Le chef du tennis polonais démissionne après des allégations d’abus sexuels

12

Le président de l’Association polonaise de tennis (PZT) a démissionné jeudi, a indiqué l’instance dirigeante dans un communiqué, après avoir été impliqué dans un scandale d’abus sexuels.

Dans une interview avec le site d’information Onet publié lundi, la législatrice Katarzyna Kotula a accusé le chef du PZT Miroslaw Skrzypczynski de l’avoir agressée sexuellement lorsqu’il était entraîneur au début des années 1990.

Les allégations se sont succédées Onet pièce dans laquelle Skrzypczynski était accusé d’avoir usé de violence physique et psychologique contre sa famille et les joueurs qu’il entraînait.

Skrzypczynski a nié les accusations dans une déclaration envoyée à Reuter mercredi et a déclaré qu’il avait l’intention de prouver son innocence devant un tribunal.

« Lors de la réunion du conseil d’administration de l’Association polonaise de tennis (…) Miroslaw Skrzypczynski a présenté sa démission du poste de président du conseil d’administration de l’Association polonaise de tennis avec effet immédiat », a déclaré PZT dans un communiqué.

« La démission de Miroslaw Skrzypczynski a été acceptée à l’unanimité. »

L’association a déclaré qu’elle mettrait en place une commission indépendante composée de femmes pour enquêter sur les accusations portées contre Skrzypczynski.

Skrzypczynski n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire envoyée par courrier électronique jeudi.

La fureur entourant les allégations a incité la joueuse de tennis numéro un au monde, Iga Swiatek, à publier un message sur Twitter mardi exhortant les victimes subissant toute sorte d’abus dans la vie à demander de l’aide.

A lire :  Djokovic remporte la 1 000e victoire en carrière pour atteindre la finale de l'Open d'Italie

La star du tennis polonais Hubert Hurkacz a déclaré sur Twitter qu’il soutenait « toutes les femmes et toutes les victimes d’abus ».

Skrzypczynski sera remplacé à la tête du PZT par l’ancien vice-président Dariusz Lukaszewski.