,9 milliards d’euros, et une marge d’Ebit se situant entre 9,5% et 10% contre 8% sur l’année 2020.

Interrogé sur un objectif 2021 se situant dans la fourchette basse des attentes des analystes, qui anticipent en moyenne un chiffre d’affaires d’environ 17,9 milliards d’euros, le PDG de Thales a déclaré qu’il n’y avait “pas de surconservatisme de notre part”.

“Je crois simplement, en début d’année, que cela traduit le fait qu’il y a encore pour la partie aéronautique beaucoup d’incertitudes (…) Pour autant, ça reste au-dessus des 17 milliards de l’année dernière”, a ajouté Patrice Caine devant les journalistes.

Le directeur financier Pascal Bouchiat a déclaré que l’objectif de chiffre d’affaires pour 2021 suggérait une croissance annuelle de 2% à 6% à périmètre constant.

La plupart des activités du groupe connaîtront une “croissance significative” cette année, a-t-il poursuivi, ajoutant toutefois que les revenus de l’aérospatiale déclineraient à nouveau “de plusieurs points de pourcentage” après avoir plongé l’an dernier.

Thales a fait savoir qu’il entendait poursuivre sa restructuration et effectuer des économies supplémentaires dans la foulée de l’intégration des activités de Gemalto en 2019.

Patrice Caine a déclaré que le groupe surveillait la pénurie mondiale de semi-conducteurs, mais que cela n’était “à date pas matériel” pour Thales.

Les ventes dans le secteur défense et sécurité, la principale division de Thales, ont décliné l’an dernier de 2,2% tandis que les nouvelles commandes sont restées stables.

Dans un contexte de menaces sécuritaires croissantes, les dépenses en matière de défense grimpent alors que l’aéronautique civile est au point mort, marquant une inversion de la tendance constatée il y a dix ans, quand la demande en appareils commerciaux occupait le devant de la scène.

(Tim Hepher; version française Jean Terzian, édité par Jean-Stéphane Brosse)