Un coupon de 2,75% pour la nouvelle obligation Orano en euro – Foot 2020

11

Orano a levé cette semaine 500 millions d’euros sur le primaire. Celui qui se présente comme un acteur majeur de l’énergie et du combustible nucléaire, a libellé son émission par coupures de 100.000 euros. Une émission qui devrait être notée « BB+ » chez Standard & Poor’s.

Pour séduire les investisseurs et lever un demi-milliard d’euros, l’entreprise française au chiffre d’affaires annuel de 3,78 milliards d’euros a proposé un rendement à l’émission de 2,75%, sur base d’un pricing réalisé au pair.

Dans les premiers échanges, la valeur était recherchée avec un cours indicatif de 100,50% du nominal.

Répertoriée dans notre sélection, l’obligation devrait être notée  « BB+ » chez Standard & Poor’s, soit le meilleur rating de la catégorie des obligations spéculatives et un cran en dessous des placements jugés de qualité investment grade par l’agence. 

Notons qu’à la fermeture du livre d’ordres, la demande atteignait environ 2,4 milliards d’euros. Cette opération a pour objectif d’optimiser le profil de la dette du groupe détenu à hauteur de 45% par l’Etat français.

A propos d’Orano

Comptant 16.000 collaborateurs en France et à l’international, Orano développe des produits et services qu’elle qualifie de « à forte valeur ajoutée » sur l’ensemble du cycle du combustible nucléaire.

Cette ancienne division d’Areva est ainsi présente en aval dans l’extraction minière et exploite des gisements au Canada, où la teneur en uranium est la plus élevée au monde, au Kazakhstan avec la plus grande mine d’uranium ISR du monde ou encore au Niger, dans la région désertique de l’Aïr. 

Orano couvre également l’enrichissement de l’uranium, le recyclage des combustibles usés ou encore le démantèlement d’installation nucléaire.

Dans un contexte mondial délicat pour l’ensemble de la filière nucléaire, on notera qu’Orano a signé un chiffre d’affaires en hausse de 4,5% à 3,78 milliards d’euros en 2019.

La société, dont les ventes sont tirées à 52% de l’international (26% en Chine), a par ailleurs bouclé l’exercice dans le vert sur un bénéfice net de 408 millions d’euros, contre une perte de 544 millions d’euros en 2018.

Pour l’exercice en cours, le groupe français spécialisé dans le cycle du combustible nucléaire prévoit une légère décroissance de ses revenus, tandis que son carnet de commandes avoisine les 30 milliards, soit environ huit années de chiffre d’affaires.