"Après que l'apocalypse du marché aux fleurs se redresse" – Foot 2020

47

Le secteur horticole national a été frappé par un krach de 1,7 milliard d'euros l'année dernière en raison des conséquences de l'urgence covid qui a mis en péril un secteur dans lequel 27000 entreprises opèrent avec environ 200000 emplois dans la chaîne d'approvisionnement. C'est ce que Coldiretti rapporte à Adnkronos. Un véritable tsunami sans précédent dans l'histoire de l'Italie où événements publics, foires et assemblées, confirmations, communions, baptêmes et mariages ont été annulés en raison de l'effet des mesures de sécurité anti-virus et des craintes liées à la contagion.


«Le blocage a provoqué un effondrement vertical des ventes de fleurs coupées en Italie et à l'étranger, pour les fleurs coupées c'était une apocalypse. Pendant cette période, nous avons vu un effondrement de 100%, puis au bout d'un mois les marchés ont recommencé lentement à fonctionner et maintenant la tendance est à la forte croissance grâce aux exportations depuis fin 2020, et en ce début de 2021 ", déclare Gianluca Boeri président Coldiretti Liguria et IRF, l'institut régional de floriculture.

Compte tenu de la période janvier-octobre 2020, la propagation de Covid a entraîné une réduction de 50,3% des mariages par rapport aux 170000 mariages célébrés au cours de la même période de 2019, selon l'analyse de Coldiretti des données d'Istat. La crise générée par le virus a bouleversé les programmes des fiancés et des familles et a par conséquent mis les entreprises horticoles et pas seulement en crise, mais tout le secteur de l'événementiel a également subi de très lourdes pertes.

La balance des paiements a également souffert avec une baisse de 2,7% des exportations au cours des 10 premiers mois de 2020 (777 millions d'euros), par rapport à la même période de 2019, un bond des importations, qui ont progressé de 18,1% (389 millions d'euros), à nouveau par rapport aux 10 premiers mois de 2019, pour un solde positif de plus de 387 millions d'euros, en baisse de 17,3% par rapport à la période janvier-octobre 2019.

"La Saint-Valentin s'est très bien passée et ce début de printemps se passe aussi bien pour les fleurs coupées – explique Boeri, fleuriste dans le quartier de Sanremo – mais on ne sait jamais ce qui peut arriver le lendemain …".

Federfiori

Les fleuristes sont en crise et ne voient pas de grandes perspectives à l'horizon, en effet ils craignent le pire. En 2020, cinq mille magasins ont baissé leurs volets et en 2021 le nombre pourrait augmenter, jusqu'à 40% des fermetures. C'est l'alarme qui vient de Federfiori, l'association de référence de Confcommercio. "30% des fleuristes ont fermé leurs portes en 2020, de 15 mille magasins nous sommes allés à 10 mille et en 2021, si cela continue on s'attend à ce que d'autres ferment jusqu'à 40% de moins". Le président de Federfiori, Rosario Alfino, l'a déclaré à Adnkronos en faisant le point sur la crise qui a frappé ce secteur du commerce en raison de la propagation de la pandémie. «Nous ne faisons rien mais recevons des rapports de nos associés qui ne peuvent plus payer les loyers, – explique Alfino – pour encourir des coûts à un moment comme celui-ci, où les gens ne courent pas et nous, avec les magasins ouverts, jetons des tonnes de fleurs".

Pénaliser grandement les fleuristes, qui n'étaient fermés que lors du premier lock-out, c'est le manque d'événements tels que congrès, cérémonies, mariages avec 85% en 2020 (vu Assoeventi), mais pas seulement le fait que "les gens n'y vont plus même pas lors d'un dîner entre amis et n'apporte donc pas de bouquet de fleurs ou de plante ».

Les fleuristes ne savent pas quoi espérer, ils sont ouverts car ils ont été inclus dans les nécessités de base, mais ils se plaignent de pertes de chiffre d'affaires jusqu'à 80% et lorsqu'ils ont reçu les rafraîchissements, pour la fermeture au premier lock-out, ils ont été remboursés. avec seulement 600 EUR. "Nous avons eu des baisses de chiffre d'affaires de l'ordre de 80%. De cette façon, nous ne pouvons pas continuer", conclut Rosario Alfino.

Agence centrale de renseignement

"2020 a été une année lourde pour les fleurs coupées, enregistrant -40% du chiffre d'affaires en général, les cérémonies en général ayant été annulées. Aujourd'hui encore, les exportations maintiennent le marché et donnent de l'oxygène". Aldo Alberto, président de Cia Liguria et fleuriste du district de Sanremo, fait un premier bilan avec l'Adnkronos dell'annus horribilis. "En fait, dans les pays du nord de l'Europe, un bouquet de fleurs à table fait partie de cette culture alors qu'en Italie il est lié aux vacances, aux cérémonies et à l'effondrement des mariages de mariages de -85% (vu Assoeventi) en Italie la perte était sèche, sans compter que pendant le lockdown les fleuristes étaient fermés.

En ce qui concerne le secteur horticole, en général, "après l'effondrement total de mars et avril pour les plantes en pot, il y a eu une bonne reprise à la fois à la fin du printemps-été et à l'automne, saisons où la consommation a été modérée avec une perte de chiffre d'affaires. de 10% à 30% selon la zone ".

Quant aux mesures mises en œuvre par le gouvernement précédent, «les crèches ont été fermées pendant longtemps également en raison des codes Ateco et ont ensuite reçu des rafraîchissements insuffisants et peu de contributions pour les employés», commente Aldo Alberto.

La principale production italienne à Sanremo est la renoncule, tandis que les œillets sont beaucoup cultivés dans le sud en Campanie et en Calabre. Le secteur représente 5% de la production agricole totale en Italie et couvre une superficie de près de 30 mille hectares, comptant 21 mille entreprises (100 mille employés), dont 14 mille cultivent des fleurs et des plantes en pots et 7 mille sont des pépinières. Le secteur représente environ 2,5 milliards d'euros, dont 55% sont attribués aux produits de pépinière (arbres et arbustes). En Europe, les entreprises horticoles ont un chiffre d'affaires de plus de 20 milliards d'euros et l'Italie, représente 15% de la production de l'UE. Parmi les principaux producteurs italiens se trouve la région de la Ligurie, suivie de la Toscane, de la Campanie et de la Sicile.

(par Cristina Armeni)