Groupe BPCE: Résultats du 1er trimestre 2020 Bourse de Paris: CNEAA – Foot 2020

206

Paris, 6 mai 2020

Résultats pour le 1st trimestre 2020

Chiffres rapportés:
Produit net bancaire à 5,5 Md € et produit net à 181 M €
dont 83 M € liés à la cession de Coface et à l'augmentation du coût du risque

Chiffres sous-jacents1:
Chiffre d'affaires à 5,6 milliards d'euros (-3,8%), tiré par les métiers de la Banque de Détail et de l'Assurance
Résultat net sous-jacent à 666 M € (-28%), y compris la hausse du coût du risque
lié au contexte actuel
*
Banque de détail et assurance: croissance du chiffre d'affaires de près de 2% portée par un bon niveau d'activité commerciale

  • Encours de crédit: + 8,4% sur un an
  • Financial Solutions & Expertise: croissance de 6,8% du produit net bancaire
  • Assurances et paiements: revenus améliorés de + 4,5% et + 9,1% respectivement

Asset & Wealth Management: force du modèle économique multi-affilié

  • Produit net bancaire: croissance de + 9% hors capitaux d'amorçage
  • Taux de commission sur les actifs sous gestion: environ 29 pb

Banque de financement et d'investissement: diversification des sources de revenus et gestion rigoureuse des coûts (-3,8%)

  • Chiffre d'affaires en baisse de 14,8% avec des évolutions contrastées par métiers
  • Activités sur les marchés mondiaux: FICT affiche une croissance de 46% de son chiffre d'affaires: l'activité dérivés actions impactée par les conditions de marché
  • Investment Banking / M&A enregistre une croissance de ses revenus de 19%, portée par le modèle commercial multi-boutique; La finance mondiale résiste bien

Coût du risque en hausse de 77%, reflétant les premiers effets de la crise
·Augmentation du coût du risque de 17bps au T1-19 à 29bps au T1-20

Solvabilité et liquidité: capacité à absorber des chocs importants

  • Ratio CET12 à 15,5% pratiquement stable par rapport au 31 décembre 2019, TLAC2 et MREL2 ratios à 23,4% et 29,8%
  • LCR3 à 138% et des réserves de liquidité de 247 milliards d'euros
  • Près de 50% du plan de financement MLT 2020 est déjà achevé

*
Le Groupe BPCE est bien équipé pour faire face à cette crise sans précédent

  • Une situation financière solide: ratio CET1 (15,5%2), 464 bps au-dessus des exigences réglementaires4, représentant une augmentation de 47 pb du coussin de capital du Groupe BPCE
  • Un modèle économique diversifié
  • Capacité significative de financement de nos clients: ratio de levier à 5,2%

A la mi-mars, toutes les sociétés du Groupe se sont mobilisées pour accompagner nos clients et nos communautés

  • Report automatique proactif de 6 mois des prêts d'équipement: plus de 500 000 versements de prêts reportés, soit 5 milliards d'euros de mensualités.
  • Prêt garanti par l'État: environ 130 000 demandes de prêts traitées pour un total cumulé supérieur à 22 milliards d'euros
  • Assurance: 4000 clients éligible à une garantie en cas de fermeture administrative due à une épidémie, représentant un total de 180 millions d'euros
  • Mobilisation des collaborateurs du Groupe: près de 90% de nos agences restent ouvertes sur tous les territoires avec un dédié protection des employés organisation; près de la moitié de nos employés travaillent à domicile
  • Digital Inside stratégie a permis un accès continu et adapté à tous nos clients pendant le verrouillage. Le leadership du Groupe BPCE en France en matière de banque mobile sur cette période mise en avant par l'agence D-Rating.
  • Solidarité mondiale avec les professionnels de première ligne avec notamment le don de 5 millions de masques

1 Voir notes méthodologiques 2 Estimation au 31 mars 2020 3 Moyenne de fin de mois du ratio de liquidité à fin mars pour le 1st trimestre 2020 – voir notes méthodologiques 4 Sur la base des exigences réglementaires à fin mars 2020 concernant le montant maximum distribuable (MDA), intégrant l'annulation des coussins de fonds propres contracycliques par le HCSF le 1er avrilst 2020 et l'application de l'article 104 bis relatif à la directive CRD5 autorisée par la BCE le 8 avril 2020.

Laurent Mignon, Président du Directoire du Groupe BPCE, a fait la déclaration suivante: «Le Groupe BPCE est entré dans cette crise avec des fondamentaux solides concernant sa suffisance du capital, sa liquidité et sa gestion des risques, nous laissant déterminés à relever les défis qui nous attendent. Très proches de leurs clients, les Banques Populaires, les Caisses d'Epargne, Natixis et Palatine sont à la pointe de la volonté de les informer et de les accompagner en prenant toutes les mesures nécessaires pour satisfaire leurs besoins. Grâce à la forte mobilisation de toutes les parties prenantes, le Groupe a pu réagir très rapidement dans la mise en place de prêts garantis par l'État et est aujourd'hui l'une des banques les plus actives pour déployer ces lignes de crédit.

Notre modèle d'affaires en tant qu'institution bancaire universelle, notre solidité financière, la confiance que nos clients nous accordent et l'engagement de nos employés sont des atouts clés qui nous permettront d'absorber ce choc profond et de prendre toutes les mesures nécessaires à l'unisson avec les pouvoirs publics pour assurer la reprise de notre économie dans le temps. Nous le ferons dans tous les territoires conformément à nos valeurs fondamentales, celles d'un groupe bancaire coopératif pleinement conscient de l'importance du rôle qu'il joue pour toutes les différentes parties prenantes de notre société. »

Les comptes trimestriels du Groupe BPCE pour l'exercice clos le 31 mars 2020, arrêtés par le directoire lors d'une réunion convoquée le 4 mai 2020, ont été vérifiés et revus par le conseil de surveillance, présidé par Pierre Valentin, lors d'une réunion convoquée le 6 mai 2020

Groupe BPCE: chiffre d'affaires résilient, coûts maîtrisés et hausse du coût du risque

Chiffres retraités
M €
T1-20 Q1-19 pf % Changement
Produit net bancaire 5,543 5 778 (4,1)%
Dépenses d'exploitation (4 546) (4 563) (0,4)%
dont frais hors SRF (4 142) (4 187) (1,1)%
Résultat brut d'exploitation 997 1 215 (17,9)%
Coût du risque (504) (293) 71,7%
Revenu avant impôt 548 850 (35,6)%
Impôt sur le revenu (256) (453) (43,4)%
Intérêts non-majoritaires (27) (67) (60,1)%
Résultat net – part du Groupe excl. Contribution nette de Coface 264 329 (19,7)%
Contribution nette de Coface (83) 11
Résultat net – part du Groupe incl. Contribution nette de Coface 181 340 (46,6)%

Coface: changement de méthode de reporting au 31 mars 2020
À la suite de la vente annoncée le 25 février 2020 de 29,5% du capital de Coface et à des fins de communication financière, tous les impacts liés à Coface sont présentés dans une ligne P&L distincte «Contribution nette de Coface».
D'un point de vue comptable, la moins-value de Coface comptabilisée au T1-20 est classée en «Gain ou perte sur autres actifs» et la dépréciation de la participation résiduelle de Coface au T1-20 est reprise en «Part du résultat net des entreprises associées».

Éléments exceptionnels: volume des coûts de transformation engagés en 2018 et 2019.
Des articles exceptionnels au T1-20 principalement sur Coface, dernière étape majeure de la rationalisation

M € T1-20 Q1-19 pf
Contribution au fonds de garantie des assurances Produit net bancaire Assurance (7)
Réévaluation des actifs associés aux billets profondément subordonnés libellés en devises Produit net bancaire Centre d'entreprise (2) 6
Coûts de transformation et de réorganisation Charges d'exploitation /
Coût du risque / Gains ou pertes sur autres actifs / Goodwill
Lignes directives
& Centre corporatif
(62) (257)
Impact du défaut du Liban sur l'assurance ADIR Associés Assurance (14)
Cessions et déficiences Part dans le résultat des entreprises mises en équivalence / Gains ou pertes sur autres actifs / Goodwill Lignes directives
& Centre corporatif
(25)
Impact total sur le résultat avant impôt (85) (275)
Impact total sur le résultat net – part du Groupe (61) (282)
Coface: perte en capital Contribution nette de Coface Coface (112)
Coface: perte de valeur résiduelle Contribution nette de Coface Coface (6)
Impact total sur le résultat avant impôt (118)
Impact total sur le résultat net – part du Groupe (83)

1. Groupe BPCE: performance sous-jacente résiliente malgré le contexte difficile

Chiffres sous-jacents
M €
T1-20 Q1-19 pf % Changement
Produit net bancaire 5,552 5 772 (3,8)%
Dépenses d'exploitation (4 484) (4 426) 1,3%
dont frais hors SRF (4 080) (4 050) 0,7%
Résultat brut d'exploitation 1 068 1 346 (20,7)%
Coût du risque (504) (284) 77,4%
Revenu avant impôt 633 1 125 (43,8)%
Impôt sur le revenu (279) (430) (35,1)%
Intérêts non-majoritaires (28) (83) (66,2)%
Résultat net – part du Groupe excl. Contribution nette de Coface 325 612 (46,8)%
Contribution nette de Coface 1 11
Résultat net – part du Groupe incl. Contribution nette de Coface 326 623 (47,6)%
Retraitement d'IFRIC 21 341 310
Résultat net – part du Groupe excl. Contribution nette de Coface
après retraitement IFRIC 21
666 922 (27,8)%
Ratio coûts / revenus(1) 73,1% 69,9% 3.2pp
CHEVREUIL(1) 3,9% 5,7% (1,8) pp

Sauf indication contraire, les données financières et commentaires suivants se réfèrent aux résultats sous-jacents, c'est-à-dire les résultats retraités pour exclure les éléments exceptionnels, tels que présentés à la page 2. Les changements expriment des différences entre les T1-20 et T1-19.

Produit net bancaire au T1-20 s'élève à 5,5 milliards d'euros, soit une baisse de 3,8% par rapport à la même période l'an dernier. Ces chiffres incluent une croissance de 1,9% dans la banque de détail et l'assurance, une légère augmentation de 0,1% pour la division Asset & Wealth Management et une performance négative de 14,8% pour la division Corporate & Investment Banking.

Charges d'exploitation, retraité de la contribution au Fonds de résolution unique de 404 millions d'euros (chiffre estimé pour 2020) a augmenté de 0,7% d'une année sur l'autre. Le coefficient d'exploitation s'établit à 73,1% (+3,2 ppp), tandis que le résultat brut d'exploitation baisse de 20,7%.

L'agrégat coût du risque pour le Groupe BPCE s'élève à 504 millions d'euros. Ce chiffre comprend une augmentation des provisions pour expositions énergétiques dans la division CIB et pour le financement de certaines entreprises clientes et une provision globale spécifique IFRS 9 de 137 millions d'euros liée à la crise. Dans les activités Retail Banking, la revue des modèles de notation interne a conduit à une reprise de provisions de 120 millions d'euros au T1-20. Hors cet effet ponctuel, le coût du risque aurait été de 624 millions d'euros, soit 2,2 fois le montant enregistré au T1-19.
Le coût du risque pour le Groupe BPCE est égal à 29bps (17bps au T1-19, 22bps au T4-19). Pour les réseaux de banque de détail, il est resté à des niveaux bas au T1-20 – 20bps pour le réseau Banque Populaire et 16bps pour le réseau Caisse d'Epargne – mais a augmenté de manière significative pour la CIB à 123bps, contre 19 très bas au T1-19. et un niveau de 73bps au T4-19.
Hors effet ponctuel de 120 millions d’euros, le coût du risque aurait été de 26bps pour le réseau Banque Populaire, 27bps pour le réseau Caisse d’Epargne et 35bps pour le Groupe BPCE.

Le ratio des crédits non performants sur les encours bruts de crédits s'établit à 2,7% au 31 mars 2020, stable par rapport à fin 2019.

Résultat net (part du Groupe) au T1-20 s'élève à 326 millions d'euros, en baisse de 47,6% par rapport au T1-19.
Résultat net (part du Groupe) après retraitement pour tenir compte de l'impact d'IFRIC 21 et hors contribution nette de Coface, s'établit à 666 millions d'euros, en baisse de 27,8% d'une année sur l'autre.

1 Voir les notes sur la méthodologie et après retraitement pour prendre en compte IFRIC 21

2. Capital et capacité d'absorption des pertes: d'importants tampons de capital pour absorber l'impact de la crise / Liquidité: position forte, un atout majeur pour faire face à la crise actuelle, et achèvement à ce jour d'environ 50% du plan de financement de gros MLT

2.1 CET11 niveau

Ratio CET1 du Groupe BPCE1,2 à fin mars 2019 a atteint le niveau estimé de 15,5%, contre 15,6% au 31 décembre 2019. Les variations du trimestre se décomposent en:

  • Bénéfices non répartis: + 5pbs,
  • Variation des actifs pondérés en fonction des risques: -15pbs,
  • Emission d'actions coopératives: + 13pbs,
  • Impact du marché sur l'évolution des OCI: -13bps
  • Variation des intérêts minoritaires: -7bps
  • Autres changements: -1pb.

Le Groupe BPCE détient un tampon de 464bps au-dessus de 10,82%3 seuil de déclenchement du montant maximum distribuable (MDA):
Ce buffer a été augmenté de 47bps suite aux décisions des autorités de régulation:

  • Annulation des coussins de fonds propres contracycliques CCyB (notamment en France et au Royaume-Uni): avantage de 22 pb
  • Application de l'article 104a du CRD5: avantage de 44 pb sur l'ancien P2R à 1,75%.

2.2 TLARapport C1: objectif fixé dans le plan stratégique 2018-2020 déjà atteint depuis juin 2018

La capacité totale d'absorption des pertes (TLAC) estimée à fin mars 2020 s'élève à 98,8 milliards d'euros2. Le ratio TLAC, exprimé en pourcentage des actifs pondérés en fonction des risques, est estimé à 23,4%2 à fin mars 2020, nettement supérieur aux exigences du CSF de 19,51%, compte tenu de l'annulation des coussins de fonds propres contracycliques CCyB.

2.3 MREL rapport

Exprimé en pourcentage des actifs pondérés en fonction des risques au 31 mars 2020, le ratio MREL du Groupe BPCE s'établit à 29,8%, bien au-dessus de l'exigence minimale de 23,5%4.

2.4 Effet de levier rapport

Au 31 mars 2020, le ratio de levier1 était égal à 5,2%5.

2,5 Réserves de liquidité à des niveaux sonores

Le Liquidity Coverage Ratio (LCR) du Groupe BPCE est bien supérieur aux exigences réglementaires de 100%, s'établissant à 138% en moyenne mensuelle au T1-20.
Le volume des réserves de liquidité atteint 247 milliards d'euros à fin mars 2020.

2,6 CAchèvement fin avril de près de la moitié du plan de financement à moyen / long terme 2020

La taille cible du plan de financement à moyen / long terme pour 2020 se situe entre 20 et 21 milliards d'euros (hors placements privés structurés et titres adossés à des actifs, ou ABS) dont 2,6 milliards d'euros de dette senior non privilégiée, 8,4 milliards d'euros de dette privilégiée senior et de 9 à 10 milliards d'euros d'obligations sécurisées. L'objectif ABS est de 1,5 milliard d'euros.

Au 30 avril 2020, le Groupe BPCE avait levé:

  • 10,3 milliards d'euros (hors placements privés structurés et ABS), dont 1,1 milliard d'euros de dette senior non privilégiée, 4,4 milliards d'euros de dette senior privilégiée et 4,8 milliards d'euros d'obligations sécurisées. Ces montants représentent 49% du plan de financement à moyen / long terme sur le périmètre correspondant,
  • 0,4 milliard d'euros d'ABS.

1 Voir notes méthodologiques 2Après déduction des engagements de paiement irrévocables 3 Sur la base des exigences réglementaires à fin mars 2020 concernant le montant maximum distribuable (MDA), intégrant l'annulation des coussins de fonds propres contracycliques par le HCSF le 1er avrilst, 2020 et l'application de l'article 104 bis relatif à la directive CRD5 autorisée par la BCE le 8 avril 2020 4 Sur la base des actifs pondérés en fonction des risques à fin décembre 2019. 5 Le ratio de levier s'élèverait à 5,6% après exclusion des encours centralisés de l'épargne réglementée du calcul du dénominateur du ratio, sous réserve de l'accord de la BCE et suite à la décision du 13 juillet 2018 du Tribunal de l'Union européenne

3. RÉSULTATS DU LIGNES DIRECTIVES

Sauf indication contraire, les données financières et commentaires suivants se réfèrent aux résultats sous-jacents, c'est-à-dire aux résultats retraités pour exclure les éléments exceptionnels, tels que présentés à la page 2. Les changements expriment des différences entre le T1-20 et le T1-19.

3.1 Banque de détail et assurance: rhausse de + 2%, tirée par de bons niveaux d'activité

Sous-jacent Les figures
M €
T1-20 % Changement
Produit net bancaire 4,147 1,9%
Dépenses d'exploitation (2 770) 3,7%
Résultat brut d'exploitation 1 376 (1,6)%
Coût du risque (302) 22,3%
Revenu avant impôt
après retraitement IFRIC 21
1 176 (5,3)%
Ratio coûts / revenus1 64,6% 0.9pp

Encours de crédit augmenté de 8,4%2 sur un an pour atteindre un total de 559 milliards d'euros à fin mars 2020, dont une augmentation de 8,2% des crédits immobiliers et une croissance des crédits à la consommation et des crédits d'équipement de 6,5%2 et 7,3% respectivement.
Fin mars 2020, dépôts et épargne (hors épargne réglementée centralisée) s'établit à 482 milliards d'euros (+ 11,5%) tandis que les dépôts à vue connaissent une croissance de 15,6% sur un an.

le produit net bancaire généré par le pôle Banque de Détail & Assurances progresse de 1,9% au T1-20, porté par les activités Solutions Financières & Expertise (+ 6,8%), Assurances (+ 4,5%) et Paiements (+ 9,1%). Les réseaux de banque de détail de la Banque Populaire et de la Caisse d’Epargne ont enregistré une baisse de 2,4% de leurs revenus.

Dépenses d'exploitation s’élevait à 2 770 millions d’euros, soit une augmentation de 3,7% pour l’ensemble de la division mais quasiment inchangée pour les réseaux de banque de détail Banque Populaire et Caisse d’Epargne (+ 0,2%). Les frais de gestion encourus par l'activité Solutions Financières & Expertise augmentent de 2,5% et augmentent respectivement pour les activités Assurances et Paiements de 6,9% et 7,4%.

le rapport coûts / revenus à 64,6% (+ 0,9 point de pourcentage).

Résultat brut d'exploitation reculé de 1,6% pour atteindre un total de 1 376 millions d'euros.

le coût du risque s'établit à 302 millions d'euros en 2019, en hausse de 22,3%.

Revenu avant impôt, après retraitement pour tenir compte de l'impact d'IFRIC 21, s'établit à 1 176 millions d'euros (- 5,3%).

1 Voir les notes sur la méthodologie et après retraitement pour prendre en compte IFRIC 21 2hors encours de crédit accordés par la banque ONEY

3.1.1 Réseau Banque de Détail Banque Populaire: forte dynamique commerciale, chiffre d'affaires toujours solide

Le réseau Banque Populaire comprend les 14 banques Banque Populaire, dont CASDEN Banque Populaire et Crédit Coopératif et leurs filiales, le Crédit Maritime Mutuel et les Sociétés de Garantie Mutuelle.

Chiffres sous-jacents
M €
T1-20 % Changement
Produit net bancaire 1 602 (1,0)%
Dépenses d'exploitation (1 086) 0,7%
Résultat brut d'exploitation 516 (4,5)%
Coût du risque (117) 24,4%
Revenu avant impôt
après retraitement IFRIC 21
441 (8,7)%
Ratio coûts / revenus1 65,7% 0.7pp

Encours de crédit en hausse de 7,4% sur un an pour atteindre 228 milliards d'euros à fin mars 2020. Dépôts et économies en hausse de 8,7% sur un an à 297 milliards d'euros à fin mars 2020 (+ 14,2% pour l'épargne au bilan, hors épargne réglementée centralisée).

Produit net bancaire s'établit à 1 602 millions d'euros sur la période, soit une baisse de 1,0% d'une année sur l'autre. Ce chiffre inclut une baisse de 2,7% du produit net d'intérêts à 880 millions d'euros et une hausse de 0,3% des commissions à 662 millions d'euros.

Dépenses d'exploitation s'élève à 1 086 millions d'euros alors que le résultat après retraitement pour tenir compte du taux d'impact IFRIC 21 s'établit à 65,7% (+ 0,7 pp).

Le coût du risque progresse de 24,4% à 117 millions d'euros. Revenu avant impôt (après retraitement pour tenir compte de l'impact IFRIC 21) est en baisse de 8,7% à 441 millions d'euros.

3.1.2 Réseau de banque de détail de la Caisse d’Epargne: bonne dynamique commerciale, charges d’exploitation bien maîtrisées

Le réseau des Caisses d’Epargne comprend 15 Caisses d’Epargne individuelles ainsi que leurs filiales.

Chiffres sous-jacents
M €
T1-20 % Changement
Produit net bancaire 1,716 (3,5)%
Dépenses d'exploitation (1 173) (0,2)%
Résultat brut d'exploitation 543 (9,8)%
Coût du risque (121) 3,9%
Revenu avant impôt
après retraitement IFRIC 21
459 (12,1)%
Ratio coûts / revenus1 66,2% 2.1pp

Encours de crédit en hausse de 8,1% sur un an à 295 milliards d'euros à fin mars 2020 alors que dépôts et épargne augmenté de 5,3% depuis la même période de l'année dernière pour atteindre 446 milliards d'euros (+ 9,7% pour l'épargne au bilan, hors épargne réglementée centralisée).

Produit net bancaire atteint 1 716 millions d'euros en 2019, soit une baisse de 3,5%. Le produit net d'intérêts baisse de 2,0%, à 922 millions d'euros, tandis que les commissions connaissent une légère augmentation de 0,4% à 801 millions d'euros.

Dépenses d'exploitation ont baissé très légèrement à 1 173 millions d'euros alors que le ratio charges / produits s'établit à 66,2%, en hausse de 2,1 pp. Résultat brut d'exploitation est en baisse de 9,8% à 543 millions d'euros.
le coût du risque ressort à 121 millions d'euros sur l'année, en hausse de 3,9%.

Revenu avant impôt, après retraitement pour tenir compte de l'impact d'IFRIC 21, est en baisse de 12,1% à 459 millions d'euros.

1 Voir les notes sur la méthodologie et après retraitement pour prendre en compte IFRIC 21

3.1.3 Solutions et expertise financières: poursuite de la forte dynamique commerciale qui se traduit par de bons résultats trimestriels

Chiffres sous-jacents
M €
T1-20 % Changement
Produit net bancaire 290 6,8%
Dépenses d'exploitation (158) 2,5%
Résultat brut d'exploitation 132 12,4%
Coût du risque (24) (3,2)%
Revenu avant impôt
après retraitement IFRIC 21
111 17,8%
Ratio coûts / revenus1 53,4% (2.7) pts

le Solutions financières et expertise division enregistre une croissance de 6,8% produit net bancaire, qui a atteint un total de 290 millions d'euros, reflétant un niveau d'activité soutenu dans tous ses secteurs d'activité.

En crédit à la consommation, les encours de crédits aux particuliers d'environ 25 milliards d'euros à fin mars 2020 ont augmenté de 8% sur un an. La production de location de nouveaux équipements a augmenté de 17% sur la période hors immobilier. Dans l'activité Cautions et garanties financières, les primes brutes émises progressent de 22% sur un an, grâce à une activité extrêmement soutenue auprès des particuliers. En affacturage, le nombre de contrats ouverts a augmenté de 7% au T1-20 par rapport à la même période en 2019, reflétant le renforcement des synergies commerciales avec les réseaux de banque de détail Banque Populaire et Caisse d’Epargne. L'activité Securities Services a enregistré un niveau d'activité record avec une augmentation significative des volumes sur les marchés actions et une croissance de 40% des transactions concentrées sur le marché français.

Dépenses d'exploitation, en hausse de 2,5%, restent sous contrôle. Cette augmentation a entraîné une baisse du ratio coûts / revenus à 53,4% (en baisse de 2,7 points de pourcentage). Résultat brut d'exploitation augmenté de 12,4% pour atteindre un total de 132 millions d'euros. Le coût du risque s'établit à 24 millions d'euros, en baisse de 3,2%.

Revenu avant impôt, retraité de l'impact d'IFRIC 21, s'établit à 111 millions d'euros, en hausse de 17,8% d'une année sur l'autre.

3.1.4 Assurance: bon niveau d'activités commerciales

Les résultats présentés ci-dessous concernent le pôle Assurances de Natixis.

Sous-jacent Les figures
M €
T1-20 % Changement
Produit net bancaire 228 4,5%
Dépenses d'exploitation (134) 6,9%
Résultat brut d'exploitation 94 1,3%
Revenu avant impôt
après retraitement IFRIC 21
112 6,2%
Ratio coûts / revenus1 52,2% 0,5 pp

Les primes2 atteint un total de 3,2 milliards d'euros, en légère baisse par rapport à la même période l'an dernier. Ces chiffres incluent une augmentation de 5% de l'assurance non-vie et une baisse de 5% de l'assurance vie et protection individuelle. En assurance vie au T1-20, afflux brut2 atteint 2,6 milliards d'euros dont 37% de produits en unités de compte et la collecte nette2 à 1,3 milliard d'euros dont 58% en produits en unités de compte.

Actifs d'assurance vie sous gestion2 s'élevait à 67,8 milliards d'euros à fin mars 2020, dont 23% en produits en unités de compte.

En assurance non-vie, le taux d'équipement des clients de la Banque Populaire s'établit à 27,1% (+ 0,5pp en l'espace d'un an) tandis que celui du réseau de banque de détail Caisse d'Epargne s'établit à 30,2% (+ 0,3pp en un an) ).

Produit net bancaire, soit 228 millions d'euros, progresse de 4,5% tandis que charges d'exploitation augmenté de 6,9%. Résultat brut d'exploitation augmenté de 1,3% sur la même période.
Revenu avant impôt, retraité de l'impact d'IFRIC 21, s'élève à 112 millions d'euros, en hausse de 6,2%.

Les chiffres précisant la contribution au Groupe BPCE sont différents de ceux communiqués par Natixis. Pour une analyse plus détaillée des métiers et des résultats de Natixis, veuillez vous référer au communiqué de presse publié par Natixis consultable en ligne sur www.natixis.com

1 Voir les notes sur la méthodologie et après retraitement pour prendre en compte IFRIC 21 2 Hors accord de réassurance avec CNP
3.1.5 Paiements

Sous-jacent Les figures
M €
T1-20 % Changement
Produit net bancaire 113 9,1%
Dépenses d'exploitation (94) 7.4%
Résultat brut d'exploitation 19 18,1%
Revenu avant impôt
après retraitement IFRIC 21
21 27,9%
Ratio coûts / revenus1 82,9% (1.2) pp

Produit net bancaire en hausse de 9,1% à 113 millions d'euros au premier trimestre, dont une croissance de 13% sur les deux premiers mois de l'année. Dépenses d'exploitation sur la même période a augmenté de 7,4%. Cet effet de mâchoire positif a généré une croissance de 18,1% résultat brut d'exploitation, qui s'élève à 19 millions d'euros.

Dans les activités historiquement poursuivies par Natixis, Payment Processing & Services, le nombre de transactions par carte traitées a fortement diminué depuis le début de la période de blocage (d'environ -50%).
Dans Merchant Solutions, PayPlug a continué de connaître des taux de croissance solides grâce à un positionnement et une montée en puissance plus favorables sur les réseaux bancaires.
Les activités menées par Prepaid & Issuing Solutions ont été impactées par l'augmentation des licenciements temporaires et la fermeture de certains lieux d'acceptation tels que les restaurants pour les chèques-repas.

Les chiffres précisant la contribution au Groupe BPCE sont différents de ceux communiqués par Natixis. Pour une analyse plus détaillée des métiers et des résultats de Natixis, veuillez vous référer au communiqué de presse publié par Natixis consultable en ligne sur www.natixis.com

1 Voir les notes sur la méthodologie et après retraitement pour prendre en compte IFRIC 21

3.1.6 Oney Bank

Sous-jacent Les figures
M €
T1-20
Produit net bancaire 110
Dépenses d'exploitation (74)
Résultat brut d'exploitation 36
Coût du risque (24)
Revenu avant impôt
après retraitement IFRIC 21
13
Ratio coûts / revenus1 66,1%

Les activités commerciales d'Oney Bank ont ​​été fortement impactées par le lock-out après un bon début d'année. La production de nouveaux prêts s'élève à 696 millions d'euros à fin mars 2020, dont 20% en crédit renouvelable, 29% en crédit affecté, 40% en paiements fractionnés et 11% en prêts personnels.

3.2 Gestion d'actifs et de patrimoine: net chiffre d'affaires en hausse de + 9% sur un an, hors capitaux d'amorçage

La ligne métier Asset & Wealth Management comprend les activités Asset Management et Wealth Management de Natixis.

Sous-jacent Les figures
M €
T1-20 % Changement Constant
FX
% Changement
Produit net bancaire 774 0,1% (1,5)%
Dépenses d'exploitation (579) 4,8% 3,0%
Résultat brut d'exploitation 195 (11,6)% (13,0)%
Revenu avant impôt
après retraitement IFRIC 21
199 (11,3)%
Ratio coûts / revenus1 74,3% 3.3pp 3.3pp

Les activités de gestion d'actifs (hors plans d'épargne salariale) ont été marquées par des sorties nettes de 8 milliards d'euros sur les produits de long terme (hors comptes généraux d'assurance-vie), d'assurance-vie de 3 milliards d'euros et de fonds monétaires de 6 milliards d'euros. Les sorties nettes de produits à long terme ont atteint environ 2 milliards d'euros en Europe2 (produits d'équilibre), tandis que les actions de croissance, les actifs réels et les stratégies thématiques (AEW, Mirova, Thématiques) ont continué de bénéficier d'une dynamique solide. Les sorties se sont élevées à environ 5 milliards d'euros en Amérique du Nord2.

Au 31 mars 2020, actifs sous gestion2 pour un total de 828 milliards d'euros en Asset Management (hors épargne salariale), impacté au cours du trimestre par un effet de marché négatif de 100 milliards d'euros, un effet de change et périmètre positif de 11 milliards d'euros, et des sorties nettes totales d'environ 17 milliards d'euros.

le produit net bancaire du cœur de métier s'établit à 774 millions d'euros, quasi stable sur un an à taux de change courants et en légère baisse de 1,5% à taux de change constants. Le trimestre comprend une baisse de -34 millions d'euros du portefeuille de capital d'amorçage (valorisé en actifs financiers à la juste valeur par résultat selon IFRS 9). Retraité de cet impact, le chiffre d'affaires de la division aurait augmenté de 9% au T120. Les commissions de performance générées par la gestion d'actifs s'élèvent à 49 millions d'euros contre 32 millions d'euros au T1-19.

En gestion d'actifs, le taux global de frais est resté à un niveau élevé à 29bps (30bps au T4-19). Le taux de cotisation s'établit à 15bps pour les filiales européennes (27bps hors assurance-vie) et à 37bps pour les filiales américaines.

Dépenses d'exploitation en hausse de 3,0% à taux de change constants (+ 4,8% à taux de change courants). le rapport coûts / revenus1 s'établit à 74,3% après retraitement pour tenir compte d'IFRIC 21, en hausse de 3,3 pp sur un an.
Résultat brut d'exploitation en baisse de 13,0% à taux de change constant (-11,6% à taux de change courant) à 195 millions d'euros.

Revenu avant impôt (après retraitement pour tenir compte d'IFRIC 21) diminue de 11,3% à 199 millions d'euros.

Les chiffres précisant la contribution au Groupe BPCE sont différents de ceux communiqués par Natixis. Pour une analyse plus détaillée des métiers et des résultats de Natixis, veuillez vous référer au communiqué de presse publié par Natixis consultable en ligne sur www.natixis.com

1 Voir les notes méthodologiques et après retraitement pour tenir compte de l'impact d'IFRIC 21 2 L'Europe comprend notamment Dynamic Solutions et les actifs sous gestion de Vega IM; L'Amérique du Nord comprend notamment WCM IM

3.3 Banque de financement et d'investissement: diversification des revenus avec un contrôle strict des dépenses
La ligne métier Corporate & Investment Banking (CIB) comprend les activités Marchés mondiaux, Finance mondiale, Banque d'investissement et M&A de Natixis.

Chiffres sous-jacents
M €
T1-20 % Changement FX constant
% Changement
Produit net bancaire 688 (14,8)% (15,9)%
Dépenses d'exploitation (557) (3,8)% (4,7)%
Résultat brut d'exploitation 130 (42,8)% (44,0)%
Coût du risque (194) x6,5
Revenu avant impôt
après retraitement IFRIC 21
(33) ns
Ratio coûts / revenus1 76,9% 8.2pp 8.4pp

le produit net bancaire généré par le métier Corporate & Investment Banking s'établit à 688 millions d'euros au T1-20, en baisse de 15,9% sur un an à taux de change constants et de 14,8% à taux de change courants. Retraité des impacts CVA / DVA (-55 millions d'euros) et de l'impact sur les activités Actions suite au nombre important d'annulations de dividendes (-130 millions d'euros), les revenus générés par la division CIB auraient bénéficié de 7% croissance en glissement annuel.
Au sein des marchés mondiaux, FICT a réalisé un chiffre d'affaires de 367 millions d'euros en hausse de 46% au T1-2020, porté par les activités Fixed Income et FX. Le chiffre d'affaires de l'activité Actions est négatif à -32 millions d'euros, impacté par la hausse des coûts de couverture et des baisses de dividendes suite à l'annulation du dividende 2019 des entreprises.

Les métiers de Global Finance ont enregistré une baisse de 10% de leur chiffre d'affaires à 302 millions d'euros, principalement en raison de la baisse des frais de syndication, principalement en mars et aux États-Unis, et une contraction de 8% en glissement annuel nouveaux niveaux de production, concentrés en mars.

Les revenus de la banque d'investissement et des fusions et acquisitions sont en hausse de 19% sur un an, portés par le dynamisme des boutiques M&A, notamment Natixis Partners, PJ Solomon et Fenchurch.

Dépenses d'exploitation sont en baisse de 4,7% à taux de change constants (-3,8% à taux de change courants), traduisant une certaine flexibilité des coûts sans compromettre les investissements prioritaires.

Résultat brut d'exploitation diminué à 130 millions d'euros.

le coût du risque s'élève à 194 millions d'euros, reflétant une augmentation substantielle d'une année sur l'autre, principalement générée par la hausse des provisions dans l'énergie et les ressources naturelles et une provision sous IFRS 9 liée à la crise de Covid-19.

Par conséquent, Revenu avant impôt (après retraitement pour tenir compte d'IFRIC 21) s'élève à -33 millions d'euros.

Les chiffres précisant la contribution au Groupe BPCE sont différents de ceux communiqués par Natixis. Pour une analyse plus détaillée des métiers et des résultats de Natixis, veuillez vous référer au communiqué de presse publié par Natixis consultable en ligne sur www.natixis.com

1 Voir les notes sur la méthodologie et après retraitement pour prendre en compte IFRIC 21

Notes sur la méthodologie

Retraitement de l'impact d'IFRIC 21
Les résultats, ratios coûts / revenus et ROE, après retraitement pour tenir compte de l'impact d'IFRIC 21, sont calculés sur la base de ¼ du montant des impôts et contributions résultant de l'interprétation d'IFRIC 21 pour un trimestre donné, soit ½ du montant des impôts et contributions résultant de l'interprétation d'IFRIC 21 pour une période de 6 mois. En pratique, pour le Groupe BPCE, les principaux impôts concernés par IFRIC 21 sont la cotisation de solidarité sociale des entreprises (C3S) et les cotisations et prélèvements de nature réglementaire (taxe sur le risque systémique prélevée sur les établissements bancaires, contribution aux coûts de contrôle de l'ACPR, contribution au Single) Résolution et au mécanisme de surveillance unique).

Produit net bancaire
Le revenu net d'intérêts des clients, hors plans d'épargne logement réglementés, est calculé sur la base des intérêts générés par les transactions avec les clients, hors intérêts nets des produits d'épargne centralisés (Livret A, Livret Développement Durable, Livret Epargne Logement livret d'épargne livret) en plus des modifications des dispositions relatives aux régimes d'épargne-logement réglementés. Les intérêts nets sur l'épargne centralisée sont assimilés aux commissions.

Dépenses d'exploitation
Les charges opérationnelles correspondent au total cumulé des «Charges opérationnelles» (telles que présentées dans le document de référence universel du Groupe, note 4.7 annexée aux comptes consolidés du Groupe BPCE) et «Amortissements et dépréciations des immobilisations corporelles et actifs incorporels. "

Coût du risque
Le coût du risque est exprimé en points de base et mesure le niveau de risque par métier en pourcentage du volume des encours de crédit; il est calculé en comparant les provisions nettes comptabilisées au titre des risques de crédit de la période aux encours bruts de crédit client en début de période.

Encours de crédit et dépôts et épargne
Restatements regarding transitions from book outstandings to outstandings under management (Loans and Deposits & Savings) are as follows:

  • Deposits & Savings: the scope of outstandings under management excludes debt securities (certificates of deposit and savings bonds)
  • Loan outstandings: the scope of outstandings under management excludes securities classified as customer loans and receivables and other securities classified as financial operations.

Business line performance presented using Basel-3 standards
le accounting ROE of Groupe BPCE is the ratio between the following items:

  • Net income attributable to equity holders of the parent restated to account for the interest expense related to deeply subordinated notes classified as equity and for non-economic and exceptional items.
  • Equity attributable to equity holders of the parent restated to account for the deeply subordinated notes classified as equity and for unrealized gains and losses.

le normative ROE of the business lines is the ratio between the following items:

  • Business line contributory net income attributable to equity holders of the parent, less interest (computed at the standard rate of 2%) paid on surplus equity compared with normative capital and restated to account for non-economic and exceptional items.
  • Normative capital adjusted to reflect goodwill and intangible assets related to the business line.
  • Normative capital is allocated to Groupe BPCE business lines on the basis of 10.5% of Basel-3 average risk-weighted assets.

Capital adequacy & deduction of IPC

  • Common Equity Tier 1 is determined in accordance with the applicable CRR/CRD IV rules and after deduction of irrevocable payment commitments
  • Additional Tier-1 capital takes account of subordinated debt issues that have become non-eligible and subject to ceilings at the phase-out rate in force.
  • le leverage ratio is calculated using the rules of the Delegated Act published by the European Commission on October 10, 2014, without transitional measures. Securities financing operations carried out with clearing houses are offset on the basis of the criteria set forth in IAS 32, without consideration of maturity and currency criteria.

Following the decision of July 13, 2018 handed down by the General Court of the European Union, Groupe BPCE again requested the agreement of the ECB to exclude the centralized outstandings of regulated savings from the calculation of the denominator of the ratio.

Total loss-absorbing capacity
The amount of liabilities eligible for inclusion in the numerator used to calculate the Total Loss-Absorbing Capacity (TLAC) ratio is determined on the basis of our understanding of the Term Sheet published by the FSB on November 9, 2015: “Principles on Loss-Absorbing and Recapitalization Capacity of G-SIBs in Resolution.” This amount is comprised of the following 4 items:

  • Common Equity Tier 1 in accordance with the applicable CRR/CRD IV rules,
  • Additional Tier-1 capital in accordance with the applicable CRR/CRD IV rules,
  • Tier-2 capital in accordance with the applicable CRR/CRD IV rules,
  • Subordinated liabilities not recognized in the capital mentioned above and whose residual maturity is greater than 1 year, namely:
    • The share of additional Tier-1 capital instruments not recognized in common equity (i.e. included in the phase-out),
    • The share of the prudential discount on Tier-2 capital instruments whose residual maturity is greater than 1 year,
    • The nominal amount of senior non-preferred securities maturing in more than 1 year.

Eligible amounts differ slightly from the amounts adopted for the numerator of the capital adequacy ratios; these eligible amounts are determined using the principles defined in the Term Sheet published by the FSB on November 9, 2015.

Liquidity
Total liquidity reserves comprise the following:

  • Central bank-eligible assets include: ECB-eligible securities not eligible for the LCR, taken for their ECB valuation (after the ECB haircut), securities retained (securitization and covered bonds) that are available and ECB-eligible taken for their ECB valuation (after ECB haircut) and private receivables available and eligible for central bank funding (ECB and the Federal Reserve), net of central bank funding.
  • LCR eligible assets comprising the Group’s LCR reserve taken for their LCR valuation.
  • Liquid assets placed with central banks (ECB and the Federal Reserve), net of US Money Market Funds deposits and to which fiduciary money is added.

Short-term funding corresponds to funding with an initial maturity of less than, or equal to, 1 year and the short-term maturities of medium-/long-term debt correspond to debt with an initial maturity date of more than 1 year maturing within the next 12 months. Customer deposits are subject to the following adjustments:

  • Addition of security issues placed by the Banque Populaire and Caisse d’Epargne retail banking networks with their customers, and certain operations carried out with counterparties comparable to customer deposits
  • Withdrawal of short-term deposits held by certain financial customers collected by Natixis in pursuit of its intermediation activities.

Avertissement

This presentation may contain forward-looking statements and comments relating to the objectives and strategy of Groupe BPCE. By their very nature, these forward-looking statements inherently depend on assumptions, project considerations, objectives and expectations linked to future events, transactions, products and services as well as on suppositions regarding future performance and synergies.

No guarantee can be given that such objectives will be realized; they are subject to inherent risks and uncertainties and are based on assumptions relating to the Group, its subsidiaries and associates and the business development thereof; trends in the sector; future acquisitions and investments; macroeconomic conditions and conditions in the Group’s principal local markets; competition and regulation. Occurrence of such events is not certain, and outcomes may prove different from current expectations, significantly affecting expected results. Actual results may differ significantly from those anticipated or implied by the forward-looking statements. Groupe BPCE shall in no event have any obligation to publish modifications or updates of such objectives.

Information in this presentation relating to parties other than Groupe BPCE or taken from external sources has not been subject to independent verification; the Group makes no statement or commitment with respect to this third-party information and makes no warranty as to the accuracy, fairness, precision or completeness of the information or opinions contained in this presentation. Neither Groupe BPCE nor its representatives shall be held liable for any errors or omissions or for any harm resulting from the use of this presentation, the content of this presentation, or any document or information referred to in this presentation.

The financial information presented in this document relating to the fiscal period ended March 31, 2020 has been drawn up in compliance with IFRS standards, as adopted in the European Union. This financial information is not the equivalent of summary financial statements for an interim period as defined by IAS 34 “Interim Financial Reporting”.

Preparation of the financial information requires Management to make estimates and assumptions in certain areas with regard to uncertain future events. These estimates are based on the judgment of the individuals preparing these financial information and the information available at the balance sheet date. Actual future results may differ from these estimates.

The rapid spread of the Covid-19 pandemic across the globe has adversely impacted economic conditions in multiple business sectors and disrupted the financial markets. Many affected countries have been forced to impose lockdown measures on the general public, further significantly reducing business activity for economic operators. Developments in the Covid-19 pandemic are a major source of uncertainty.

With respect to the financial information of Groupe BPCE for the quarter ended March 31, 2020 and in view of the context mentioned above, attention should be drawn to the following:

  • Expected credit losses (IFRS 9 provisions): in order to estimate the significant increase in credit risk and to compute expected credit losses, Groupe BPCE has taken account of forward-looking information based on a pessimistic economic scenario (risk-weighted at 100%), however defined before the Covid-19 crisis, corresponding to a degraded performance of macroeconomic variables;
  • Valuation of the portfolio of unlisted securities managed by Private Equity (real estate assets or other classes of private equity assets) is based on available financial situation of the investments. At March 31, 2020, the recent nature of the crisis precludes the possibility of providing an accurate reassessment of the value of the assets under management.

The financial results contained in this presentation have not been reviewed by the statutory auditors.

About Groupe BPCE
Groupe BPCE, with its business model as a universal cooperative bank represented by 9 million cooperative shareholders, is currently the 2nd-largest banking group in France. With its 105,000 employees, it serves a total of 36 million customers – individuals, professionals, corporates, investors, and local government bodies – around the world. It operates in the retail banking and insurance sectors in France via its two major Banque Populaire and Caisse d’Epargne banking networks, along with Banque Palatine. With Natixis, it also runs global business lines specializing in Asset & Wealth management, Corporate & Investment Banking, Insurance and Payments. Through this structure, it is able to offer its customers a comprehensive, diversified range of products and services: solutions in savings, investment, cash management, financing, and insurance. The Group's financial strength is recognized by four financial rating agencies: Moody's (A1, outlook stable), Standard & Poor's (A+, outlook negative), Fitch (A+, RWN) and R&I (A+, outlook stable).

Groupe BPCE press contact
Christophe Gilbert: 33-1 40 39 66 00
Email: christophe.gilbert@bpce.fr
Groupe BPCE analyst relations
Roland Charbonnel: 33-1 58 40 69 30
François Courtois: 33-1 58 40 46 69
Email: bpce-ir@bpce ,fr

groupebpce.com