La NBA inflige une amende et suspend le propriétaire des Phoenix Suns, Robert Sarver, pour faute – Basketball

36

La NBA a suspendu l’associé directeur des Phoenix Suns, Robert Sarver, pour un an et lui a infligé une amende de 10 millions de dollars mardi pour avoir créé un environnement de travail toxique.

La ligue a lancé une enquête indépendante en novembre dernier à la suite d’une ESPN rapport alléguant des propos racistes et sexistes tenus par Sarver au cours des 18 années où il a possédé la franchise.

Le cabinet d’avocats Wachtell, Lipton, Rosen & Katz a interrogé 320 personnes, y compris des employés actuels et anciens qui travaillaient pour Sarver with the Suns et Phoenix Mercury de la WNBA. L’entreprise a évalué plus de 80 000 documents et autres supports, notamment des e-mails, des SMS et des vidéos.

Le rapport publié mardi a révélé que Sarver, qui a pleinement coopéré à l’enquête, « s’est livré à une conduite qui violait clairement les normes communes du lieu de travail, comme en témoignent les règles et politiques de l’équipe et de la Ligue.

Cette conduite comprenait l’utilisation d’un langage insensible à la race; traitement inégal des employées de sexe féminin; déclarations et comportements liés au sexe ; et un traitement sévère des employés qui constituait parfois de l’intimidation.

Plus précisément, le rapport indique que Sarver a utilisé le «mot N» à au moins cinq reprises, a harcelé sexuellement des employées et a crié et insulté des travailleurs.

D’autres employés de Suns se sont également livrés à des fautes sur le lieu de travail, le rapport qualifiant le service des ressources humaines de l’équipe de « ressource historiquement inefficace et non fiable » pour les employés.

A lire :  Les guerriers prêts pour plus de gloire après la victoire en finale - NBA USA

Pendant sa suspension d’un an, Sarver n’est pas autorisé à assister à des matchs ou à des entraînements ou à être présent dans les bureaux, les arènes ou les installations d’entraînement de la NBA ou de la WNBA. Il ne peut avoir aucune implication dans les affaires des équipes ou les opérations de basket-ball et ne peut pas participer aux réunions du conseil d’administration de l’une ou l’autre des ligues.

Sarver doit également suivre un programme de formation axé sur le respect et la conduite appropriée sur le lieu de travail.

Son amende de 10 millions de dollars, le maximum autorisé par la constitution et les règlements de la NBA, sera reversée à des organisations engagées dans la résolution des problèmes de race et de sexe sur le lieu de travail et en dehors.

Il n’y a eu aucune réaction immédiate de Sarver ou des Suns après la publication du rapport de mardi.

Sarver, 60 ans, est devenu le propriétaire majoritaire des Suns et Mercury en 2004. Le natif de l’Arizona a fait fortune dans la banque et l’immobilier.