Coupe Euro 2020 : L’appréciation du peu spectaculaire de la victoire de l’Italie à l’Euro 2020 face à la Belgique – Euro 2020

115

Avec le niveau de score à 0-0 après un début palpitant de quart de finale du Championnat d’Europe (Euro 2020) à l’Allianz Arena, l’Italie remporte un coup franc sur la chaîne droite à la 30e minute. C’est pris rapidement et est roulé à Marco Verratti, qui soulève le ballon haut dans la surface pour Ciro Immobile.

EN RELATION| EURO 2020 : l’Italie bat la Belgique 2-1 pour préparer l’Espagne en demi-finale

L’arrière central belge Jan Vertonghen réussit bien à récupérer le ballon, mais alors qu’il cherche à jouer depuis sa propre surface, il est convergé par trois joueurs italiens qui ont coupé ses options de passe. Vertonghen lâche le ballon mais il est intercepté par Verratti, qui le glisse dans Nicolo Barella à l’intérieur de la surface. Le milieu de terrain passe au bulldozer devant son marqueur avant d’écraser le ballon au fond des filets.

Appuyez sur Vertonghen

Trois joueurs italiens ont coupé les options de passe de Vertonghen. – Capture d’écran/SonyLiv

Vous passerez devant Barella

Verratti le glisse à Barella à l’intérieur de la boîte. – Capture d’écran/SonyLiv

Immédiatement après le but, Leonardo Spinazzola cherche une passe ambitieuse à l’avance pour qu’Immobile le poursuive, mais finit par le dépasser. Le Belge Thomas Vermaelen fait un clin d’œil à son gardien Thibaut Courtois mais Immobile n’a pas abandonné. Courtois prend une mauvaise première touche avec Immobile qui le harcèle à vive allure. Alors que Courtois le frappe à sa gauche, Immobile le fait sortir du ballon et l’envoie tomber au sol.

Immobile a du soutien en arrivant sous la forme de Lorenzo Insigne et Federico Chiesa mais avant que le n°17 ​​italien n’ait pu accéder au ballon, l’arbitre siffle et épargne Courtois de rougir. Il n’y a eu aucun appel des joueurs belges lorsque Immobile a établi le contact alors que les Italiens ont estimé qu’il s’agissait d’un défi légitime.

EN RELATION| Euro 2020 : la “grave” blessure de Spinazzola empoisonne les célébrations en Italie

À la 42e minute, la Belgique passe le ballon en défense pendant un moment avant que Vertonghen ne passe un long ballon dans le canal gauche, qui se dirige vers Verratti mais finit par le mal contrôler. Il est rejoint par Barella, alors qu’ils traquent immédiatement Axel Witsel avec Verratti, qui est sur un carton jaune, glissant pour récupérer le ballon. L’Italie est à nouveau à l’offensive, étirant la défense belge avec ses passes rapides avant de créer une chance pour Immobile dont il ne parvient pas à marquer.

La Belgique dégage le ballon de la défense mais elle trouve les pieds de Jorginho. Jorginho se retourne et renvoie le ballon à Leonardo Bonucci sur la ligne médiane avec Kevin de Bruyne à la poursuite.

Jorginho passe à Bonucci

Jorginho renvoie le ballon à Bonucci. – Capture d’écran/SonyLiv

KDB presse sur Bonucci

Bonucci a Kevin de Bruyne qui claque sur ses talons. – Capture d’écran/SonyLiv

De Bruyne suit le ballon alors qu’il est renvoyé à Gianluigi Donnarumma, qui touche et mesure une passe vers Verratti. Le n ° 6 italien reçoit le ballon et obtient le soutien de Barella, seul Witsel cherche à pousser et finit par relâcher la pression sur l’Italie.

Manque de presse belge

Il y a peu ou pas de presse des Belges sur les défenseurs italiens. – Capture d’écran/SonyLiv

Un De Bruyne frustré lève les mains en l’air, faisant apparemment signe au manque d’effort de ses coéquipiers pour fermer alors que l’Italie recircule facilement la possession par l’arrière.

KDB frustré

De Bruyne est troublé par le manque d’effort de son équipe pour fermer la défense italienne. – Capture d’écran/SonyLiv

Barella trouve immédiatement Insigne dans l’espace près de la ligne médiane et il finit par produire l’un des buts du tournoi pour mettre l’Italie 2-0 et contrôler le quart de finale de l’Euro 2020.

On parlera beaucoup des buteurs italiens : Barella et Insigne, qui ont réalisé deux buts habiles ou les superbes arrêts de Donnarumma à 0-0 ou les blocs de la dernière chance lors des 15 dernières minutes de l’arrière-garde, pour clôturer la victoire. Mais les enchaîner tous ensemble est l’aspect peu spectaculaire du jeu : un rythme de travail sans balle.

L’Italie a connu une première mi-temps presque parfaite si ce n’était du penalty tardif dont Romelu Lukaku a retiré un pour la Belgique. Et ce sont quelques-uns des passages clés des jeux, qui ont défini le jeu et ont aidé à mettre en évidence la différence entre les deux parties. Le sélectionneur belge Roberto Martinez a admis que son équipe avait payé le prix de son démarrage lent en première mi-temps. La Belgique est entrée dans le jeu en deuxième période mais a finalement échoué, une fois de plus.

EN RELATION| Euro 2020: la Belgique défaite par un démarrage lent en première mi-temps, déclare l’entraîneur Martinez

L’âge moyen des deux onze de départ n’était pas trop différent, la Belgique (29,27 contre 28,36 pour l’Italie) réduisant considérablement le nombre de ses huitièmes de finale. Le milieu de terrain clé de Bruyne a fait partie de l’équipe après une course contre la montre en raison d’une blessure. Mais les performances de la nuit avaient beaucoup à voir avec la philosophie légèrement contrastée des deux entraîneurs.

“Il n’y a pas de partants, il n’y a que les 11 qui sortent sur le terrain”, a insisté à plusieurs reprises le sélectionneur italien Roberto Mancini au cours du tournoi, soulignant le travail collectif qui est nécessaire pour mener à bien sa philosophie. Les hommes de Mancini ont pressé, sprinté et bousculé avec énergie et enthousiasme alors qu’ils dirigeaient une équipe belge vieillissante et étoilée en lambeaux en première mi-temps. L’Italie a devancé la Belgique de 3,4 km en première mi-temps et a terminé le match en ayant parcouru 112 km, six de plus que les hommes de Martinez.

EN RELATION| Euro 2020 : le Belge De Bruyne dit avoir joué avec une déchirure ligamentaire

Il y a eu des doutes quant à savoir si cette équipe italienne a été suffisamment testée dans ce tournoi. L’ancien défenseur anglais Gary Neville, qui, tout en faisant l’éloge du taux de travail et de la qualité de l’équipe, a estimé “qu’ils échoueront” lorsqu’ils se heurteront aux meilleures équipes. Le vainqueur de la Coupe du monde et de l’Euro en France, Patrick Vieira, a estimé que l’équipe manquait « d’intensité, de puissance et de rythme ».

En quart de finale, l’Italie a fait preuve de toutes ces qualités en abondance pour organiser une clinique contre le numéro un mondial. 1 classé chez les hommes et a étendu son record d’invincibilité à 32 matches.