600 euros confirmés pour avril et mai – Euro 2020

17

Bonus de journaliste indépendant – Le Décret de relance approuvée par le gouvernement dans la soirée du mercredi 13 mai, elle a également étendu l'allocation de 600 euros aux journalistes les plus exposés aux effets de la crise pour les mois d'avril et mai, c'est-à-dire aux journalistes précaires et indépendants à faible revenu inscrits à l'INPGI 2.

Par conséquent, comme indiqué dans la FAQ préparée par la FNSI et mise à jour au 15 mai 2020, ceux inscrits à Inpgi 2 qui ont reçu l'allocation de 600 euros pour le mois de mars, peuvent également compter sur la même chose pour les mois d'avril et mai. performance.

Cependant, la FAQ ne précise pas s'il sera nécessaire de soumettre à nouveau la candidature pour recevoir la prime des journalistes indépendants pour les mois d'avril et mai ou si l'indemnité sera versée automatiquement à ceux qui l'ont déjà demandée pour le mois de mars.

En effet, la publication du décret de relance est attendue pour pouvoir en lire le contenu en détail.

Bonus pour les journalistes indépendants – Bénéficiaires potentiels

L'arrêté interministériel du 28/03/2020 prévoyait une allocation spéciale pour les indépendants et les professionnels, non retraités, inscrits exclusivement aux Fonds privatisés et donc également destiné aux journalistes inscrits dans la gestion séparée INPGI.

Cette allocation, qui pour le mois de mars 2020 était de 600 euros net, sera versée aux professionnels inscrits dans les caisses professionnelles qui:

  • en 2018, il a perçu un revenu total ne dépassant pas 35000 euros et dont l'activité a été limitée par les mesures restrictives prises à la suite de l'urgence COVID-19;
  • en 2018, il a perçu un revenu total compris entre 35 000 et 50 000 euros, à condition qu'il ait cessé ou réduit ou suspendu son activité indépendante ou indépendante en raison de l'urgence épidémiologique de COVID-19.

Bonus pour les journalistes indépendants – Précisions supplémentaires

Comme récemment spécifié par le soi-disant "Décret de liquidité" (décret législatif 23/2020), les professionnels bénéficiant de l'allocation précitée sont les "non-retraités et inscrits exclusivement" et – comme précisé par l'Inpgi – pour pouvoir accéder à l'allocation vous ne devez pas être titulaire une pension ou un autre employé ou un revenu de remplacement (provenant des filets de sécurité sociale ou du revenu de la citoyenneté).

Cette allocation – qui ne contribue pas à la formation de revenus – ne peut être cumulée avec les prestations (visées aux articles 19, 20, 21, 22, 27, 28, 29, 30, 38 et 96) du décret législatif 18/2020, ni avec le revenu de citoyenneté. Le décret précise que – aux fins d'indemnisation – nous entendons:

  • pour cessation d'activité: la fermeture du numéro de TVA, entre le 23 février 2020 et le 31 mars 2020;
  • pour réduction ou suspension de travail: une réduction avérée d'au moins 33% des revenus du premier trimestre 2020, par rapport aux revenus du premier trimestre 2019.

Comme spécifié par le ministère du Travail, l'allocation de 600 euros peut également être reconnue aux journalistes qui se sont inscrits à la direction séparée d'Inpgi au cours de l'année 2019 ou au début de 2020 et qui ne peuvent pas déclarer, pour l'année fiscale 2018, un revenu provenant de l'exercice indépendant de l'activité journalistique.

Pourvu – comme indiqué dans la FAQ du ministère – qu'ils aient en tout état de cause perçu, en 2018, un «revenu global» ne dépassant pas 35 000 euros, soit entre 35 000 et 50 000 euros. Par conséquent, le paramètre de revenu de référence pour vérifier la propriété du droit à l'indemnité de 600 euros coïncide avec le «revenu total» reçu en 2018; des revenus qui, par conséquent, peuvent ne pas coïncider avec les seuls revenus provenant de l'exercice d'une activité journalistique indépendante.