La NBA poursuivie par des arbitres licenciés qui ont refusé les vaccins COVID – NBA

12

La National Basketball Association a été poursuivie en justice par trois arbitres de longue date qui affirment que la ligue les a licenciés cette année après avoir refusé de se faire vacciner contre le COVID-19 pour des objections religieuses.

Dans une plainte déposée samedi devant le tribunal fédéral de Manhattan, Kenny Mauer, Mark Ayotte et Jason Phillips ont déclaré que la ligue avait indûment forcé le respect de ses «normes d’hygiène» et conclu à tort que leurs objections religieuses sincères n’étaient pas à la hauteur de sa «norme élevée». vacciné.

Les plaignants ont déclaré que le « jab or job ultimatum » de la NBA a entraîné leurs suspensions pour la saison 2021-2022, lorsque la ligue a exigé des vaccinations COVID pour tous les employés autres que les joueurs.

Ils ont déclaré que la ligue avait refusé de les réintégrer malgré la levée de l’exigence de vaccins pour la saison 2022-2023, conformément à l’interdiction des mandats de vaccination en vertu de sa nouvelle convention collective de sept ans avec les arbitres.

« Si la NBA n’avait pas pris sur elle de forcer les objecteurs de conscience confessionnels à adhérer aux normes laïques, aucune des blessures dont se plaignent les plaignants ne se serait manifestée », indique la plainte. « En résumé : les plaignants ont été persécutés. »

La NBA et l’avocat de l’ancien arbitre n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Mauer et Ayotte ont déclaré avoir été arbitres de la NBA pendant 35 ans et 17 ans, respectivement, avant d’être suspendus, tandis que Phillips a été arbitre pendant 19 ans avant de devenir vice-président des opérations d’arbitrage et directeur du centre de relecture.

A lire :  Le statut de Stephen Curry pour l'ouverture des séries éliminatoires des Warriors n'est pas clair - Basket USA

Le procès accuse la NBA d’avoir violé la loi fédérale sur les droits civils et les lois sur les droits de l’homme de l’État et de la ville de New York. Il demande des paiements avant et arrière, des dommages-intérêts punitifs et des dommages-intérêts pour atteinte à la réputation et pour douleur et souffrance.