Alors que l'Ukraine se prépare pour l'Euro 2020, sa ligue nationale est en déclin – Euro 2020

58

Le football ukrainien a un passé glorieux et un pedigree considérable, mais son championnat national est en difficulté.

Lorsque Andriy Shevchenko a remporté la Ligue des champions avec Milan en 2003, il a demandé au propriétaire du club, Silvio Berlusconi, s'il pouvait emprunter l'énorme trophée pendant quelques jours afin de tenir une promesse.

L'ancien Premier ministre italien, toujours prêt à faire plaisir à son joueur le plus précieux, a accepté. Shevchenko est immédiatement parti pour Kiev, où il a tenu sa promesse: remettre le trophée à une statue de son mentor, Valery Lobanovsky, qui se dresse devant l'entrée du stade Dynamo de la capitale ukrainienne.



Lobanovsky, l'un des entraîneurs les plus influents de l'histoire du jeu, était décédé l'année précédente. Alors qu’il était entraîneur de Dynamo dans les années 1970 et 1980, il a créé, avec Anatoly Zelentsov, professeur à l’Institut de culture physique de Kiev, de la science du sport moderne et de l’analyse de la performance.

L’approche a été couronnée de succès: le Dynamo Kyiv a remporté la Coupe des vainqueurs de coupe d’Europe à deux reprises, en 1975 et 1986, ainsi que la Super Coupe d’Europe en 1975.

Pendant une grande partie des années 80, le football ukrainien était presque identique au football soviétique. Les équipes de la république ont remporté six des dix titres de la Top League soviétique entre 1980 et 1989 (Dynamo quatre, Dnipro deux). En 1988, l'équipe nationale d'URSS – entraînée par Lobanovsky et composée presque entièrement de joueurs ukrainiens – a atteint la finale des Championnats d'Europe.

Lorsque l'équipe nationale d'URSS a été dissoute, avec le pays qu'elle représentait autrefois, son meilleur buteur de tous les temps était Blokhin. Un autre Ukrainien, Oleg Protasov, a terminé deuxième. Cinq des 10 joueurs soviétiques les plus plafonnés sont des Ukrainiens (Blokhin, encore une fois, est en tête de liste).

Indépendance

Tout au long de la première décennie et demie de l'indépendance, le football ukrainien a plus que tenu sa place. La génération de joueurs qui ont commencé leur carrière après l'indépendance – comme Oleg Luzhny, Anatoliy Tymoschuk, Serhiy Rebrov et Shevchenko bien sûr – font toujours partie des meilleurs footballeurs que l'Ukraine ait jamais produits.

Cette génération a qualifié l'Ukraine pour sa première (et à ce jour seulement) Coupe du monde en 2006. Là, elle a atteint les quarts de finale, battue par les futurs champions, l'Italie.

Dans le même temps, la ligue nationale s'était développée. En 2004, le Shakhtar, financé par l'industriel milliardaire Rinat Akhmetov, a embauché le manager roumain Mircea Lucescu, qui a lancé une nouvelle approche: un noyau de solides joueurs défensifs ukrainiens augmenté d'attaquants sud-américains (principalement brésiliens).

Shakhtar a remporté la ligue dans huit des 10 saisons suivantes, toutes avec Lucescu à la barre.

Fernandinho, Willian, Douglas Costa, Bernard et Fred – tous brésiliens jouant actuellement pour les meilleurs clubs d'Angleterre et d'Allemagne – se sont d'abord fait un nom en Ukraine avec le Shakhtar.

La légende de Manchester City Yaya Touré et l'ancien milieu de terrain d'Arsenal et de Manchester United Henrikh Mkhitaryan ont tous deux joué pour Metalurh Donetsk, un club relativement petit dans les années 2000.

Cette période d'amélioration a abouti à la victoire du Shakhtar en Coupe UEFA (maintenant la Ligue Europa) en 2009, la combinaison du courage ukrainien et du flair brésilien prouvant trop pour le Werder Brême 2-1. Le Dynamo Kyiv avait également atteint les demi-finales de la compétition la même année.

Alors que l'Ukraine se prépare pour l'Euro 2020, sa ligue nationale est en déclin - Euro 2020

La ligue détruite par la guerre

Cependant, tous ces progrès se sont effondrés en 2014, lorsque l'Ukraine a été plongée dans la guerre contre les séparatistes soutenus par la Russie dans le Donbass, dont Donetsk fait partie.

La situation économique s'est détériorée et les propriétaires de clubs ont renfloué leurs investissements. Dans certaines équipes, les joueurs sont restés des semaines et même des mois sans être payés. Plusieurs clubs, y compris les champions éternels du Shakhtar, ont été déracinés de leurs villes d'origine, qui sont tombées sous contrôle séparatiste.

Au moins 20 clubs professionnels ont soit cessé d'exister, soit été sévèrement sanctionnés depuis le début du conflit. Cela inclut des poids lourds comme Metalurh Zaporozhie et les habitués de la Ligue Europa, Metalist Kharkiv et Dnipro Dnipropetrovsk.

Ce dernier était un cas particulièrement tragique: propriété de l'oligarque Ihor Kolomoyskiy, Dnipro avait atteint la finale de la Ligue Europa en 2015, perdant de peu face à Séville. En octobre 2016, Kolomoyskiy avait cessé de financer le club. Les joueurs et les entraîneurs n’ont pas été payés – en punition, la Fédération ukrainienne de football a amputé neuf points de l’équipe, qui a été reléguée à la fin de la saison.

En 2018, la FIFA a pris la décision de reléguer à nouveau Dnipro en raison des dettes accumulées par le propriétaire. Cette fois, ils ont été relégués au bas de la pyramide du football ukrainien, dans l’une des divisions amateurs régionales.

À la suite de la dissolution de tous ces clubs, le nombre d'équipes participant à la Premier League ukrainienne a diminué, passant de 16 en 2014 à 14 en 2015 à seulement 12 entre 2016 et 2020. Cependant, la saison en cours a vu ce nombre revenir à 14 , la Fédération ukrainienne de football visant un retour à une compétition à 16 équipes d'ici la saison prochaine.

"Les joueurs étrangers de haute qualité ont cessé de venir en raison de la situation financière", explique Roman, un fan du Dynamo Kyiv de 33 ans assistant à un match de coupe contre Kolos Kovalivka, "et même lorsque la ligue était plus forte, les propriétaires n'étaient pas intéressés par développer les jeunes joueurs. Ils voulaient des résultats instantanés. Ainsi, lorsque la crise financière a frappé, nous n'avions pas l'infrastructure en place pour contrer les pertes. "

Le nombre de spectateurs a également considérablement diminué – avant la mise en quarantaine de Covid-19, au cours de la saison 2019-2020, les matches de championnat ukrainien avaient une fréquentation moyenne de seulement 3000, contre près de 13000 au début de la décennie. Une explication à cela est le fait que certaines des plus grandes villes d'Ukraine – Odessa, Kharkiv, Kryviy Rih et Mykolaïv – ne sont plus représentées dans la ligue supérieure.

Cela est aggravé par le fait que les clubs basés à Donetsk et Louhansk, tels que Shakhtar, Zorya et Olimpik, ne peuvent pas jouer dans leurs villes d'origine. Tavriya et le FC Sébastopol ne peuvent pas du tout concourir dans la pyramide du football ukrainien, en raison de l'occupation russe continue de la Crimée.

Pour Roman, la forte baisse des effectifs est également symptomatique du manque de qualité en championnat depuis 2014.

«Comme regarder ce match», dit Roman, faisant référence à la cravate de coupe à laquelle nous assistions. «C'est la mi-temps et je ne me souviens pas qu'il y ait eu un seul tir cadré. Et c'est l'une des meilleures équipes jouant à domicile.

Alors que l'Ukraine se prépare pour l'Euro 2020, sa ligue nationale est en déclin - Euro 2020

La foi en la jeunesse

Cependant, d'autres estiment que le déclin de la Premier League ukrainienne a paradoxalement dopé l'équipe nationale.

«Désormais, les clubs sont obligés de développer leurs jeunes joueurs parce qu’ils n’ont pas assez d’argent pour acheter des étrangers», déclare Taras, un fan du Dynamo Kyiv âgé de 27 ans. «C'est bon pour l'équipe nationale. Certains de ces jeunes joueurs qui jouent bien maintenant – comme (Vitaliy) Mykolenko, (Viktor) Tsyhankov, (Volodymyr} Shepelev – je ne pense pas qu'ils auraient eu autant d'occasions de jouer il y a dix ans. Ou regardez (Illia ) Zabarniy – il est quoi, 18 ans et a déjà de l'expérience en Ligue des champions.

En 2019, l'équipe ukrainienne des moins de 20 ans a remporté la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, avec quelques jeunes prometteurs dans l'équipe. De plus en plus de footballeurs ukrainiens se rendent à l’étranger, notamment Oleksandr Zinchenko de Manchester City et le duo d’Atalanta composé de Ruslan Malinovskiy et Viktor Kovalenko.

De plus, les clubs ukrainiens étant moins sûrs financièrement, il y a une plus grande incitation à vendre leurs joueurs à l'étranger. Avant, ce n'était pas le cas, et la carrière de nombreux joueurs en a souffert. Andriy Yarmolenko, par exemple, était l’un des jeunes talents les plus brillants de l’Ukraine au début des années 2010, mais s’est vu refuser à plusieurs reprises le passage à une Ligue européenne plus compétitive. Quand il a finalement eu sa grande pause en 2017, il avait déjà 28 ans en déclin.

«Il est préférable pour l’équipe nationale d’avoir des joueurs dans des équipes moyennes dans des ligues fortes que dans des équipes fortes dans la ligue ukrainienne», déclare Roman.

Depuis la nomination de Shevchenko comme entraîneur-chef de l'équipe nationale, l'Ukraine a remporté plus de la moitié de ses matchs. Fin 2019, l'Ukraine a battu le Portugal 2-1 pour se qualifier pour l'Euro 2020, devant les champions en titre. Il peut y avoir un certain mérite à l'idée que le déclin de la ligue est corrélé à l'ascendant de l'équipe nationale.

En outre, la baisse financière pourrait inciter les clubs à passer à des modèles plus autonomes. Depuis l'indépendance, le football ukrainien, comme tant d'autres facettes de la vie, était dominé par des oligarques – Akhmetov au Shakhtar, Kolomoyskiy au Dnipro, Ihor Surkis au Dynamo. Cette dépendance est ce qui a mis les clubs dans une position si précaire lorsque leurs patrons se sont retirés, et ce qui a conduit à la disparition de Metalist Kharkiv et de Dnipro Dnipropetrovsk.

Déoligarchiser le football ukrainien et mettre davantage l’accent sur le développement de la jeunesse ne peut avoir que des effets positifs à long terme, tant pour le championnat ukrainien que pour l’équipe nationale. De petits pays comme la Belgique et le Portugal parviennent à produire systématiquement les meilleurs talents en raison de l'infrastructure très développée du football pour les jeunes – il n'y a aucune raison pour que l'Ukraine, qui compte le double de la population des deux pays combinés, ne puisse pas faire de même et redevenir une puissance du football.

Cette semaine à venir offrira quelques indices sur le statut actuel de la ligue dans un contexte international: le Dynamo (maintenant entraîné, ironiquement, Mircea Lucescu) et le Shakhtar joueront dans les huitièmes de finale de la Ligue Europa.

Dynamo contre Villareal d'Espagne et Shakhtar contre Roma.


Contrairement à de nombreuses plateformes d'actualités et d'informations, Europe émergente est libre de lire, et le sera toujours. Il n'y a pas de paywall ici. Nous sommes indépendants, non affiliés à, ni ne représentant aucun parti politique ou organisation commerciale. Nous voulons ce qu'il y a de mieux pour l'Europe émergente, ni plus, ni moins. Votre soutien nous aidera à continuer à faire connaître cette magnifique région.

Vous pouvez contribuer ici. Merci.

l'europe émergente soutient le journalisme indépendant