Agcom inflige une amende de 1,5 million d'euros à Rai: "Violer l'indépendance, l'impartialité et le pluralisme". Pd: "Grave, via Salini et les sommets" – Foot 2020

52

Bien de 1,5 million d'euros pour Rai. Le Conseil deAGCOM a constaté, avec deux résolutions différentes, certaines violations des obligations du contrat de service par le concessionnaire du service public de radio et de télévision. En particulier, en ce qui concerne de nombreux épisodes concernant la programmation diffusée par trois réseaux généralistes, l'Autorité a constaté que Rai n'avait pas respecté les principes de "indépendance, impartialité et le pluralisme ". Agcom – lit une note – a également constaté le non-respect des principes de non-discrimination et de transparence, en ce qui concerne la tarification effectivement appliquée par le concessionnaire Rai lors de la vente d'espaces publicitaires.

Le Parti démocrate appelle à la démission de la haute direction de Salini et Rai – «La prononciation (et fine) d'Agcom sur Rai dit des choses claires et sérieuses. Si vous ajoutez le voyage à Sanremo, l'image est complète. Changer et changer rapidement est le seul moyen ", a écrit le secrétaire adjoint Pd sur Twitter. Andrea Orlando. Le chef adjoint du groupe dem à la Chambre Michele Bordo est allé plus loin en demandant la démission duPDG: "A Salini", a-t-il dit, "il ne reste plus qu'à évaluer sa permanence au sommet de l'entreprise ainsi que la permanence de la direction actuelle. Les violations répétées du contrat de service, constatées par Agcom et évoquées à plusieurs reprises ces derniers mois, représentent un double canular au détriment de la qualité des informations Rai pour les citoyens qui devront également payer l'amende car ils sont actionnaires par le biais du gouvernement. Pour Salini et pour la direction, il est temps pour la vérité. " Pour le député d'Italia viva Michele Anzaldi nous sommes confrontés à "une sanction sans précédent": "C'est la conséquence inévitable de ce que je dénonce depuis des mois par des plaintes, des questions, des déclarations: ce Rai représente l'un des points les plus bas jamais atteints par l'information de la fonction publique".

Pour le Mouvement 5 étoiles le vice-président de la Commission de surveillance Rai a parlé Primo Di Nicola: "La nouvelle de la sanction infligée à Rai par Agcom est très sérieuse", a-t-il dit, "mais tout aussi grave est que Agcom lui-même signale l'amende pour violations graves du contrat de service public sans indiquer les émissions auxquelles elle se réfère . Qu'il y a des problèmes dans l'entreprise publique ce n'est pas nouveau et nous les avons dénoncés. Mais cette sortie de l'Autorité et les divisions internes qui émergent sur la décision prise inquiètent et alarment. Nous attendons qu'Agcom fournisse une documentation détaillée à ce sujet. Après cela, en tant que mouvement 5 étoiles, nous ferons nos évaluations. Sur Rai, nous n'acceptons pas les jeux. Les règles du jeu équitables sont fondamentales, mais auprès de l'Autorité, nous voulons savoir qui l'a violé et comment ".

La sanction "pour l'étendue et la durée des infractions" – L'Autorité pour les garanties dans les communications, selon la note officielle, a décidé d'imposer la sanction, en raison de l'étendue et de la durée des infractions, mais en tenant compte de certaines initiatives réparatrices. Il a voté contre le commissaire Mario Morcellini, tandis que le commissaire s'est abstenu Francesco Posteraro. "Je me suis abstenu parce que je pense que les violations constatées ne sont pas d'une gravité qui nécessite l'imposition d'une sanction", a déclaré Ansa Posteraro à Ansa. L’Autorité a ensuite mis en garde le concessionnaire public lui demandant d’éliminer, dans la validité de contrat de service 2018-2022, les violations et les effets des infractions constatées, l'adoption de mesures spécifiques visant à garantir le respect des obligations et à éviter la répétition des violations à l'avenir, rappelant l'importance de la responsabilité éditoriale publique du revendeur.

"Dans la surveillance de la mission de service public", a encore précisé Agcom, "je ne suis pas les cas individuels, sur laquelle l'entreprise a souvent mis en œuvre des actions réparatrices ou correctives, pour détecter mais l'effet que ces comportements ont généré et pourraient générer sur les valeurs de la communauté et les droits des citoyens, ainsi que sur valeur de l'utilité publique et sociale des frais de service du titulaire ". L'Autorité a également constaté à l'unanimité le non-respect des principes de non-discrimination et de transparence en ce qui concerne la tarification effectivement appliquée par le concessionnaire lors de la vente d'espaces publicitaires. Par conséquent, Agcom a averti Rai de cesser immédiatement le comportement contesté, également afin de permettre à Agcom la vérification de l'utilisation correcte des ressources publiques (canon) et privées (publicité) pour le financement d'activités et de programmes de service public.

L'entreprise: "Étonnement devant la décision" – Peu de temps après la nouvelle des résolutions, Rai a publié une note pour réaffirmer qu '"il note avec une grande stupéfaction les décisions du Conseil de l'Autorité d'aujourd'hui". L'entreprise a donc défendu son travail: «En se réservant le droit d'examiner la disposition en détail lors de sa notification, Rai ne manquera pas de représenter l'exactitude de son travail dans les lieux appropriés conformément au rôle que lui attribuent les lois, y compris celles qui protègent l'autonomie des journalistes ". Et encore: «La fonction publique est toujours occupée, même dans cette situation complexe, dans la protection de la libre information et dans la représentation correcte du débat dans le pays, principalement au bénéfice des citoyens qui paient la redevance, le tout toujours dans le plus grand respect des règles auxquelles il est soumis ". La note conclut donc: «La fonction publique est toujours aussi occupée dans cette situation complexe, dans la protection de la libre information et dans la représentation correcte du débat dans le pays, principalement au profit des citoyens qui paient la redevance, le tout dans le plus grand respect des règles auxquelles il est soumis ".


près

Avant de continuer

Si vous êtes ici, il est clair que vous appréciez notre journalisme.
               Comme vous le savez, un nombre croissant de personnes lisent Ilfattoquotidiano.it sans avoir à payer quoi que ce soit.
               Nous l'avons décidé parce que nous sommes convaincus que tous les citoyens doivent pouvoir recevoir des informations gratuites et indépendantes.

Malheureusement, le type de journalisme que nous essayons de vous proposer prend du temps et beaucoup d'argent.
               Les revenus publicitaires nous aident à payer tous les collaborateurs nécessaires pour garantir
               toujours la norme d'information que nous aimons, mais ce n'est pas suffisant pour couvrir les coûts
               de ilfattoquotidiano.it.

Si vous nous lisez et aimez ce que vous lisez, vous pouvez nous aider à continuer
               notre travail pour le prix d'un cappuccino par semaine.

Merci,
Peter Gomez

Article précédent

Il y avait Gruber, Carofiglio et Cerasa. Et ils étaient tous là pour appuyer sur le grill Buffagni

suivant