Les États-Unis sans Brittney Griner font un début inquiétant à la Coupe du monde de basket-ball féminin – Basket USA

36

Breanna Stewart a marqué 22 points et capté quatre rebonds alors que les États-Unis ont lancé leur candidature jeudi pour un quatrième titre mondial consécutif de basket-ball féminin avec une victoire de 87-72 sur la Belgique.

Le champion olympique avait une avance de 48-39 à la mi-temps et n’a jamais cédé malgré l’absence de trois joueurs de sa formation de 12 joueurs qui sont toujours en route vers l’Australie après les finales de la WNBA.

Aucun membre de l’équipe américaine ne portera le maillot numéro 15 à la Coupe du monde par respect pour la star Brittney Griner, qui languit dans une prison russe.

Jewell Loyd et Alyssa Thomas ont toutes deux ajouté 14 points tandis que Julie Vanloo en a marqué 13 pour mener la Belgique lors de la première journée du tournoi de 10 jours à Sydney.

La victoire était la 23e consécutive des Américains à la Coupe du monde, une séquence incroyable qui a commencé en 2010.

Plus inquiétant encore, ils n’ont pas été battus dans un match de la phase préliminaire depuis 1975, par la Tchécoslovaquie de l’époque.

« C’était à peu près ce à quoi nous nous attendions, nous savions que nous allions sortir fort et bien faire les choses, mais aussi faire des erreurs. C’était la première fois que nous étions sur le terrain avec l’équipe », a déclaré Stewart.

L’entraîneure Cheryl Reeve s’est dite particulièrement satisfaite de leur défense.

« Nous nous attendions à ce que nous soyons un peu rudes en termes de chimie, mais nous avions une bonne chimie du côté défensif, ce que j’ai trouvé très bon », a-t-elle déclaré.

A lire :  Tour d'horizon de la NBA: les Cleveland Cavaliers reviennent en OT, éliminent les Denver Nuggets - NBA

Plus tôt, Porto Rico a remporté sa toute première victoire en Coupe du monde en écrasant la Bosnie-Herzégovine dirigée par Jonquel Jones 82-58.

La vétéran vedette Arella Guirantes a marqué un sommet de 26 points, neuf rebonds et huit passes décisives – la première fois depuis le tournoi de 1994 qu’un joueur avait empoché au moins 25 points, huit rebonds et huit passes décisives en un seul match.

Malgré le départ à la retraite des piliers Sue Bird et Diana Taurasi, et l’absence de Griner, les États-Unis restent les grands favoris pour décrocher un 11e titre.

Chelsea Gray, Kelsey Plum et A’ja Wilson, qui faisaient toutes partie de l’équipe des Las Vegas Aces qui a scellé la finale WNBA 3-1 contre le Connecticut Sun le week-end dernier, ne sont pas encore arrivées en Australie et n’ont pas figuré jeudi.

Malgré leur absence, l’équipe a rapidement trouvé son rythme après que Reeve ait choisi de commencer avec Ariel Atkins, Kahleah Cooper, Loyd, Stewart et Thomas.

Ils ont couru vers une avance de 32-22 au premier quart avec Loyd en marquant 10 d’entre eux.

La Belgique, qui a terminé quatrième en 2018, s’est ralliée pour remporter le deuxième quart-temps 17-16.

Mais ils n’étaient pas à la hauteur de la solide défense et des prouesses au tir des États-Unis alors qu’ils galopaient vers la victoire en seconde période.

Avec la Belgique, les États-Unis sont dans le groupe A avec la Chine, la Corée du Sud, Porto Rico et la Bosnie-Herzégovine, les quatre premiers se qualifiant pour les quarts de finale.

A lire :  NBA 2022-23: Joel Embiid porte les Sixers devant les Bucks - NBA

La Chine affrontera la Corée du Sud plus tard jeudi.

L’Australie, finaliste battue en 2018, sera la tête d’affiche du Groupe B et affrontera la France, médaillée de bronze olympique, en tête. Le Japon, champion d’Asie, affronte le Mali tandis que le Canada affronte la Serbie.