Vicat : Rsultats 2020 | Zone bourse – Championnat d’Europe de Football 2020

44

Regulatory News:

Vicat (Paris:VCT) :

Solide performance opérationnelle en 2020 dans un contexte exceptionnel

  • Progression du chiffre d’affaires de +5,5% à périmètre et change constants
  • Augmentation de la rentabilité opérationnelle : EBITDA* et EBIT** en hausses respectives de +10,1% de +17,5% à périmètre et change constants
  • Baisse de la dette financière nette de -88 millions d’euros à 1 202 millions d’euros et ratio de leverage*** à 2,16 fois contre 2,45 fois au 31 décembre 2019

Compte de résultat consolidé simplifié audité :

(En millions d’euros)

2020

2019

Variation

(publiée)

Variation

(à périmètre et

taux de change

constants )

Chiffre d’affaires consolidé

2 805

2 740

+2,4%

+5,5%

EBITDA**

557

526

+5,9%

+10,1%

Taux de marge (en %)

19,9%

19,2%

 

 

EBIT***

298

267

+11,7%

+17,5%

Taux de marge (en %)

10,6%

9,7%

 

 

Résultat net consolidé

172

160

+7,7%

+16,3%

Taux de marge (en %)

6,1%

5,8%

 

 

Résultat net part du Groupe

156

149

+4,8%

+10,7%

Capacité d’autofinancement

461

425

+8,3%

+12,9%

*L’EBITDA se calcule en sommant l’excédent brut d’exploitation et les autres produits et charges ordinaires.

*L’EBIT se calcule en sommant l’EBITDA et les dotations nettes aux amortissements et provisions ordinaires

***Leverage : ratio correspondant à l’endettement net / EBITDA consolidé

Dans le cadre de cette publication, Guy Sidos, Président-Directeur Général a déclaré :

« La mobilisation et l’engagement des collaboratrices et des collaborateurs du groupe Vicat ont été déterminants pour renforcer l’entreprise dans la crise sanitaire sans précédent que nous avons traversée. La résilience et l’agilité du Groupe lui ont permis d’adapter son organisation pour concilier protection sanitaire, efficacité et rentabilité en réussissant des ajustements rapides comme la relocalisation de son siège social parisien en région Auvergne-Rhône-Alpes, à l’Isle d’Abeau. Dans le même temps, la gouvernance de Vicat a été renforcée et les transitions écologiques et numériques accélérées. La robustesse de la génération de cash-flows a permis de relancer des programmes d’investissements de productivité importants pour le futur. Malgré l’adversité, l’engagement des équipes Vicat sur tous ses territoires d’implantation a permis de conforter l’efficacité industrielle de ses usines pour servir les marchés dans de bonnes conditions économiques et contribuer à une solide progression des résultats du groupe Vicat ».

Avertissement :

  • Dans ce communiqué, et sauf indication contraire, toutes les variations sont exprimées sur une base annuelle (2020/2019), et à périmètre et taux de change constants.
  • Ce communiqué de presse peut contenir des informations de nature prévisionnelle. Ces informations constituent soit des tendances, soit des objectifs, et ne sauraient être regardées comme des prévisions de résultat ou de tout autre indicateur de performance. Ces informations sont soumises par nature à des risques et incertitudes, tels que décrits dans le Document de Référence de la Société disponible sur son site Internet (www.vicat.fr). Elles ne reflètent donc pas les performances futures de la Société, qui peuvent en différer sensiblement. La Société ne prend aucun engagement quant à la mise à jour de ces informations.

Des informations plus complètes sur Vicat sont disponibles sur son site Internet www.vicat.fr.

1. Compte de résultat

1.1. Compte de résultat consolidé

L’année 2020 a été fortement perturbée par l’épidémie de la Covid-19. Les activités du Groupe dans ses douze pays d’implantations ont été touchées de façon asymétrique en fonction des réponses politiques à la pandémie. Ainsi, l’Inde, la France et l’Italie ont enregistré au cours du premier semestre un fort recul de leurs chiffres d’affaires avant de connaitre un rebond dès le mois de juin. La baisse du chiffre d’affaires consolidé de -3,2% au premier semestre a été gommée au second semestre qui progresse de +13,8% à périmètre et change constants. Sur l’ensemble de l’exercice, le chiffre d’affaires consolidé du Groupe atteint 2 805 millions d’euros, soit une croissance de +2,4% en base publiée par rapport à 2019, et de +5,5% à périmètre et taux de change constants.

L’évolution du chiffre d’affaires consolidé résulte :

  • D’un effet périmètre de +0,7%, soit un impact positif de +20 millions d’euros, lié notamment à la consolidation de Ciplan au Brésil sur l’ensemble de l’année et de petites acquisitions dans l’activité Béton et Granulats en Europe ;
  • D’un effet de change défavorable de -3,7%, correspondant à un impact négatif de -105 millions d’euros sur l’exercice en raison l’appréciation de l’euro ;
  • Et enfin, d’une croissance organique de l’activité (+5,4%) sur l’ensemble des zones, à l’exception de la France.

L’EBITDA consolidé du Groupe atteint 557 millions d’euros, une progression de +5,9% en base publiée et de +10,1% à périmètre et change constants. La marge d’EBITDA progresse de 0,7 point à 19,9%. L’évolution de l’EBITDA publié résulte d’un effet périmètre très légèrement positif (inférieur à +2 millions d’euros), d’un effet de change défavorable de près de -24 millions d’euros et, enfin, d’une solide croissance organique d’EBITDA de +53 millions d’euros.

A périmètre et change constants, la progression de l’EBITDA est la conséquence :

  • De la croissance de l’activité, en dépit de l’impact de la crise sanitaire
  • Des effets positifs du plan de réduction des coûts et de la baisse de l’énergie pour environ 57 millions d’euros ;
  • D’une tendance générale des prix de vente bien orientée, à l’exception de la zone Méditerranée ;
  • D’une très nette amélioration de l’EBITDA généré dans les zones Amériques (notamment au Brésil) et Asie ;
  • D’une progression sensible de l’EBITDA dans la zone Afrique, soutenue par l’amélioration des performances industrielles au Sénégal et de la montée en puissance du broyeur au Mali dans un contexte de volumes et de prix favorables.

Ces éléments positifs ont permis de compenser :

  • Une contraction mesurée de l’EBITDA généré en France, conséquence de l’impact de la pandémie sur l’ensemble des activités au premier semestre ;
  • L’arrêt total de l’activité pendant 30 jours en Italie et 33 jours en Inde ;
  • L’impact de l’environnement macro-économique et concurrentiel dégradé en Turquie et en Egypte ;
  • Une base de comparaison défavorable sur un élément non récurrent au Brésil à hauteur de 6 millions d’euros.

L’EBIT atteint 298 millions d’euros contre 267 millions d’euros en 2019, en progression de +11,7% en base publiée et de +17,5% à périmètre et taux de change constants. La marge d’EBIT sur le chiffre d’affaires consolidé s’améliore de près de 1 point à 10,6%. Cette évolution traduit une poursuite de l’amélioration de la rentabilité opérationnelle sur les zones Amériques, Afrique, et Asie. Le net rebond d’activité observé en France dès le troisième trimestre n’a pas permis de compenser pleinement le recul enregistré au cours du premier semestre. Enfin, compte tenu des éléments évoqués ci-dessus, les zones Europe (hors France) et Méditerranée affichent une dégradation de leurs rentabilités opérationnelles sur l’ensemble de la période.

Le résultat d’exploitation progresse de +6,3% en base publiée et de +13,4% à périmètre et change constants. Cette performance reflète les améliorations de l’EBITDA et de l’EBIT, un produit d’amnistie fiscale au Brésil à hauteur de 6 millions d’euros, et, enfin, des dépréciations d’actifs liés à l’Egypte pour-19 millions d’euros.

L’amélioration du résultat financier de +3 millions d’euros s’explique notamment par un produit d’amnistie fiscale au Brésil pour 2 millions d’euros, et reflète la maitrise de l’endettement du Groupe en 2020 dans le contexte de la crise sanitaire.

La charge d’impôts augmente de -7 millions d’euros compte tenu de la progression du résultat avant impôt. Le taux apparent est stable par rapport à 2019, à 30,7% contre 30,6%. Cette stabilité du taux d’impôt tient compte d’une légère amélioration des taux en France et en Suisse ainsi que d’un produit d’impôt différé liée à la prolongation de l’avenant de la convention minière au Sénégal. Ces éléments positifs ont permis de compenser l’impact défavorable de l’augmentation de la perte non fiscalisée en Egypte, de la fin de l’exonérations fiscale au Kazakhstan, et d’un ajustement négatif des actifs d’impôts différés en Inde compte tenu de la baisse du taux d’impôt de Kalburgi Cement.

Le résultat net de l’ensemble consolidé s’élève à 172 millions d’euros en hausse de +7,7% à périmètre et change constants et de +16,3% en base publiée, en dépit des dépréciations d’actifs liés à l’Egypte. L’amélioration des résultats générés au Brésil et en Inde se traduit par une augmentation sensible de la part des minoritaires. Sur ces bases, le résultat net part du Groupe augmente quant à lui de +10,7% à périmètre et taux de change constants et +4,8% en base publiée, à 156 millions d’euros.

La capacité d’autofinancement s’établit à 461 millions d’euros, en hausse de +8,3 % en base publiée et de +12,9% à périmètre et taux de change constants, compte tenu de la forte progression de l’EBITDA généré au cours de l’exercice.

Sur la base des résultats annuels 2020 et confiant dans la capacité du Groupe à poursuivre son développement, le Conseil d’Administration, réuni en date du 12 février 2021, a décidé de proposer aux actionnaires de voter, lors de l’Assemblée Générale qui se tiendra le 9 avril 2021, le maintien du dividende à 1 ,50 euro par action.

1.2. Compte de résultat du Groupe par zones géographiques

1.2.1. Compte de résultat France

(En millions d’euros)

2020

2019

Variation

(publiée)

Variation

(à périmètre et

taux de change

constants )

Chiffre d’affaires

963

987

-2,4%

-3,5%

EBITDA

171

182

-6,5%

-7,3%

EBIT

92

102

-9,4%

-9,8%

Au cours de cet exercice, la performance du Groupe en France a été fortement marquée par la crise sanitaire. Après un quasi-arrêt de l’activité mi-mars, la situation s’est progressivement améliorée, et le Groupe a renoué avec une solide croissance de son activité au second semestre, sans pour autant compenser les effets sur l’activité du premier confinement intervenu sur la première moitié de 2020.

Dans ce contexte, l’EBITDA s’affiche en repli sur l’ensemble de la période, l’impact favorable de la baisse des coûts de l’énergie et les effets du plan de réduction des coûts ne permettant pas de compenser le recul de l’activité et certains frais exceptionnels dans l’activité Ciment.

  • Dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires opérationnel progresse de +2,8% sur l’ensemble de l’exercice. Après le fort recul enregistré au premier semestre, l’activité a très nettement rebondi au second semestre. Ainsi, sur 2020, les volumes, soutenus par l’export, restent robustes et les prix de vente en hausse. Dans ce contexte, l’EBITDA généré par cette activité est en recul de -3,3% sur l’exercice. Cette baisse résulte de la forte contraction de l’EBITDA généré au premier semestre, partiellement compensée par le fort rebond de l’EBITDA au second semestre.
  • L’activité Béton & Granulats voit son chiffre d’affaires opérationnel reculer de -6,5% à périmètre constant, affectée par une baisse des volumes vendus, en partie compensée par une progression des prix de vente. Compte tenu de ces éléments, l’EBITDA généré par cette activité en France recule de -15,5% à périmètre constant par rapport à 2019.
  • Dans l’activité Autres Produits & Services, le chiffre d’affaires opérationnel est en baisse de -2,7% sur la période. L’EBITDA généré par cette activité recule quant à lui de -2,5%.

     

1.2.2 Compte de résultat de la zone Europe (hors France)

(En millions d’euros)

2020

2019

Variation

(publiée)

Variation

(à périmètre et

taux de change

constants )

Chiffre d’affaires

423

401

+5,6%

+1,2%

EBITDA

97

96

+1,1%

-2,8%

EBIT

55

58

-5,5%

-9,1%

L’activité en Europe (hors France) en 2020 agrège des performances contrastées entre la Suisse et l’Italie. Ainsi, le marché Suisse n’a été que peu affecté par la pandémie au cours de l’exercice alors que l’Italie a connu une situation sanitaire et macro-économique particulièrement difficile.

Dans ce contexte, la marge d’EBITDA sur chiffre d’affaires consolidé recule de 1,1 point à 23,0%.

En Suisse, le chiffre d’affaires consolidé du Groupe est en progression de +6,5% en base publiée et de +1,8% à périmètre et taux de change constants. L’EBITDA est en progression de +1,8% en base publiée, mais en recul de -2,2% à périmètre et taux de change constants.

  • Dans l’activité Ciment,le chiffre d’affaires opérationnel progresse de +4,2% à périmètre et taux de change constants. L’activité est restée bien orientée sur l’ensemble de l’exercice en dépit des contraintes sanitaires, soutenue par quelques grands projets qui ont permis de maintenir les parts de marché du Groupe et d’augmenter les prix de vente. L’EBITDA généré par cette activité sur l’ensemble de l’exercice progresse de +3,2% à périmètre et change constants.
  • Dans l’activité Béton & Granulats, le chiffre d’affaires opérationnel progresse de +5,5% à périmètre et taux de change constants sur l’année. Les prix de vente dans le béton ont été sous pression compte tenu d’un environnement plus compétitif, mais progressent dans les granulats. Il est à noter que l’activité granulats intègre les activités recyclage et décharge qui ont été dynamiques en 2020. Compte tenu de ces éléments, et d’un effet de base défavorable lié à une vente de terrain réalisée dans cette activité au dernier trimestre 2019, l’EBITDA généré par cette activité recule de -4,3% à périmètre et taux de change constants sur l’année.
  • L’activité Préfabricationenregistre un chiffre d’affaires opérationnel en baisse de -2,6% à périmètre et taux de change constants. Le contexte concurrentiel, lié notamment aux importations, est resté très défavorable aux produits grand public. L’activité ferroviaire n’a repris que très progressivement, avec des commandes qui restent inférieures aux habitudes. Dans ce contexte, l’EBITDA décroit de -27,4% à périmètre et change constants.

En Italie, l’arrêt total de l’activité pendant 30 jours au second trimestre a provoqué une baisse de -10,5% du chiffre d’affaires consolidé sur l’ensemble de l’exercice. Cependant, dans un contexte de baisse sensible de volumes, les prix de vente sont en amélioration. Sur ces bases, l’EBITDA recule de -34,4% par rapport à 2019.

1.2.3 Compte de résultat zone Amériques

(En millions d’euros)

2020

2019

 

Variation

(publiée)

Variation

(à périmètre et

taux de change

constants )

Chiffre d’affaires

636

589 

589

+8,0%

+17,2%

EBITDA

 141

115 

115

+22,6%

+36,3%

EBIT

86

57

 

+52,7%

+73,5

Aux Etats-Unis comme au Brésil, en dépit d’un environnement sanitaire préoccupant, les niveaux d’activité sont restés bien orientés, soutenus par les mesures économiques mises en place pour faire face à la pandémie. Compte tenu de ces éléments, le chiffre d’affaires et l’EBITDA de la zone Amériques sont en nette amélioration. La marge d’EBITDA sur le chiffre d’affaires consolidé progresse sensiblement pour atteindre 22,3% contre 19,6% en 2019.

Aux Etats-Unis, le secteur de la construction, rapidement reconnu par les autorités comme « essentiel », a été autorisé à ce titre à poursuivre ses activités. Ainsi, les marchés des infrastructures et du résidentiel sont restés dynamiques. Le chiffre d’affaires consolidé du Groupe aux Etats-Unis progresse de +5,7% en base publiée, et de +7,7% à périmètre et change constants. L’EBITDA atteint 99 millions d’euros sur l’année, une progression de +14,0% en base publiée et de +16,2% à périmètre et change constants.

L’investissement d’une nouvelle ligne de cuisson de 5 000 tonnes par jour dans l’usine de Ragland en Alabama, démarré en 2019, s’est poursuivi en vue d’une mise en service au premier semestre 2022. Cette nouvelle installation permettra à la fois d’accroitre la capacité de l’usine actuelle, de réduire sensiblement les coûts de production et de participer activement aux objectifs du Groupe en terme de réduction de ses émissions de CO2.

  • Dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires opérationnel s’apprécie de +10,0% à périmètre et change constants. Cette performance résulte d’une solide croissance des volumes vendus, plus particulièrement en Californie. Bénéficiant pleinement des progressions enregistrées au cours de l’exercice 2019 et de l’augmentation passée en Californie au cours du troisième trimestre, le prix moyen de vente est en progression sur l’ensemble de l’année. Dans ce contexte l’EBITDA généré par cette activité affiche une croissance de +7,3% à périmètre et change constants.
  • Dans l’activité Béton, le chiffre d’affaires opérationnel progresse de +4,2% à périmètre et taux de change constants, cette activité étant plus sensible aux contraintes sanitaires, les volumes, reculent légèrement sur l’ensemble de l’exercice. En revanche, les prix de vente sont en nette progression. Sur ces bases, l’EBITDA généré par cette activité s’améliore de +57,7% à périmètre et change constants sur l’exercice.

Au Brésil, alors que certaines régions ont été durement touchées par l’épidémie, le Groupe a bénéficié d’un environnement sectoriel plutôt favorable soutenu par les mesures gouvernementales de soutien à l’économie, par les taux d’intérêts faibles, autant d’éléments favorables pour le développement du secteur résidentiel. Le Groupe s’est appuyé sur l’efficacité de son outil industriel et les améliorations opérationnelles apportées depuis l’acquisition de Ciplan.

Ainsi, le chiffre d’affaires généré au Brésil atteint 156 millions d’euros, en hausse de +15,7% en base publiée et de +48,9% à périmètre et change constants, compte tenu de la dégradation de la parité du real brésilien par rapport à l’euro. L’EBITDA affiche une solide croissance, à 43 millions d’euros à comparer à 29 millions d’euros en 2019.

  • Dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires opérationnel s’établit à 170 millions d’euros, contre 143 millions d’euros en 2019. Compte tenu de la baisse sensible des coûts de l’énergie et d’une activité bien orientée, l’EBITDA est en forte progression par rapport à 2019.
  • Dans l’activité Béton et Granulats, le chiffre d’affaires opérationnel atteint 42 millions d’euros, en hausse de +35,9% à périmètre et change constants. L’EBITDA en 2020 progresse de +37,8% à périmètre et change constants.

1.2.4 Compte de résultat zone Asie (Inde et Kazakhstan)

(En millions d’euros)

2020

2019

Variation

(publiée)

Variation

(à périmètre et

taux de change

constants )

Chiffre d’affaires

 348

 375

-7,1%

+0,1%

EBITDA

 103

 89

+15,9%

+24,9%

EBIT

68

54

+26,4%

+36,4%

La zone Asie a été très affectée par la crise sanitaire, détériorant significativement l’environnement macro-économique et sectoriel au premier semestre, avant d’enregistrer un net rebond de son activité au second semestre. Dans ce contexte, le Groupe s’est focalisé sur la mise en place de mesures de réduction de coûts tout en préservant sa capacité à saisir des opportunités de marché.

L’Inde est la région qui a le plus souffert de la crise sanitaire au sein du portefeuille géographique du Groupe. Les mesures strictes de confinement imposées par le gouvernement ont notamment entraîné l’arrêt complet des installations industrielles du Groupe, pendant plus d’un mois, au cours du premier semestre. Ces mesures de confinement ont aussi eu un impact négatif sur le redémarrage des chantiers, affectés par une pénurie de main d’œuvre interdisant une reprise sectorielle plus rapide et dynamique jusqu’à la fin du troisième trimestre. Le retour à une situation normale sur le dernier trimestre, les aides de l’état afin de soutenir l’économie et le dynamisme du secteur de la construction en particulier ont permis de compenser en partie les effets négatifs de la pandémie. Dans ce contexte, le Groupe a enregistré un chiffre d’affaires consolidé de 286 millions d’euros en 2020, quasi stable à périmètre et taux de change constants (-0,5%). La baisse des volumes vendus a été compensée par une solide hausse des prix moyens de vente.

Ces éléments, couplés au plan de réduction de coûts ont permis à l’EBITDA de progresser de +35,2% à périmètre et change constants sur l’exercice et d’atteindre 82 millions d’euros.

Au Kazakhstan, après une nette progression de l’activité au premier trimestre, soutenue notamment par les marchés à l’export, l’environnement s’est dégradé sur le deuxième et une partie du troisième trimestre, affecté par les effets de la crise sanitaire, avant de renouer avec une croissance des volumes à partir du mois de septembre. Sur l’année, les volumes sont stables. Les prix de vente sont en baisse légère sur l’ensemble de l’exercice 2020, en dépit d’une tendance plus favorable au second semestre. Sur ces bases, le chiffre d’affaires consolidé progresse de +3,1% à périmètre et taux de change constants.

L’EBITDA de la période recule de -3,8% à périmètre et taux de change constants et atteint 20 millions d’euros en 2020.

1.2.5 Compte de résultat zone Méditerranée (Egypte et Turquie)

(En millions d’euros)

2020

2019

Variation

(publiée)

Variation

(à périmètre et

taux de change

constants )

Chiffre d’affaires

173

171

+1,1%

+19,1%

EBITDA

-11

-4

n.s

n.s

EBIT

-29

-23

n.s

n.s

La situation macro-économique et concurrentielle est restée difficile dans la zone Méditerranée, avec une pression sensible sur les prix de vente, tant en Turquie qu’en Egypte. Compte tenu de ces éléments, et de la hausse des coûts de l’énergie dans cette zone, l‘EBITDA est négatif de -11 millions d’euros en 2020.

En Turquie, le chiffre d’affaires atteint 124 millions d’euros, en progression de +19,4% à périmètre et taux de change constants démontrant la bonne résilience du Groupe dans un contexte difficile. L’EBITDA généré en Turquie s’élève à 8 millions d’euros, en baisse de -24,8% à périmètre et change constants. Il est à noter qu’après avoir enregistré un EBITDA à l’équilibre au premier semestre, la tendance s’est sensiblement améliorée au fil du second semestre, renouant avec une solide croissance à périmètre et change constants.

  • Dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires opérationnel progresse de +19,5% à périmètre et taux de change constants. Après une baisse du chiffre d’affaires opérationnel au premier trimestre, l’activité a renoué avec une solide croissance sur les trois trimestres qui ont suivi. Compte tenu de ces éléments et de la progression des coûts de l’énergie, l’EBITDA généré par cette activité recule de -18,6% à périmètre et change constants.
  • Le chiffre d’affaires opérationnel de l’activité Béton & Granulats affiche une croissance de +23,4% à périmètre et taux de change constants. Dans ce contexte, l’EBITDA généré par cette activité en 2020 est à l’équilibre.

En Égypte, le chiffre d’affaires consolidé atteint 49 millions d’euros, en hausse de +18,2% à périmètre et taux de change constants. Dans un contexte marqué par une situation macro-économique qui peine à s’améliorer, un gel des permis de construire entre les mois de mai et novembre 2020, des contraintes logistiques importantes et un contexte concurrentiel dégradé, la crise sanitaire est venue accentuer les effets d’une situation déjà peu favorable. Dans ce contexte, les volumes sont toutefois en progression assez sensible sur l’ensemble de l’année, à un niveau qui reste néanmoins encore faible. Les prix de vente poursuivent leur baisse sous la pression exercée par la nouvelle usine de l’armée égyptienne et restent à des niveaux trop bas pour renouer avec le profit.

Dans ce contexte, et afin de permettre une amélioration de ses performances opérationnelles, le Groupe a intensifié ses travaux d’entretien sur ses deux fours notamment au cours du dernier trimestre. Sur l’ensemble de l’année, le Groupe enregistre un EBITDA négatif de -19 millions d’euros, à comparer à -17 millions d’euros en 2019.

Enfin, compte tenu de la persistance d’un contexte macro-économique et sectoriel dégradé ainsi que des perspectives d’améliorations lentes de la situation, le Groupe a procédé à une dépréciation de ses actifs égyptiens à hauteur de 19 millions d’euros.

1.2.6 Compte de résultat Afrique

(En millions d’euros)

2020

2019

Variation

(publiée)

Variation

(à périmètre et

taux de change

constants )

Chiffre d’affaires

 262

 217

+20,4%

+20,8%

EBITDA

 56

47 

+18,7%

+19,0%

EBIT

25

18

+36,2%

+36,8%

En zone Afrique, l’environnement est resté favorable en dépit d’un impact important de la crise sanitaire ayant entrainé l’arrêt de grands chantiers financés par l’Etat au Sénégal.

  • Dans l’activité Ciment, le chiffre d’affaires consolidé progresse de +14,8% à périmètre et change constants. Cette évolution résulte d’une activité bien orientée dans toute la région, soutenue par l’amélioration des performances industrielles de l’usine de Rufisque et de la montée en puissance du nouveau broyeur au Mali. Les prix de vente sont en amélioration sur l’ensemble de l’exercice, en dépit d’un effet de base de comparaison défavorable au second semestre suite à l’application d’une nouvelle taxe sur le ciment dès le mois de mai au Sénégal où il a néanmoins été possible de bénéficier d’une modeste hausse de prix en toute fin d’exercice. Compte tenu de ces éléments, et de la baisse des coûts de l’énergie, l’EBITDA généré par cette activité s’améliore de +46,3% sur l’ensemble de l’année.
  • L’activité Granulats au Sénégal a souffert de l’arrêt de nombreux chantiers d’Etat, compte tenu des contraintes budgétaires et de la crise sanitaire. Ainsi, le chiffre d’affaires consolidé dans cette activité recule de -36,6% sur la période, affecté par une forte baisse des volumes. L’EBITDA recule donc sensiblement de -53,4%.

Sur les autres pays d’Afrique de l’Ouest, l’activité du Groupe est en hausse, soutenue par la montée en puissance rapide du broyeur de sa filiale Ciment et Matériaux du Mali et une dynamique favorable en Mauritanie. Les prix de vente sont en légère augmentation en Mauritanie mais reculent au Mali. Sur ces bases, les EBITDA générés par le Mali et la Mauritanie sont en progression.

2. Éléments de Bilan et de Flux de trésorerie

Au 31 décembre 2020, le Groupe présente une structure financière solide avec des capitaux propres de 2 411 millions d’euros, contre 2 596 millions d’euros au 31 décembre 2019. Il est important de noter que la dépréciation des devises en clôture a entrainé un très fort impact tant sur les actifs que sur les capitaux propres.

L’endettement net est de 1 202 millions d’euros au 31 décembre 2020 en baisse de 88 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2019.

Sur ces bases, le « gearing » s’élève au 31 décembre 2020 à 49,9% contre 49,7% au 31 décembre 2019 et le « leverage » s’établit à 2,16 fois contre 2,45 fois au 31 décembre 2019.

En ligne avec la rentabilité opérationnelle, la capacité d’autofinancement atteint 461 millions d’euros sur l’exercice, soit une progression de +12,9% à périmètre et change constants.

Les investissements industriels nets décaissés au cours de l’année s’élèvent à 300 millions d’euros. Compte tenu de la forte génération de cash-flows au cours du second semestre, le Groupe a décidé de relancer en fin d’année des investissements qui avaient été décalés lors du premier semestre compte tenu de la situation sanitaire. Il est à noter que près de la moitié de ce montant concerne la construction de la nouvelle ligne de cuisson de l’usine de Ragland aux Etats-Unis.

Enfin, le cash-flow libre du Groupe atteint 228 millions d’euros en 2020, contre 159 millions d’euros en 2019, compte tenu de l’amélioration de l’EBITDA et d’une nette réduction du besoin en fonds de roulement.

3. Perspectives 2021

En 2021, l’environnement macro-économique de chacun des pays dans lesquels le Groupe opère devrait toujours être affecté par la pandémie de la Covid-19 avec des impacts différents en fonction du contexte sanitaire et des réponses gouvernementales apportées pour y faire face.

Aujourd’hui, l’activité reste menée dans le cadre strict de procédures adaptées à la situation sanitaire qui prévaut dans chaque pays d’implantation du Groupe. Dans ce cadre il est important de préciser que :

  • Les douze pays d’implantation du Groupe sont touchés, mais à des degrés différents, par l’épidémie du Covid-19 ;
  • Les partages d’expérience entre pays permettent de mettre en œuvre les bons procédés et modes opératoires afin de répondre aux exigences de la situation dans chaque pays et de poursuivre l’activité dans les meilleures conditions ;
  • Dans cet environnement, la volatilité de l’activité reste forte.

Par ailleurs, trois éléments prévisibles auront une incidence sur l’évolution des performances financières du Groupe et sur son cadencement au cours de l’année 2021 :

  • Les évolutions défavorables des taux de changes observés en 2020 auront un impact négatif sur l’ensemble de l’exercice 2021. Le Groupe rappelle à ce titre que son risque changes est essentiellement un risque de conversion ;
  • Les coûts de l’énergie sont attendus en hausse, avec un impact plus limité sur le premier semestre, mais plus marqué sur le second semestre ;
  • Enfin, le Groupe devrait bénéficier d’une base de comparaison favorable au premier semestre compte tenu de l’impact significatif de la pandémie au cours du premier semestre 2020, et plus particulièrement en France, en Inde et en Italie. A contrario, compte tenu du rebond et du rattrapage de l’activité observés sur ces pays au cours du troisième trimestre 2020, la comparaison sur le troisième trimestre devrait être défavorable en 2021.

En 2021, le Groupe poursuivra ses efforts d’investissements, qui concerneront pour l’essentiel :

  • La poursuite de la construction du nouveau four de Ragland aux Etats-Unis ;
  • Des efforts sur ses outils de production en Inde afin d’augmenter marginalement leurs capacités, et des investissements dans de nouveaux terminaux afin d’élargir son marché et réduire ses coûts logistiques ;
  • Et enfin, la montée en puissance de projets liés aux objectifs de réduction de son empreinte carbone.

Sur ces bases, les investissements industriels sont attendus en hausse par rapport à 2020 et devraient s’établir autour de 365 millions d’euros. Le Groupe se gardera la possibilité d’adapter ces projets d’investissements en fonction de l’évolution de ses marchés et de sa génération de cash-flows.

Concernant les évolutions attendues par pays, le Groupe souhaite apporter les éléments d’appréciations suivants, qui resteront néanmoins très dépendants de l’évolution de la crise sanitaire et de son impact sur chacun d’entre eux :

  • En France, l’activité devrait rester bien orientée sur l’ensemble de l’exercice. Compte tenu du l’impact de la pandémie au cours du premier semestre 2020, la base de comparaison devrait être favorable sur cette première période de l’année. En revanche, le Groupe s’attend à une performance moins dynamique au cours du troisième trimestre compte tenu du très fort rebond enregistré sur cette période en 2020 ;
  • En Suisse, les activités Ciment et Béton & Granulats devraient bénéficier d’un secteur de la construction porteur. L’activité dans la préfabrication devrait rester sous tension, avec néanmoins une reprise progressive dans l’activité Rail ;
  • Aux Etats-Unis, l’activité devrait poursuivre sa croissance tant en terme de volumes que de prix de vente. La mise en place du plan de relance de l’économie tel que présenté par le nouveau gouvernement américain ne devrait se faire ressentir qu’en fin d’année, et de façon plus visible à partir de 2022 ;
  • Au Brésil, l’environnement devrait rester favorable. Néanmoins, compte tenu de la base de comparaison élevée que constitue 2020, le Groupe s’attend au mieux à une stabilisation de ses performances en 2021 ;
  • En Inde, Le Groupe devrait bénéficier en 2021 d’un marché attendu en croissance et d’une base de comparaison favorable. Dans ce contexte favorable, les prix resteront néanmoins volatils ;
  • Au Kazakhstan, les performances atteintes au cours de l’exercice 2020 constituent une base de comparaison élevée dans un contexte de marché qui devrait néanmoins rester favorable, mais dans un environnement concurrentiel qui pourrait être plus tendu ;
  • En Turquie et en Egypte, les niveaux d’activités resteront affectés par des conditions macro-économiques et concurrentielles toujours difficiles. Compte tenu de la stabilisation de l’environnement sectoriel et de l’amorce d’une reprise observée en Turquie en fin d’année 2020, la situation devrait poursuivre son amélioration progressive. L’Egypte n’offre à ce stade que peu de visibilité sur l’évolution du marché de la construction qui restera lié aux décisions gouvernementales afin de rétablir un environnement de marché rationnel ;
  • En Afrique de l’Ouest, l’activité devrait rester dynamique dans le Ciment. La base de comparaison sur les prix restera défavorable sur le premier semestre, mais devrait être compensée par la poursuite d’une amélioration des volumes vendus et des prix favorablement orientés sur le second semestre. L’activité Granulats au Sénégal devrait se stabiliser progressivement après le fort ralentissement des chantiers publics d’infrastructures depuis mi 2019.

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, le Groupe s’attend à une progression de son EBITDA à périmètre et change constants sur l’ensemble de l’exercice. Bien entendu, cette attente reste susceptible d’être modifiée au cours de l’exercice en fonction de l’évolution de la pandémie et de son impact sur l’environnement macro-économique et sectoriel des pays dans lesquels le Groupe opère.

Conférence téléphonique

Dans le cadre de la publication de ses résultats 2020, le groupe Vicat organise une conférence téléphonique qui se tiendra en anglais le mardi 16 février 2021 à 15h00, heure de Paris (14h00 heure de Londres et 09h00 heure de New York).

Pour participer en direct, composez l’un des numéros suivants :

  • USA: +1 212 999 6659
  • France: +33 (0) 1 7037 7166
  • UK (Standard International Access): +44 (0) 33 0551 0200

Une diffusion en direct et en audio de la conférence, accompagnée de la présentation, sera accessible à partir du site internet de Vicat ou en cliquant ici.

Un enregistrement de cette conférence sera immédiatement disponible pour retransmission à partir du site internet de Vicat ou en cliquant ici.

Prochaine publication :

Chiffre d’affaires du premier trimestre 2021 le 5 mai 2021 après clôture de la bourse.

À propos du groupe Vicat

Le groupe Vicat emploie plus de 9 000 personnes et a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 2,805 milliards d’euros en 2020, provenant de ses activités de production de Ciment, de Béton & Granulats et Autres Produits & Services. Le Groupe est présent dans 12 pays : France, Suisse, Italie, États-Unis, Turquie, Égypte, Sénégal, Mali, Mauritanie, Kazakhstan, Inde et Brésil. Près de 64% de son chiffre d’affaires est réalisé à l’international. Le groupe Vicat, groupe familial, est l’héritier d’une tradition industrielle débutée en 1817 avec l’invention du ciment artificiel par Louis Vicat. Créé en 1853, le groupe Vicat exerce aujourd’hui 3 métiers principaux que sont le Ciment, le Béton Prêt à l’Emploi (BPE) et les Granulats, ainsi que des activités complémentaires à ces métiers de base.

À propos de la Fondation Louis Vicat

Créée en 2017 à l’occasion du bicentenaire de l’invention du ciment artificiel, la Fondation s’est donnée pour objectifs : la promotion de la culture scientifique et technique, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine, l’éducation et la solidarité. A ce titre, la Fondation a mené en 2020 une série d’actions inclusives au profit des personnes en situation de handicap et éloignées de l’emploi. L’année 2021 sera l’année des Femmes.

Groupe Vicat – Information financière– Annexes

Définition des indicateurs alternatifs de performance “IAP” :

  • Les données à périmètre et change constants permettent de déterminer l’évolution organique d’agrégats chiffrés entre deux périodes et de les comparer en neutralisant les impacts liés aux variations de taux de change et du périmètre de consolidation. Elles sont déterminées en appliquant aux chiffres de la période en cours, les taux de change et le périmètre de consolidation de la période antérieure.
  • Le chiffre d’affaires opérationnel d’un secteur géographique (ou d’une activité) correspond au chiffre d’affaires réalisé par le secteur géographique en question (ou l’activité) sous déduction du chiffre d’affaires intra-secteur (ou intra-activité).
  • Valeur Ajoutée : elle est égale à la valeur de la production diminuée des consommations intermédiaires.
  • Excédent Brut d’Exploitation : il est égal à la valeur ajoutée, diminuée des charges de personnel, des impôts et taxes (hors impôts sur les résultats et impôts différés) et augmentée des subventions d’exploitation.
  • EBITDA (Earning Before Interest, Tax, Depreciation and Amortization) : il se calcule en sommant l’Excédent Brut d’Exploitation et les autres produits et charges ordinaires
  • EBIT : (Earning Before Interest and Tax) : il se calcule en sommant l’EBITDA et les dotations nettes aux amortissements, provisions et dépréciations ordinaires.
  • Capacité d’autofinancement : elle est égale au résultat net avant prise en compte des charges nettes calculées sans impact sur la trésorerie (soit principalement les dotations nettes aux amortissements et provisions, les impôts différés, les résultats de cession et les variations de juste valeur).
  • Cash-flow libre : il est égal aux flux nets opérationnels après déduction des investissements industriels nets de cessions.
  • L’endettement financier netreprésente la dette financière brute (composée du solde des emprunts auprès d’investisseurs et des établissements de crédit, de la dette résiduelle sur contrats de location financement, du solde des autres emprunts et dettes financières hors options de vente et de la trésorerie passive), nette de la trésorerie et équivalents de trésorerie, y inclus la réévaluation des dérivés de couverture et de la dette.
  • Le Gearing est un ratio relatif à la structure financière correspondant à l’endettement net / capitaux propres consolidés.
  • Le Leverage est un ratio relatif à la rentabilité correspondant à l’endettement net / EBITDA consolidé.

     

Comptes consolidés au 31 décembre 2020 arrêtés par le Conseil d’Administration du 12 février 2021

ETAT DE LA SITUATION FINANCIERE CONSOLIDEE 
 
ACTIF   31 décembre 2020 31 décembre 2019
(en milliers d’euros) Notes    
ACTIFS NON COURANTS      
Goodwill

3

1 118 874

1 231 538

Autres immobilisations incorporelles

4

170 812

187 046

Immobilisations corporelles 

5

1 987 852

2 031 781

Droits d’utilisation relatifs aux contrats de location

6

186 829

219 066

Immeubles de placement

7

14 831

15 125

Participations dans des entreprises associées

8

77 873

85 212

Actifs d’impôts différés

24

71 922

89 938

Créances et autres actifs financiers non courants

9

239 176

236 142

Total des actifs non courants

 

3 868 169

4 095 848

ACTIFS COURANTS

 

   
Stocks et en-cours

10

354 937

401 551

Clients et autres débiteurs

11

440 874

416 568

Actifs d’impôts exigibles

 

3 328

72 811

Autres créances 

11

152 496

192 776

Trésorerie et équivalents de trésorerie

12

422 843

398 514

Total  des actifs courants  

1 374 478

1 482 220

TOTAL DE L’ACTIF  

5 242 647

5 578 068

 
PASSIF   31 décembre 2020 31 décembre 2019
(en milliers d’euros) Notes    
CAPITAUX PROPRES       
Capital

13

179 600

179 600

Primes  

11 207

11 207

Auto-contrôle  

 (53 587)

 (52 416)

Réserves consolidées  

2 679 297

2 598 620

Réserves de conversion  

 (640 130)

 (405 843)

Capitaux propres part du Groupe  

2 176 387

2 331 168

Intérêts minoritaires  

234 306

264 767

Total capitaux propres  

2 410 693

2 595 935

       
PASSIFS NON COURANTS      
Provisions retraite et autres avantages postérieurs à l’emploi

14

139 022

141 235

Autres provisions

15

116 764

140 243

Dettes financières et options de vente

16

1 270 162

1 109 769

Obligations locatives

16

157 563

178 398

Impôts différés passifs 

24

213 736

253 194

Autres passifs non courants

 

37 999

52 072

Total des passifs non courants

 

1 935 246

1 874 911

PASSIFS COURANTS

 

   
Provisions 

15

13 522

10 635

Dettes financières et options de vente à moins d’un an

16

165 375

391 594

Obligations locatives à moins d’un an

16

47 382

59 864

Fournisseurs et autres créditeurs

 

375 329

354 652

Passifs d’impôts exigibles

 

24 557

49 162

Autres dettes 

18

270 543

241 315

Total des passifs courants  

896 708

1 107 222

Total des passifs   

2 831 954

2 982 133

TOTAL CAPITAUX PROPRES ET PASSIFS  

5 242 647

5 578 068

COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE 
       
   

2020

2019

(en milliers d’euros) Notes    
 

 

   
Chiffre d’affaires

19

2 805 162

2 739 993

Achats consommés

 

(1 720 244)

(1 710 592)

Valeur ajoutée

1.23

1 084 918

1 029 401

Charges de personnel

20

(489 921)

(475 396)

Impôts, taxes et versements assimilés

 

(62 078)

(64 592)

Excédent brut d’exploitation

1.23

532 919

489 413

Autres produits et charges ordinaires

22

24 396

36 718

EBITDA 

1.23

557 315

526 131

Dotations nettes aux amortissements, provisions et dépréciations ordinaires

21

(259 467)

(259 488)

EBIT

1.23

297 848

266 643

Autres produits et charges non ordinaires

22

(6 080)

13 622

Dotations nettes aux amortissements, provisions et dépréciations non ordinaires

21

(14 207)

(19 206)

Résultat d’exploitation

 

277 561

261 059

Coût de l’endettement financier net

23

(36 870)

(33 367)

Autres produits financiers

23

20 671

12 577

Autres charges financières

23

(18 630)

(17 266)

Résultat financier

23

(34 829)

(38 056)

Quote-part dans les résultats des sociétés associées

8

4 021

5 096

Résultat avant impôt

 

246 753

228 099

Impôts sur les résultats

24

(74 609)

(68 229)

Résultat net consolidé

 

172 144

159 870

Part attribuable aux intérêts minoritaires

 

16 149

11 049

Part attribuable au Groupe

 

155 995

148 821

 

 
Résultat  par action (en euros)

 

   
   Résultat net part du groupe de base et dilué par action     

13

3,47

3,31

ETAT DU RESULTAT GLOBAL CONSOLIDE 
     
(en milliers d’euros)

2020

2019

     
Résultat net consolidé

172 144

159 870

     
Autres éléments du résultat global     
     
Eléments non recyclables au compte de résultat :    
Réévaluation du passif net au titre des prestations définies

46

(17 457)

Impôt sur les éléments non recyclables

307

4 391

     
Eléments recyclables au compte de résultat :    
Ecarts de conversion

(280 898)

(7 421)

Couverture des flux de trésorerie

4 878

11 305

Impôt sur les éléments recyclables

(1 157)

(2 919)

     
Autres éléments du résultat global (après impôt)

(276 824)

(12 101)

     
Résultat global

(104 680)

147 769

Part attribuable aux intérêts minoritaires

(20 570)

9 554

Part attribuable au Groupe

(84 110)

138 215

ETAT DES FLUX DE TRESORERIE CONSOLIDES 
       
(en milliers d’euros) Notes

2020

2019

       
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles

 

 

 

 
Résultat net consolidé

 

172 144

159 870

 

 
Quote-part dans les résultats des sociétés mises en équivalence

 

(4 021)

(5 096)

Dividendes reçus des sociétés mises en équivalence

 

4 860

1 486

Charges et produits sans incidence sur la trésorerie ou non liés à l’activité :

 
 – amortissements et provisions

 

276 796

284 347

 – impôts différés

 

5 086

5 852

 – plus ou moins values de cession

 

(5 114)

(4 639)

 – gains et pertes latents liés aux variations de juste valeur

 

128

(22)

 – autres 

 

10 693

(16 702)

 

 
Capacité d’autofinancement

1.23

460 572

425 096

 

 
Variation du besoin en fonds de roulement 

 

67 647

(42 789)

 

 
Flux nets de trésorerie générés par les activités opérationnelles (1)

26

528 219

382 307

 

 
Flux de trésorerie liés aux opérations d’investissement

 

 

 

 
Décaissements liés à des acquisitions d’immobilisations:

 

 
 – immobilisations corporelles et incorporelles

 

(319 370)

(237 484)

 – immobilisations financières 

 

(23 613)

(48 621)

 

 
Encaissements liés à des cessions d’immobilisations:

 

 
 – immobilisations corporelles et incorporelles

 

18 946

14 671

 – immobilisations financières 

 

4 912

17 361

 

 
Incidence des variations de périmètre

 

(2 992)

(322 994)

 

 
Flux nets de trésorerie liés aux opérations d’investissement

27

(322 117)

(577 067)

 

 
Flux de trésorerie liés aux opérations de financement

 

 

 

 
Dividendes versés 

 

(74 282)

(73 458)

Augmentations / Réductions de capital

 

250

500

Emissions  d’emprunts

16

210 729

428 933

Remboursements d’emprunts

16

(209 432)

(43 902)

Remboursements des dettes locatives

16

(62 198)

(52 519)

Acquisitions d’actions propres

 

(7 555)

(7 502)

Cessions – attributions d’actions propres

 

4 423

8 927

 

 
Flux nets de trésorerie liés aux opérations de financement

 

(138 065)

260 979

Incidence des variations de cours des devises

 

(37 552)

486

Variation de la trésorerie

 

30 485

66 705

Trésorerie et équivalents de trésorerie nets à l’ouverture

28

328 674

261 969

Trésorerie et équivalents de trésorerie nets à la clôture

28

359 159

328 674

 
(1)  :
– Dont flux de trésorerie provenant des impôts sur le résultat : (34,5) millions d’euros en 2020 et (73,7) millions d’euros en 2019.
– Dont flux de trésorerie provenant des intérêts décaissés et encaissés : (36) millions d’euros en  2020 dont (9,7) millions d’euros
au titres des frais financiers sur contrats IFRS 16 et (22,3) millions d’euros en 2019 dont (3,3) millions d’euros au titres des frais
financiers sur contrats IFRS 16.
(en milliers d’euros) Capital Primes Auto –
contrôle
Réserves
consolidées
Réserves
de conversion
Capitaux propres
part du Groupe 
Intérêts
minori-taires
Total capitaux
propres
Au 1er janvier 2019 

179 600

11 207

(56 144)

2 524 952

(400 348)

2 259 267

221 474

2 480 741

Résultat  annuel

148 821

148 821

11 049

159 870

Autres éléments du résultat global (1)

(5 111)

(5 495)

(10 606)

(1 495)

(12 101)

                 
Résultat global      

143 710

(5 495)

 

138 215

 

9 554

 

147 769

                 
Dividendes distribués

(66 434)

(66 434)

(7 030)

(73 464)

Variation nette des actions propres 

3 728

(1 707)

2 021

2 021

Variations de périmètre et
acquisitions complémentaires  (2)

(1 713)

(1 713)

40 635

38 922

Autres variations 

(188)

(188)

134

(54)

                 
Au 31 décembre 2019

179 600

11 207

(52 416)

2 598 620

(405 843)

 

2 331 168

 

264 767

 

2 595 935

                 
Au 1er janvier 2020

179 600

11 207

(52 416)

2 598 620

(405 843)

2 331 168

264 767

2 595 935

Résultat  annuel

155 995

155 995

16 149

172 144

Autres éléments du résultat global (1)

(5 818)

(234 287)

(240 105)

(36 719)

(276 824)

                 
Résultat global      

150 177

(234 287)

 

(84 110)

 

(20 570)

 

(104 680)

                 
Dividendes distribués

(66 369)

(66 369)

(8 232)

(74 601)

Variation nette des actions propres 

(1 171)

(1 455)

(2 626)

(2 626)

Variations de périmètre et
acquisitions complémentaires 
   
Autres variations 

(1 676)

(1 676)

(1 659)

(3 335)

                 
Au 31 décembre 2020

179 600

11 207

(53 587)

2 679 297

(640 130)

 

2 176 387

 

234 306

 

2 410 693

1) Stock par nature des autres éléments du résultat global :

Les autres éléments du résultat global comprennent pour l’essentiel les écarts de conversion cumulés à la clôture depuis fin 2003. Pour mémoire, en application de l’option offerte par IFRS1, les écarts de conversion accumulés avant la date de transition aux IFRS ont été reclassés en report à nouveau à cette date.

(2) : incluant principalement  les intérêts minoritaires liés à l’acquisition de Ciplan au Brésil (cf. note 2) 

Les réserves de conversion groupe se ventilent comme suit par devises au 31 décembre 2020 et 2019 :

(en milliers d’euros) 31-déc.-20 31-déc.-19
Dollar 

6 356

42 965

Franc suisse

206 123

202 323

Livre turque

(299 777)

(267 777)

Livre égyptienne 

(126 196)

(124 787)

Tengué kazakh

(99 069)

(89 672)

Ouguiya mauritanien

(10 556)

(8 676)

Réal brésilien

(100 930)

(15 348)

Roupie indienne 

(216 081)

(144 871)

(640 130)

(405 843)

 

Vicat : Rsultats 2020 | Zone bourse - Championnat d'Europe de Football 2020