Location: hausse des prix en 2020. Milan la plus chère, Enna la moins chère – Championnat d’Europe 2020

214

Dans une année caractérisée par le ralentissement de la demande de logements locatifs, avec une augmentation significative du stock disponible à la location en raison du blocage, les prix ont flambé puis accuser un freinage fort en correspondance avec la deuxième vague deUrgence Covid.

Ainsi le bureau d'étude d'Idealista selon lequel les loyers en Italie ont augmenté de 14,9% au cours de l'année 2020, à raison de 10,9 euros par mois en moyenne. En revanche, au dernier trimestre, les prix affichent une baisse de 0,5%, selon l'indice des prix des logements d'idéaliste.

Locations: la situation dans les régions, provinces et capitales

Au niveau régional, c'est le Lombardie avec 14,8 euros / m² pour enregistrer les loyers les plus élevés, suivi par Lazio (12,4 euros / m²), Toscane (12 euros / m²), Trentino Alto Adige (11,4 euros / m²) e Val d'Aoste (11 euros / m²).
Toutes les autres régions se situaient à des valeurs inférieures à la moyenne nationale, de 10,7 enEmilia Romagna, à réduire aux 5,3 euros du Calabre, la région la moins chère devant la Molise (5,4 euros / m²).

Milan (17,5 euros / m²) confirme la province avec les loyers les plus chers d'Italie devant Ravenne (14,8 euros / m²) e Lucques (14,1 euros / m²).
Les provinces les moins chères où louer une maison sont Caltanissetta est Avellino avec 4,7 euros par mètre carré de loyer, suivi de Catanzaro ed Enna, respectivement 4,5 et 4,3 euros par mois. Au niveau de la capitale, Raguse est le seul marché qui n'a pas subi de changements en 2020.
Dans une année marquée par des hausses, les deux chiffres de Urbino (29,4%), Vibo Valentia (19,5%) e Cagliari (16,8%). Contrairement à la tendance, les plus fortes contractions sont dues à Ascoli Piceno (-10,3%), Matera (-12,3%) e Catanzaro (-13,2%).

A lire :  Le manager de l'Angleterre Gareth Southgate profite de la confrontation de l'Écosse à l'Euro 2020 tout en félicitant Auld Enemy - Euro 2020

Seconde Vincenzo De Tommaso, Chef du bureau d'études Idealista:

"LA prix de location enregistre une augmentation en partie due à la mise sur le marché d'un produit traditionnellement destiné à la location touristique. Ce sont de petites maisons avec un prix unitaire plus élevé en raison de leur emplacement, souvent dans les zones centrales des villes.
Dans la deuxième vague de la pandémie, on assiste cependant, à partir des villes où la rotation des baux était plus élevée, à une tendance à la baisse des prix, comme en témoigne la baisse Venise (-9,6% sur un an), suivi de Florence (-7,9%) e Milan (-6,4%). Malgré la difficulté de faire des prévisions sur des marchés aussi volatils, il est probable que la tendance à l'ajustement des prix au nouveau cycle économique se poursuivra et s'étendra également aux autres grandes capitales jusqu'à ce que l'offre de logements soit réabsorbée ".