Agriculture, 16 millions d'euros de dommages indemnisés en 2020 – Economie – Euro 2020

7
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

Trente. «Même dans une année difficile comme 2020 en raison de la pandémie, la Co.Di.Pra s'est consolidée comme point de référence pour la protection des revenus des agriculteurs». C'est ce qu'a déclaré le président du Consortium Giorgio Gaiardelli. La valeur totale du produit assuré a de nouveau augmenté, atteignant le chiffre de 420 millions, auquel il faut ajouter 515 millions de fonds communs de placement pour couvrir davantage de dommages: un autre record historique. Le Trentin s'est une fois de plus confirmé comme la province avec le plus fort pourcentage de produits assurés en Italie, nous sommes à 85%, contre une moyenne nationale qui ne dépasse pas 20%. Le montant total des primes versées s'est élevé à 54,5 millions d'euros contre 52 l'année précédente, la part à payer par les actionnaires s'élevant à environ 22 millions d'euros. 70% du coût du FSR a été supporté par l'UE qui a mis à disposition en 2 ans plus de 14 millions d'euros.

Moins de pression sur les entreprises

Après plusieurs années où les calamités atmosphériques ont frappé durement les cultures spécialisées du Trentin, les pommes en tête, mais aussi le gel sur les vignes et les cerisiers, enfin 2020 a été comme 2019 une année douce, les dégâts étaient mineurs sauf que pour le gel sur les cerisiers, tandis que la grêle a frappé par endroits. Les zones les plus touchées ont été fin mars et début avril dans certains territoires de la province avec notamment les gelées des pommiers et des cerisiers. Dans la nuit du 28 au 29 août, une vague de mauvais temps sur la Destra Adige avec des dégâts considérables aux vignes et aux vergers. Grêle massive sur la ville de Caldes le soir du 16 septembre. Ces deux derniers événements se sont produits quelques jours seulement après le début des vendanges.

Le montant total des dommages versés par les compagnies d'assurance pour 2020 s'élève à 16 millions d'euros contre 40 millions l'année précédente, qui réservait une marge brute aux entreprises de 11 millions d'euros. Cette année, la marge brute sera encore plus importante, un peu moins de 40 millions. Ceci après des années comme celles des fameuses gelées de 2017, "une année au cours de laquelle un indice égal à 400% a été enregistré et une compensation supérieure à 155 millions d'euros en faveur de nos associés" – explique la nouvelle directrice du consortium Monica Sartori, qui a remplacé Andrea Berti, le directeur historique qui a déménagé à Toma en milieu d'année en tant que directeur général du système d'assurance agricole avec le titre de directeur général d'Assnacodi.

Le fonds Covid 19

Et depuis Rome, Berti a déjà lancé un nouveau fonds innovant pour faire face à la pandémie: le «Agrovs Covid-19» que Co.Di.Pra a décidé d'offrir gratuitement à tous ses membres pendant 3 mois, puis chacun décidera quoi faire , rappelle le président qui souligne également le fait qu'en 2020 le FST (fonds de stabilisation des revenus) a été consolidé, pour les pommes qui a permis de récupérer des fonds européens pour environ 6 millions d'euros, un fonds également étendu aux vaches laitières et aux maladies des plantes, dont l'explosion dont les fruiticulteurs touchés par cette maladie ont pu bénéficier en 2020. Avec les fonds communs de placement, près de 3000 entreprises qui avaient demandé cette couverture ont été liquidées par les dégâts des punaises de lit asiatiques. Les activités importantes sur le front du climat se sont également poursuivies, donnant vie, comme le rappelle la nouvelle directrice de Co.Di.Pra Monica Sartori, à PEI A 4.0, en collaboration avec la FEM et d'autres partenaires pour développer un projet permettant de suivre le territoire. agricole du Trentin tant d'un point de vue agronomique que climatique afin de détecter et quantifier la sensibilité au risque de gel sur nos territoires et par conséquent de programmer des outils de défense active de plus en plus ciblés. C.B.