Kyrgios a joué comme Nadal, Djokovic, dit Medvedev après la défaite de l’US Open

37

Le Russe Daniil Medvedev a déclaré que Nick Kyrgios avait joué au niveau de Rafael Nadal et Novak Djokovic dimanche, alors que l’Australien a mis fin à sa défense du titre 7-6 (11), 3-6, 6-3, 6-2 au quatrième tour de l’US Open.

L’agile et serviable Medvedev s’est accroché au finaliste de Wimbledon jusqu’au troisième set, où il a perdu tout élan et va maintenant perdre son classement de numéro un mondial lors de sa pire performance au tournoi majeur de New York depuis 2018.

Mais s’il a eu honte de la sortie devant une foule nombreuse au stade Arthur Ashe, Medvedev l’a à peine montré, comparant Kyrgios à ses précédents adversaires de la finale de l’US Open, Nadal et Djokovic, 22 et 21 fois vainqueurs du Grand Chelem.

« C’était un match de haut niveau. Joué Novak, Rafa. Ils jouent tous de façon incroyable. Nick a joué aujourd’hui un peu à leur niveau, à mon avis. Il a un jeu un peu différent parce qu’il n’est pas comme un broyeur en quelque sorte. En même temps, il peut se rallier », a déclaré Medvedev. « Il est difficile à jouer. Il a un service incroyable.

Le joueur de 26 ans a atteint la finale de l’Open d’Australie cette année et a atteint les demi-finales du tournoi de mise au point de Cincinnati, mais il y a eu un signe majeur de difficulté à l’approche de New York, lorsque Kyrgios l’a assommé. de son premier match montréalais.

« S’il joue comme ça jusqu’à la fin du tournoi, il a toutes les chances de le gagner », a déclaré Medvedev, qui verra son classement de numéro un mondial revenir à Nadal, à l’Espagnol Carlos Alcaraz ou au Norvégien Casper Ruud à la fin du tournoi.

A lire :  Classements WTA et ATP : Pegula, nouveau numéro 3 mondial, Zhizhen Zhang entre dans le top 100 et marque l'histoire de la Chine dans le tennis masculin

« Mais il va avoir des adversaires coriaces, donc ce n’est pas sûr. »

Et tandis que la forme de Kyrgios était aussi froide que la glace, Medvedev a déclaré qu’un autre facteur avait peut-être ajouté au froid : le penchant américain pour la climatisation exagérée.

« Aujourd’hui, je me suis senti un peu malade. Je veux dire, le truc, c’est qu’aux États-Unis, je tombe malade une fois à coup sûr dans le swing parce que l’AC est tout simplement fou », a-t-il déclaré aux journalistes.

« J’ai un peu senti ma gorge aujourd’hui. Je pense que physiquement, cela a peut-être joué un petit rôle. En même temps, ce n’est pas du tout une excuse car Nick a bien joué.