Torino, le bilan de la saison 2019/2020 – Championnat d’Europe 2020

12
Torino, le bilan de la saison 2019/2020 - Championnat d'Europe 2020

Après une saison comptable record, on attendait beaucoup du Torino pour l’exercice 2019-2020. La saison commençait tôt, puisque les Granata ont bénéficié de l’accord UEFA-Milan AC et de la place vacante en tours préliminaires d’Europa League. L’objectif était donc de se qualifier pour les poules, et de se qualifier de nouveau pour l’Europe en fin de saison.

Au final, l’échec est total. Pire, le Torino est peut-être l’équipe la plus décevante de la saison. Plutôt que de jouer le top 6, le club turinois a dû batailler jusqu’au bout pour se maintenir. D’ailleurs, le Torino n’est nul autre que la pire équipe du championnat sur la seconde moitié de saison. En effet, les Piémontais ne comptabilisent que 3 petites victoires, 4 nuls et 12 défaites.

Des résultats qui ont collé un numéro sur la saison du Toro : le 16. Le club a terminé à 16e place, en étant la 16e attaque (46 buts marqués) mais aussi la 16e défense (68 buts encaissés) du championnat. Des chiffres qui font froid dans le dos.

Mais pour positiver un peu, la saison a permis de se rendre compte que cet effectif et ce système avaient atteint leurs limites, et qu’il est impératif de changer de cycle. D’autant plus que beaucoup de joueurs ont manifesté leur souhait de partir, tandis que d’autres n’ont tout simplement pas le niveau pour assumer des objectifs de premier plan.

La saison du Torino :

16ème en Serie A (40 points)

1/4 de finaliste en Coppa Italia (élimination contre le Milan AC)

Meilleur buteur : Andrea Belotti (16 buts)

Meilleur passeur : Simone Verdi (7 passes)

Les entraîneurs : Walter Mazzarri et Moreno Longo

Après une saison record, Walter Mazzarri avait obtenu de son président une place de choix dans le recrutement Granata. Un choix censé combler en partie le départ de Gianluca Petrachi vers l’AS Roma. Malheureusement, le recrutement n’a pas été concluant, puisque Simone Verdi, plus cher transfert de l’histoire du club et apprécié du technicien toscan, n’a pas justifié le prix du transfert (20M d’€).

Pire, la situation du coach s’est aggravé avec l’élimination en barrages de C3. L’équipe va enchaîner les mauvais résultats et le 3-5-2 inamovible n’a absolument pas fonctionné, la faute à une défense méconnaissable. Mazzarri n’a pas osé changer ses plans, et ne sanctionne aucun de ses cadres, malgré les performances catastrophiques de certains. Parfois, le Mister tentera un 4-4-2 en cours de match, très convaincant, mais jamais adopté dès le coup d’envoi. Une frilosité qui a fini par lui coûter sa place.

Pour le remplacer, Urbano Cairo a opté pour un ancien Granata : Moreno Longo. Son objectif était simple : sauver les meubles et tenter de convaincre sa direction de le maintenir en fin de saison. Pour cela, l’ex-coach de Frosinone a fait le choix de la stabilité, en ne révolutionnant rien. Une stratégie peu payante. Néanmoins, le natif de Grugliasco a réussi à recréer un état d’esprit, qui a permis au Toro de remporter les matchs capitaux, et ainsi d’assurer le maintien.

Cependant, cela s’est avéré insuffisant pour convaincre le président Cairo, qui devrait confier le banc à Marco Giampaolo.

Le joueur à retenir : Andrea Belotti

Comme d’habitude, Il Gallo n’a rien à se reprocher sur la saison, et a probablement sauvé cette équipe avec Salvatore Sirigu. Avec 16 buts au compteur, Belotti finit la saison avec plus de 10 buts pour la 5e saison consécutive. Le Bergamasque a même établi un nouveau record pour le club, en marquant au moins un but pendant 7 rencontres de suite. Un passage de feu intervenu au meilleur des moments, lorsque le Torino était au plus près de la zone rouge.

L’international italien est donc une éclaircie dans cette saison chaotique. Reste à savoir si cet été ne sera pas le dernier dans le chef-lieu du Piémont.

Le joueur à oublier : Lorenzo De Silvestri

Nkoulou, Izzo ou Baselli auraient pu rafler la mise. Mais l’arrière droit italien reste le meilleur exemple du problème majeur de cette équipe. L’an dernier, l’ex-Doriano avait sorti une saison très convaincante, devenant même un cadre sur le terrain et en dehors. Mais cette année, ses performances ont été bien en dessous, et n’ont cessé d’empirer. À tel point qu’Ola Aina, pourtant peu satisfaisant lui aussi, a fini par récupérer sa place dans le XI de départ.

Le numéro 29 est donc une belle illustration du problème sportif : après une saison à son prime, le natif de Rome semble dans une phase descendante.

La saison prochaine

Marco Giampaolo devrait être l’entraîneur du Torino la saison prochaine. Il faudra ainsi s’adapter au 4-3-2-1, ce qui pourrait prendre du temps. Il serait donc logique de viser le maintien, voire la première partie de tableau si la mayonnaise prend rapidement.

En revanche, viser de nouveau l’Europe serait précipité. Après une saison aussi difficile, le plus important reste de retrouver la confiance et de repartir sur un nouveau cycle, à moyen-terme. Surtout qu’un renouvellement de l’effectif devrait avoir lieu, ce qui risque d’influencer les performances du début de saison. L’Europe n’est donc pas une idée judicieuse, même si les finances en auraient bien besoin.

Il faudra également convaincre Belotti voire Izzo de rester. Mais avec l’EURO 2020 reporté, les internationaux auront besoin de s’illustrer. L’été sera donc chargé.