Amia, plus d'un million d'euros de bénéfice en 2019 – Euro 2020

30

Une politique du personnel rigoureuse et une optimisation des coûts de l'entreprise, une réduction importante des coûts de parrainage et de conseil, une renégociation avantageuse des contrats commerciaux, l'ajustement du plan financier avec la municipalité de Vérone et une réduction significative des coûts de cession de déchets, avec l'autorisation de la Région de Vénétie de transférer une partie des déchets produits par l'usine de Cà del Bue vers la décharge régionale de Sant'Urbano. Ce ne sont là que quelques-unes des manœuvres qui, selon la direction d'Amia, auraient permis à l'entreprise de dépasser les attentes concernant 2019.
En effet, le matin du 29 mai, le président Bruno Tacchella, les membres du conseil d'administration de la société et le conseiller pour les entreprises participantes de la municipalité de Vérone Daniele Polato ont illustré à la presse l'approbation de l'assemblée générale des actionnaires (Agsm) du Les états financiers 2019 d'Amia et le budget 2020. Un bénéfice de 1 million 100 milliers d'euros qui sera entièrement destiné à couvrir en partie les pertes antérieures, la réduction de centaines de milliers d'euros de frais de gestion divers, la sauvegarde de près de 600 emplois, la mise en œuvre, la modernisation et la valorisation des services fournis et des moyens société, résument un conseil très au-dessus des attentes les plus optimistes, malgré les critiques inévitables et importantes liées à de nombreux facteurs. Il suffit de dire qu'à la fin de 2018, Amia avait toujours une perte d'exploitation de 1 million et 900 mille euros héritée de la direction précédente et que l'urgence Covid a affecté directement les fonds de l'entreprise pour plus de 300 mille euros.

"Une gestion soignée, des sacrifices par tous et une efficacité ont apporté des résultats extraordinairesmalgré la situation économique difficile héritée de ces dernières années – a déclaré Tacchella -. Je remercie le conseil d'administration, le directeur Ennio Cozzolotto et tous les employés pour le travail accompli. Nous sommes extrêmement satisfaits et ces chiffres nous permettent d'envisager l'avenir avec optimisme, malgré de nombreuses incertitudes et possibles inconnues liées aux conséquences de Covid. Une situation qui va inévitablement modifier fortement les projets, les coûts, les initiatives commerciales et qui va surtout modifier le marché des déchets triés et les coûts d'élimination. Tout cela sans oublier que le Tari, celui de Vérone est absolument parmi les plus bas d'Italie, subira des modifications relatives aux concessions tarifaires qui seront à juste titre remodelées par rapport aux activités commerciales et aux personnes en difficulté. Un budget caractérisé par un changement profond par rapport au passé, un restyling managérial et managérial, une transparence, une rationalisation des dépenses, un maintien et une protection de l'emploi Après des années d'impasse, un plan d'investissement industriel est enfin relancé en parfaite adéquation avec les besoins et les missions de l'entreprise. Au cours des prochains mois, nos efforts seront concentrés sur l'amélioration du pourcentage de collecte séparée des déchets, une voie déjà entamée avec l'expérimentation de poubelles intelligentes. Amia restera une réalité solide et plus proche du territoire ".

"Un résultat extraordinaire face aux pertes énormes que nous avions héritées de la direction passée – a-t-il expliqué Polato -, le début d'une reprise qui génère des revenus et des profits qui donnent enfin à l'entreprise des perspectives plus que positives. Comme nous l'avons promis, non seulement nous avons rétabli le bilan, mais nous avons commencé d'importants investissements. De l'expérimentation de poubelles intelligentes à l'achat de nouveaux véhicules pour valoriser la collecte sélective dans tous les quartiers, pour un service toujours plus qualitatif. De plus, une évaluation minutieuse des centres de coûts a été effectuée, ce qui nous a permis d'atteindre ce résultat budgétaire, tout en garantissant tous les services fondamentaux. En effet, comme nous l'avons vu, même en cas d'urgence, Amia a pu déployer toutes ses ressources au service de la ville. Au cours des derniers mois, un extraordinaire travail de désinfection nous a permis de maintenir les rues, les trottoirs et les poubelles assainis en permanence, assurant la sécurité des citoyens. Amia continue de démontrer qu'elle est l'entreprise de la ville et pour la ville, un véritable point de référence pour tous ces services qui font de Vérone l'une des villes les plus propres et les plus soignées d'Italie. En plus d'être l'une des capitales les plus vertueuses du point de vue fiscal, avec les taux les plus bas. Je remercie tous les membres du conseil d'administration et chaque employé pour l'excellent travail accompli ".

Le Parti démocrate de Vérone est également satisfait de Federico Benini est Stefano Vallani qui demandent maintenant à la société d'aider les couches les plus en difficulté de la population.
«En attendant de pouvoir accéder à la documentation pour vérifier que la ré-absorption annoncée des dettes d'Amia s'inscrit dans un cadre structurel et non un simple maquillage comptable, nous saluons l'exercice 2019 qui voit la société clôturer les comptes avec un bénéfice de plus d'un million d'euros.
Cependant, nous exhortons le maire et le président Tacchella à le faire Amia devrait également mettre en place des ressources pour les entreprises et les familles véronaises touchées par la crise des coronavirus dès que possible comme l'exige la motion anti-crise partagée par les minorités avec l'ensemble du conseil municipal. Nous attendons donc avec intérêt de discuter de la subvention sur le tarif des déchets au sein de la Commission temporaire des coronavirus à laquelle il sera nécessaire d'inviter, outre Amia, également les représentants de la société mère Agsm.
Nous rappelons en effet que sur les 500 mille euros que le maire avait demandé à Agsm d'utiliser pour l'achat de matériel utile pour amortir l'urgence sanitaire, à ce jour, seuls 100 mille euros ont été dépensés pour l'achat d'une machine médicale, donc il n'y a pas appel encore 400 milliers d'euros.
Il faut que toutes les anciennes entreprises municipales qui clôturent le budget contribuent positivement à restaurer la confiance et le bien-être de la ville qui leur a permis de croître et de prospérer ».

Votre navigateur ne peut pas lire la vidéo.

Vous devez désactiver le blocage d'annonces pour lire la vidéo.

Couper le son
Couper le son
Couper le son

Activer l'audio


Place

Activer le plein écran
Désactiver le plein écran

Impossible de lire la vidéo: veuillez réessayer plus tard.

Attendez juste un moment...

Peut-être que cela pourrait vous intéresser...

Vous devez activer javascript pour lire la vidéo.