Ils nous ont quitté en 2020 – Championnat d’Europe de Football 2020

296

La fin d’année 2020 a vu la disparition de deux légendes du calcio : Paolo Rossi et Diego Maradona. A l’heure de revenir sur les joueurs italiens disparus ces douze derniers mois, impossible de ne pas faire une entorse à la règle tant el Pibe de Oro a marqué de son empreinte la Serie A le football italien entre 1984 et 1991, lorsqu’il portait le maillot du Napoli. Preuve en est la ferveur et l’émotion suscitées le 26 novembre à l’annonce de sa mort à l’âge de 60 ans.

Adios Pablito Rossi !

A peine les tifosi avaient encaissé le coup qu’une autre brutta notizia est venue noircir la fin d’année : la mort de Paolo Rossi le 9 décembre à 64 ans. Formé à la Juventus, il restera à jamais comme le principal artisan de la victoire au Mundial 82 en Espagne avec des rencontres au cours desquelles il a littéralement touché le ciel comme contre le Brésil, avec un triplé (victoire 3-2).
Mais c’est dès le début de l’année que les mauvaises nouvelles ont commencé à pleuvoir. Le 17 janvier, on apprenait la mort de Piero Anastasi, ancienne étoile de la Juventus et de l’Inter, à 71 ans. Il avait remporté 3 Scudetti avec la Juve et l’Euro en 1968. Atteint de la sclérose en plaques, il demande une sédation assistée et vient ajouter son nom à une liste déjà bien trop longue des footballeurs victimes de ce mal.

Corso et Prati, deux légendes milanaises

Les tifosi milanais, rossoneri et nerazzurri, se sont également retrouvés orphelins au début de l’été, à quelques heures d’intervalle. Comme au temps des derbys milanais enflammées des années 1960, Mario Corso (20 juin) et Pierino Prati (22 juin) ont rejoint la légende de leurs clubs respectifs. Pour marquer l’histoire à jamais. Corso, décédé à 78 ans, a composé la génération dorée de l’Inter des années 1964-65 ayant raflé Scudetto, Coupe des Champions et Coupe Intercontinentale. Quant à Prati, survenu à l’âge de 73 ans, il a tout remporté avec le Milan AC en 1967-68: Scudetto, Coppa Italia, Coupe des Champions, Coupe des Coupes et Coupe Intercontinentale. Sans oublier l’Euro 68 avec la Squadra Azzurra.
Gigi Simoni aussi avait marqué à sa manière l’histoire interiste. En remportant la Coupe de l’UEFA en 1998 au Parc des Princes, à une époque où le club de Moratti était en mal de trophées. Avec un roi dans son équipe : Ronaldo. Il meurt le 22 mai à 81 ans, un an après avoir été affaibli par une attaque. Il laissera également un souvenir ému chez les tifosi napolitains pour avoir fait partie de l’équipe ayant inscrit la première ligne sur le palmarès azzurro : la Coppa Italia en 1962.
Devant autant de légendes, d’autres footballeurs ont rejoint le ciel de manière plus discrète vis-à-vis du grand public mais certainement pas chez les tifosi des clubs dans lesquels ils ont évolué. On citera l’ancien juventino Benito Sarti (4 février à 83 ans), Francesco La Rosa, joueur de la Pro Patria 2 fois International, victime de la Covid-19 (8 avril, 93 ans), Ardico Magnini champion d’Italie avec la Fiorentina en 1956 (3 juillet, 91 ans) mais également Walter Negri (26 juin), gardien international qui gardait les buts de Bologna lors de son dernier Scudetto en 1964. A quelques jours de la Saint-Sylvestre, on apprenait enfin le départ de Renato Campanini, l’un des buteurs les plus prolifiques de l’Ascoli.

A lire :  Italie vs Turquie: pronostics et cotes - Championnat d'Europe 2020

Deux présidents d’une époque

Plusieurs dirigeants historiques de clubs sont également décédés en 2020. Le sulfureux Luciano Gaucci est mort le 1er février à Saint-Domingue, où il s’était retiré après ses déboires judiciaires. Jamais avare d’un coup de gueule, d’une polémique et adepte de l’adage « la fin justifie les moyens », il avait dirigé Perugia entre 1993 et 2004, conduisant le club de la Serie C à la Coupe de l’UEFA en 2004. Il avait également été propriétaire de la Viterbese, Catania et la Sambenedettese. Le 24 avril les tifosi de Bologna ont dit adieu à Giuseppe Gazzoni Frascara, président des Rossoblù entre 1993 et 2005. Il fit remonter le club de Serie C à Serie A, jusqu’en demi-finale de la Coupe de l’UEFA en recrutant des joueurs tels Roberto Baggio ou Beppe Signori.