Transports propres et hydrogène vert au cœur du plan de relance du gouvernement – Foot 2020

13

Ce jeudi 3 septembre 2020, le gouvernement a présenté son plan de relance, France Relance, pour répondre à la crise économique provoqué par la pandémie du Covid-19. Sur les 100 milliards d’euros débloqués, 30 seront consacré à la transition énergétique, dont 11 milliards pour les transports propres. L’hydrogène vert est l’un des chantiers prioritaires de l’exécutif, avec 2 milliards d’euros alloués dans le cadre du plan, et 7 milliards sur dix ans.

Le plan de relance de 100 milliards d’euros du gouvernement alloue 30 milliards à la transition énergétique, dont 11 milliards aux transports propres

Avec 30 milliards d’euros sur 100, la transition énergétique est une composante fondamentale du plan de relance post-Covid-19, baptisé France Relance, présenté ce jeudi 3 septembre 2020 par le premier ministre Jean Castex.

Etant le secteur émettant le plus de gaz à effet de serre, les transports sont logiquement privilégiés, avec 11 milliards d’investissement, dont la moitié pour le transport ferroviaire, petites lignes et fret, afin de désengorger les routes. 1,2 milliards seront alloués aux transports en commun et au vélo.

Rayon véhicule électrique, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a annoncé 1,9 milliards d’euros pour « des aides à l’achat de véhicules moins émetteurs et l’installation de bornes de recharges ». Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a promis 1 milliard d’euro pour les relocalisations, en citant l’exemple des batteries de véhicules électriques, qu’il souhaite voir produites en France « plutôt que de les importer à 85% de Chine ou d’Asie ».

Un plan de 7 milliards d’euros sur 10 ans pour l’hydrogène vert

Mais c’est sans doute l’enveloppe allouée à l’hydrogène vert, une filière encore méconnue du grand public, qui a le plus marqué les esprits. Cette technologie est encore relativement jeune, et la France veut se positionner pour en devenir l‘un des champions mondiaux. Jean Castex a ainsi annoncé que la France allait investir « 7 milliards pour un pays de pointe sur l’hydrogène vert », dont 2 dans le cadre du plan de relance, et « 5 autres milliards d’ici 2030 ».

Ce financement sera, selon Bruno Le Maire, « un élément clé de cette stratégie pour être indépendant en production d’hydrogène vert ». «Pour faire de la France l’un des acteurs majeurs de l’hydrogène et qu’elle puisse faire cavalier seul, il faut mettre les moyens», abonde le ministère de la Transition Ecologique.

«On a déjà de l’hydrogène aujourd’hui. C’est une source d’énergie qui sert plutôt à l’industrie et à l’industrie chimique. Aujourd’hui l’hydrogène n’est pas complètement propre. L’idée, c’est de faire de l’hydrogène décarboné servant d’abord pour l’industrie. On investit massivement dans l’hydrogène en lien avec les régions pour avoir une énergie dans les transports plus propre», a précisé Jean Castex.