LeBron et Paul déchirent la NBA pour avoir échoué à punir Sarver – NBA

28

Les stars de la NBA, LeBron James et Chris Paul, ont critiqué la NBA pour avoir imposé ce qu’ils considèrent comme une légère punition au propriétaire des Phoenix Suns, Robert Sarver, pour des propos racistes et misogynes.

La directrice exécutive de la National Basketball Players Association (NBPA), Tamika Tremaglio, a également pris la parole, affirmant que Sarver ne devrait « plus jamais occuper un poste de direction dans notre ligue » après sa conduite « horrible ».

Et se joindre au chœur jeudi soir était le vice-président des Suns, Jahm Najafi, qui, dans une lettre ouverte obtenue par la République de l’Arizona, a appelé Sarver à démissionner.

Sarver a été condamné à une amende de 10 millions de dollars et a émis mardi une suspension d’un an des activités de la ligue pour couronner une enquête de 10 mois sur 18 ans d’activités inappropriées et l’environnement de travail difficile qu’elles ont créé.

Le commissaire de la NBA, Adam Silver, a déclaré mercredi qu’il n’avait jamais été question de forcer Sarver à vendre l’équipe, une sanction infligée à l’ancien propriétaire des Los Angeles Clippers Donald Sterling en 2014 pour des propos racistes.

Silver a déclaré qu’il ne pensait pas que la violation avait atteint ce niveau.

Mais James, quadruple joueur le plus utile de la NBA, faisait partie de ceux qui ne voient aucune place dans la NBA pour Sarver à l’avenir.

«Lisez les histoires de Sarver plusieurs fois maintenant. Je dois être honnête… Notre ligue s’est définitivement trompée. James a tweeté mercredi soir.

« Je l’ai déjà dit et je vais le répéter, il n’y a pas de place dans cette ligue pour ce genre de comportement. »

A lire :  NBA: Jayson Tatum et Jaylen Brown guident les Celtics devant les 76ers lors de l'ouverture de la saison - NBA USA

« J’aime cette ligue et je respecte profondément notre leadership. Mais ce n’est pas juste. Il n’y a pas de place pour la misogynie, le sexisme et le racisme dans aucun lieu de travail. Peu importe que vous possédiez l’équipe ou que vous jouiez pour l’équipe », a-t-il écrit.

« Nous tenons notre ligue comme un exemple de nos valeurs et ce n’est pas ça. »

Paul, un meneur vedette des Suns qui a également servi deux mandats en tant que président de la NBPA, a déclaré qu’il souhaitait également voir une plus grande punition infligée à Sarver.

« Comme beaucoup d’autres, j’ai examiné le rapport. J’étais et je suis horrifié et déçu par ce que j’ai lu », a-t-il déclaré mercredi sur Twitter. « Ce comportement, en particulier envers les femmes, est inacceptable et ne doit jamais se répéter. »

« Je suis d’avis que les sanctions n’ont pas réussi à remédier à ce que nous pouvons tous convenir comme étant un comportement atroce. Mon cœur va à toutes les personnes qui ont été touchées. »

Najafi, un homme d’affaires milliardaire irano-américain, détient la deuxième plus grande participation dans les Suns et a écrit une lettre ouverte aux joueurs et employés de l’équipe.

« Je ne peux pas, avec bon jugement, m’asseoir et laisser nos enfants et les futures générations de fans penser que ce comportement est toléré en raison de la richesse et des privilèges », a-t-il écrit.

« Par conséquent, conformément à mon engagement à aider à éradiquer toute forme de racisme, de sexisme et de préjugés, en tant que vice-président des Phoenix Suns, j’appelle à la démission de Robert Sarver. »

A lire :  NBA: Thompson révèle l'influence de Barcelone dans le succès des Warriors - NBA USA

Najafi a déclaré qu’il n’avait aucun intérêt à devenir le partenaire majoritaire dans son appel à la sortie de Sarver.

« Bien que je n’ai aucun intérêt à devenir l’associé directeur, je travaillerai sans relâche pour m’assurer que le prochain délégué d’équipe traite toutes les parties prenantes avec dignité, professionnalisme et respect », a-t-il écrit.