4 incentives de la phase finale des barrages pour l'Euro 2020 – Championnat d’Europe de Football 2020

17
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

Le jeu le plus important de leur vie

Géorgie – Macédoine (jeudi, 18 h 00)

La Géorgie et la Macédoine du Nord n'ont jamais été à un championnat d'Europe; pour l'un ou l'autre, ce sera la première fois qu'ils participeront à la phase finale du tournoi de l'équipe nationale européenne. Ce jeudi, ils se réuniront à Tbilissi, où la Géorgie s'est développée ces dernières années. Ni le Danemark ni l'Irlande n'ont pu voir un but à la Dinamo Arena en Géorgie lors de la phase de qualification pour l'Euro 2020, ni la Biélorussie en octobre dernier en demi-finale de ce barrage. Mais la Géorgie n'est pas la seule à entrer dans ce match sur une lancée. La Macédoine du Nord a battu le Kosovo au tour précédent et compte désormais six matchs consécutifs sans perdre. Malheureusement, comme nous l'avons déjà vu qu'un jour oui et un jour se passent aussi dans le monde, le précédent de cette rencontre est à nouveau très conditionné par les cas de coronavirus. La Géorgie a signalé mercredi deux cas positifs dans sa concentration, et tous deux correspondent à deux footballeurs sélectionnés par Vladimir Weiss: l'un est Khvicha Kvaratskhelia, le jeune joueur de Rubin Kazan qui a laissé un si bon goût dans sa bouche lors du match contre la Biélorussie, et un autre, Le milieu de terrain turc du Konyaspor Levan Shengelia. Les deux ont été immédiatement isolés dans la concentration géorgienne, et dans le même communiqué, la sélection a rapporté que le reste des tests (aux joueurs de football et aux membres du personnel d'entraîneurs) avait obtenu un résultat négatif. Mais malheureusement, ils ne sont pas les seuls à manquer cette rencontre à cause de Covid-19. Du côté de la Macédoine du Nord, Kire Ristevski et Krste Velkoski n'ont pas pu monter dans l'avion à Skopje avec le reste de leurs collègues après avoir connu leurs positifs aux tests de coronavirus. Ni Enis Bardhi, le milieu de terrain de Levante UD, qui a dû se retirer blessé de l'entraînement mardi dernier et est rentré en Espagne ce mercredi pour subir de nouveaux tests médicaux. Le cas de Ristevski est curieux car le footballeur a été testé négatif en Hongrie, où il joue actuellement pour Újpest, mais à Skopje, lors des tests de l'UEFA, le résultat a été positif. Les deux équipes viennent donc avec des pertes très importantes au match le plus important de leur histoire. La Géorgie et la Macédoine du Nord ne sont pas deux inconnues: toutes deux se sont déjà vues en 2020, en septembre et octobre, en tant que rivales de leur groupe de l'UEFA Nations League, et les deux matches, curieusement, se sont soldés par un nul à un. Le vainqueur fera partie du groupe C (Pays-Bas, Ukraine et Autriche) au Championnat d'Europe. UN B.

Il y aura un public pour rencontrer le troisième rival de l'Espagne

Irlande du Nord – Slovaquie (jeudi, 20h45)

Sur les 18 000 sièges dont dispose Windsor Park, 1 060 seront occupés ce soir pour encourager l'Irlande du Nord alors qu'elle tente d'atteindre le deuxième championnat d'Europe de son histoire, le même record que l'équipe slovaque entend atteindre. Aucun d'entre eux n'atteint ce barrage en grande forme, compte tenu des chiffres, qui sont également identiques: l'Irlande du Nord et la Slovaquie n'ont remporté qu'un seul de leurs neuf derniers matches, un chiffre qui a vu Pavel Hapal licencié après la dernière pause en équipe nationale. dans lequel ils ont perdu deux matches de Ligue des Nations après avoir qualifié la Slovaquie pour la finale d'aujourd'hui. Sur son site apparaît Stefan Tarkovič, qui jouait déjà en 2018 après le départ de Jan Kozák et qui a vécu le dernier Championnat d'Europe en tant qu'entraîneur adjoint. De son côté, l'Irlande du Nord a déjà brûlé la cartouche pour le changement d'entraîneur il y a seulement cinq mois, et pour l'instant Baraclough reste malgré une statistique lapidaire – à laquelle l'ancien entraîneur a également contribué -: lors des 11 derniers matchs, l'Irlande del Norte a terminé 72 fois contre le but rival, alors qu'ils ont été abattus 186 fois. C'est une information très révélatrice, qui montre à quel point la défense est peu fiable par rapport au cycle de qualification pour l'EURO 2016. Pour aider à maintenir le manque de fiabilité qui subsiste, la présence de Jonny Evans est confirmée, qui a pris un coup. sur le dos lors du dernier match de Premier avec Leicester. Le milieu de terrain partant George Saville pourra jouer après avoir été en retard au camp en raison d'une urgence familiale, tandis que Kyle Lafferty a rejoint le camp après le décès récent de sa sœur. Ceux qui ne seront pas là sont Jordan Jones, l'ailier gaucher des Rangers qui a violé le protocole de coronavirus de son équipe, et le blessé Joel Cooper – ailier gauche -, Matty Kennedy, Corry Evans – milieu de terrain – ou Trevor Carson – gardien de but. Ces pertes ont obligé à convoquer des joueurs de moins de 21 ans, comme Ethan Galbraith, Alistair McCann ou Conor Hazard. Dans le cas de la Slovaquie, Tarkovič a également quelques pertes, les plus importantes étant celles de Martin Dubrávka et Martin Škrtel, bien que celles d'autres joueurs qui font de la place en équipe nationale comme Mátus Bero, Robert Boženík méritent également d'être mentionnées. ou Martin Koscelník. Bien sûr, un Milan Škriniar incontesté revient et deux mythes du football slovaque tels que Vladimír Weiss et Tomáš Hubočan (67 et 65 sélections, respectivement) reviennent à une convocation officielle après deux ans. Les deux équipes, avec de nombreux points communs dans leur récente carrière, partagent le fait d'avoir atteint ce point grâce à une séance de tirs au but, une situation qui ne peut être exclue pour le match de ce soir. Ce serait une crise cardiaque de décider qui complète le groupe E, celui de l'Espagne, qui comprend également la Suède et la Pologne. JN.

La Hongrie veut revenir à un championnat d'Europe, comme elle l'a fait en 2016. Photo: Paul Chesterton / Focus Images Ltd
La Hongrie veut revenir à un championnat d'Europe, comme elle l'a fait en 2016. Photo: Paul Chesterton / Focus Images Ltd

Contenu connexe: Tout le monde veut voir Dominik Szoboszlai

Sans Marco Rossi et avec le championnat islandais suspendu

Hongrie – Islande (jeudi, 20h45)

La Hongrie et l'Islande veulent revenir à un championnat d'Europe quatre ans plus tard. Les deux équipes participaient au tournoi organisé en France en 2016 et ont toutes deux réussi à atteindre les éliminatoires directes après avoir passé la phase de groupes correspondante. La Hongrie a atteint les huitièmes de finale, où ils ont été battus par la Belgique (0-4), et l'Islande a résisté jusqu'aux quarts de finale, où ils ont perdu contre la France après avoir quitté l'Angleterre en chemin. Il a beaucoup plu depuis, et cette fois, seul l'un des deux pourra participer à l'Eurocup l'été prochain. Le vainqueur de ce duel entre Hongrois et Islandais fera partie du groupe redouté de la mort au Championnat d'Europe, celui dans lequel le Portugal, la France et l'Allemagne sont déjà présents. Mais c'est ce qui inquiète le moins la Hongrie et l'Islande pour le moment. En fait, la Hongrie arrive à ce match avec une perte particulièrement importante: celle de son entraîneur, Marco Rossi, qui a été testé positif au coronavirus ces dernières heures. L'équipe hongroise a signalé son cas ce mercredi, et l'entraîneur italien a été immédiatement limogé afin que sa contagion ne devienne pas une épidémie dans l'appel. Le match, à la Puskás Arena de Budapest, se jouera à huis clos, comme l'a annoncé la Fédération hongroise elle-même dans un communiqué. Qui sera, sauf surprise de dernière minute, bien sûr, est la star de l'équipe nationale, Dominik Szoboszlai, qui a raté la précédente demi-finale contre la Bulgarie à cause de Covid-19, bien qu'il ait rejoint l'expédition plus tard que ses coéquipiers jusqu'à ce que Red Bull Salzburg, son club actuel, annonce que tous les tests effectués dans le passé Lundi, la première équipe avait été négative. La Fédération hongroise a pris des mesures très restrictives pour éviter toute contagion éventuelle de l'appel, et pour cette raison, tous les footballeurs actuellement actifs hors de Hongrie ont dû maintenir une quarantaine préventive avant de pouvoir entrer en contact avec le reste du groupe. Mais la Hongrie n'est pas la seule à arriver avec des absences notables à ce match en raison de Covid-19. L'Islande, dans un bref communiqué, a annoncé lundi dernier qu'Arnór Ingvi Traustason, le footballeur suédois de Malmö, ne serait pas finalement convoqué pour se rendre en Hongrie pour la même raison. Tout cela après que la Fédération islandaise de football (KSI) a annoncé il y a quelques semaines la suspension de toutes les compétitions de football en raison de l'avancée de la pandémie dans le pays. La Fédération a annoncé qu'après avoir fait deux arrêts dus à Covid qui avait retardé de force tout le calendrier, et après avoir réussi à disputer les deux tiers de la compétition, la suspension de toutes les ligues n'empêcherait pas (jusque-là) d'être champions déclarés ou qu'il y aura des promotions et rétrogradations entre les catégories. De cette façon, Valur Reykjavík, l'équipe de Hannes Halldórson, l'actuel gardien de but de l'équipe nationale, leader jusqu'à la suspension définitive, a été déclaré champion; son troisième championnat au cours des quatre dernières années. UN B.

Qui brisera plus de deux décennies sans disputer un championnat d'Europe?

Serbie v Ecosse (jeudi, 20h45)

Depuis ce but d'Alfonso Pérez à la 95e minute d'une Yougoslavie 4-3 espagnole très mémorable disputée à Bruges, la Serbie n'a plus disputé de Championnat d'Europe. En fait, il n'a jamais atteint le championnat d'Europe depuis sa séparation du Monténégro en 2006, lorsque les deux pays ont fait ensemble leur dernière apparition internationale à la Coupe du monde en Allemagne, un mois après le référendum sur l'indépendance du Monténégro. Contre la Serbie sera l'Écosse, le seul pays du Royaume-Uni qui subit une longue sécheresse en ce qui concerne la contestation des grands tournois nationaux. La sécheresse de l'armée tartan est encore plus longue que celle de la Serbie, puisqu'elle n'a pas été présente dans un tournoi majeur depuis la Coupe du monde de 1998 et n'a pas disputé le championnat d'Europe depuis 1996. Steve Clarke était international avec l'Ecosse mais n'a jamais joué de tournoi majeur, ce qui le motive sans aucun doute à chercher la victoire ce soir à Marakana. L'assistant de Mourinho à Chelsea il y a des années, Clarke a relancé l'équipe nationale écossaise: il a remplacé Alex McLeish en mai 2019 après une défaite 3-0 contre le Kazakhstan, et compte désormais huit matchs invaincus, avec six victoires et deux nuls, avec ce qu'il espère prolonger la séquence et devenir un héros de tout un pays. Stuart Armstrong revient dans l'équipe après avoir raté la demi-finale des barrages contre Israël en raison d'un coronavirus, ainsi que Kieran Tierney et Ryan Christie, qui n'ont pas pu jouer en raison d'un contact étroit avec le footballeur de Southampton. La mauvaise nouvelle pour Clarke est qu'en raison de blessures aux ischio-jambiers, il ne pourra pas compter sur Ryan Fraser – une attaque faible et difficile – ou Grant Hanley, qui a été appelé pour ce match après deux ans sans avoir fait partie de l'équipe nationale. Leigh Griffiths, qui n'a pas non plus joué avec l'armée tartan depuis 2018, est sur la liste. John McGinn est présenté comme l'une des plus grandes menaces pour la Serbie, avec ses six buts lors des quatre derniers matches de qualification pour le Championnat d'Europe. Bien que si l'on parle de gros chiffres, il faut rester avec ceux d'Aleksandar Mitrović, auteur de 10 buts sur ce chemin vers l'EURO et qui a enchaîné six rencontres percant le but rival avant le dernier match contre la Norvège. Mitrović lui-même, coupant la mauvaise série de résultats contre la Norvège -cinq matchs sans gagner- ou le niveau inférieur de l'Écosse sont des arguments dont la Serbie tient compte pour être optimiste pour ce soir, sans dédaigner que la majorité des joueurs qui sont en Italie ont enfin pu se rendre à Belgrade pour jouer. Bien que Filip Djuričić soit absent en raison d'un coronavirus, les restrictions de mobilité n'impliquent finalement pas des joueurs comme Nikola Milenković ou Sergej Milinković-Savić (également touchés par la controverse des tests contradictoires de la Lazio). Celui qui ne peut pas comparaître en raison du protocole anti-covid est Miloš Veljković, un défenseur central du Werder, qui n'est pas autorisé à se déplacer par la ville hanséatique libre de Brême. Tumbaković n'a que la mouche derrière l'oreille avec laquelle il jouera dans le couloir de gauche, en raison de la très faible activité de Kostić et Ristić le mois dernier (3 et 9 minutes jouées, le tout dans le dernier match avant la pause actuelle). Au but, Rajković est figé malgré une énorme contusion près de son œil gauche, ce qui l'empêche de l'ouvrir complètement. Et le reste des onze sera le même que contre la Norvège, avec Tadić et Milinković-Savić – décisifs à Oslo avec un doublé – comme meneurs de jeu derrière Mitrović. Le vainqueur, comme 7 millions de Serbes et 5 millions d'écossais le savent parfaitement, va dans le groupe D de l'Eurocup avec l'Angleterre, la Croatie et la République tchèque, c'est-à-dire le chant classique: on verra si britannique ou balkanique. JN.

Soutenez le contenu de MarcadorInt et devenez mécène du projet via Patreon. Vous pouvez vous inscrire ici.

Textes de Jaume Naveira (J.N.) et Adrián Blanco (A.B.). Photo de couverture: Mike Griffiths / Focus Images Ltd.