Lyon-Juventus : Houssem Aouar, une soirée européenne pour briller – Championnat d’Europe 2020

238

« Houssem, je l’appelle crack. C’est le mot pour désigner un grand joueur », sourit Juninho, le directeur sportif de l’Olympique lyonnais. Et Juni n’a pas souvent eu l’occasion de sourire avec son OL cette saison. Largué en championnat (7e du championnat, à 7 points de la 3e place), Lyon survit grâce aux Coupes, encore engagé dans quatre compétitions. Il le doit notamment à celui qui a récupéré le fameux numéro 8 de Juninho, Houssem Aouar, 21 ans.

Buteur contre l’OM (1-0) en quart de finale de la Coupe de France, contre Lille (1-1) en demi-finale de la Coupe de la Ligue, contre Leipzig (2-2) lors du match décisif pour la qualification en 8e de finale de Ligue des champions : bref, s’il n’est pas toujours régulier, lors des « grandes » performances on trouve toujours la patte Aouar.

Et la Juventus, c’est plus qu’un grand match. « Évidemment, Aouar, c’est à lui qu’on pense tout de suite comme l’élément capable d’apporter un plus, de créer de l’incertitude, de porter l’OL, souligne Patrice Garande, l’ancien entraîneur de Caen. Après, Aouar ou pas, si c’est Lyon que l’on voit en championnat, l’OL n’aura aucune chance. Pour battre une équipe comme la machine Juventus, il faut que tous soient à leur meilleur niveau. Pas seulement Aouar. »

L’équipe de France dans un coin de la tête

Mais Aouar, 21 ans, peut en profiter pour se montrer un peu plus devant l’Europe entière. Pour son avenir. Vendredi, dans Tuttosport, son président Jean-Michel Aulas, a fait une sortie dont il a le secret : « Je n’ai jamais parlé de Houssem avec Andrea Agnelli (NDLR : le président de la Juve), mais je sais qu’il y a eu des contacts entre certains de nos dirigeants. J’aimerais voir Aouar à la Juventus à l’avenir et j’espère que c’est son ambition. Si Aouar a cette ambition, il voudra en profiter pour faire belle figure lors de la double confrontation. »

Celui qui, petit, avait « des airs de Xavi et d’Iniesta », dixit Fabrice, son entraîneur à l’AS Tonkin – à Villeurbanne à côté de Lyon – entre 8 et 11 ans, son premier club, a bien grandi.

Tous les grands clubs le surveillent. Didier Deschamps aussi. En septembre 2019, le sélectionneur des Bleus l’avait choisi après le forfait de Pogba pour les matchs face à l’Albanie et Andorre. Blessé aux adducteurs, il avait dû déclarer forfait. Guendouzi avait ainsi été promu. Le Lyonnais fait partie d’une liste élargie au sein des Bleus. Il est apprécié. L’Euro 2020, ça va être compliqué, à moins d’une blessure à son poste. Mais à moyen terme, il postule clairement. De bonnes performances contre la Juve peuvent aider à bousculer le destin.