ARRET DU PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES 28 décembre 2020 Autorisation d'emploi permanent dans les forces de police civile et militaire. Année 2020. – Foot 2020

13
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

ARRET DU PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES 28 décembre 2020

Autorisation d'emploi permanent dans les Forces de
police civile et militaire. Année 2020. (21A00039)
(GU n ° 6 du 9-1-2021)

PRÉSIDENT
DU CONSEIL DES MINISTRES

Vu le décret législatif du 30 mars 2001, n. 165 et plus tard
modifications et ajouts;
Compte tenu de l'art. 4, paragraphe 3, du décret-loi du 31 août 2013, n. 101,
converti, avec des amendements, par la loi no. 125,
selon lequel pour les administrations de l'Etat, également par la loi
autonomes, agences, entités publiques non économiques et entités de
recherche, autorisation d'engager de nouvelles procédures d'insolvabilité,
conformément à l'art. 35, alinéa 4, de l'arrêté législatif du 30 mars
2001, n. 165, et modifications ultérieures, est soumis à
vérification de la mise en service, dans le même
administration, de tous les gagnants placés dans leur propre
classement actuel des concours publics de recrutement temporaire
indéterminé pour toute qualification, sauf prouvé non
besoins organisationnels temporaires suffisamment motivés;
Vu le décret-loi du 24 juin 2014, n. 90 et plus tard
modifications;
Compte tenu de l'art. 66, paragraphe 9-bis, du décret-loi du 25 juin 2008, n.
112, converti, avec modifications, par la loi du 6 août 2008, n.
133, tel que modifié par l'art. 14, alinéa 2, du décret-loi 6
Juillet 2012, n. 95, selon lequel, à partir de 2016, le Corpi
la police et les pompiers nationaux peuvent
procéder à l'embauche de personnel permanent, en
limite d'un contingent de personnel correspondant globalement
à une dépense égale à celle relative au personnel quittant le service
au cours de l'année précédente et pour un certain nombre d'unités non
supérieurs à ceux qui ont cessé de servir au cours de l'année
le précédent;
Compte tenu de l'art. 35, paragraphe 4, deuxième phrase, du décret législatif
n. 165 de 2001, tel que modifié par l'art. 3, paragraphe 10, de
décret-loi n. 90 de 2014, qui stipule que par décret du
Président du Conseil des ministres en accord avec le ministre
économie et finance, l'ouverture de procédures est autorisée
faillite et l'embauche relative du personnel de la
administrations publiques, y compris les systèmes autonomes, du
agences et organismes publics non économiques;
Compte tenu de l'art. 1, paragraphe 287, de la loi du 27 décembre 2017, n. 205,
dans lequel il est prévu que «Afin d'augmenter les services de
prévention et contrôle du territoire et protection de l'ordre e
de sécurité publique, liée, en particulier, aux besoins des
lutter contre le terrorisme international, ainsi que les services de secours
public, prévention des incendies et lutte active contre les incendies
forêt, sans préjudice des dispositions des articles 703 et 2199
du code du système militaire, visé dans le décret législatif
15 mars 2010, n. 66, est autorisée par un décret spécifique du
Président du Conseil des ministres ou avec les modalités visées
à l'art. 66, paragraphe 9-bis, du décret-loi du 25 juin 2008, n. 112,
converti, avec modifications, par la loi du 6 août 2008, n. 133,
recrutement extraordinaire pour un quota maximum de 7394 unités
les forces de police et les pompiers nationaux,
dans la limite du personnel, en plus des facultés
les salariés prévus par la législation en vigueur, dans leurs rôles respectifs
initiale, à partir du 1er octobre de chaque année, dans la limite
la dotation du fonds visée au paragraphe 299, pour un nombre maximum
de:
(omis);
c) 2112 unités pour l'année 2020, dont 550 dans la police de
État, 618 dans les carabiniers, 325 dans le corps de garde de
finances, 236 dans le corps de police pénitentiaire et 383 dans le corps
brigade nationale des pompiers;
Compte tenu de l'art. 1, paragraphe 299, de la loi du 27 décembre 2017, n. 205,
dans lequel il est indiqué que "Aux fins de l'application du paragraphe 287,
dans les prévisions du ministère de l'Économie et des Finances
un fonds est créé, distribué avec l'arrêté du président du
Conseil des ministres visé au paragraphe 287, doté d'une dotation
1.729.659 euros pour l'année 2018, sur 16.165.500 euros pour l'année 2019,
de 50.622.455 euros pour l'année 2020, de 130.399.030 euros pour l'année
2021, sur 216.1151.028 euros pour l'année 2022, sur 291.118.527 euros pour
l'année 2023, de 300599231 € pour l'année 2024, de 301.977.895 €
pour l'année 2025, de 304.717.770 euros pour l'année 2026, de 307.461.018
euro pour l'année 2027, de 309.524.488 euro pour l'année 2028, de
309 540 559 euros pour l'année 2029 et 309 855 555 euros en pleine exploitation ";
Compte tenu de l'art. 1, paragraphe 381, de la loi du 30 décembre 2018, n. 145,
avec lequel vous avez que «Afin d'augmenter les services de
prévention et contrôle du territoire et protection de l'ordre e
de sécurité publique, liée notamment aux besoins des
lutter contre le terrorisme international, sans préjudice de ce
prévu par les articles 703 et 2199 du code juridique
militaire, conformément au décret législatif du 15 mars 2010, n. 66, c'est
autorisé, avec un arrêté spécifique du Président du Conseil de
ministres ou avec les modalités visées à l'art. 66, paragraphe 9-bis, du
décret-loi du 25 juin 2008, n. 112, converti, avec modifications,
par la loi du 6 août 2008, n. 133, l'embauche extraordinaire d'un
contingent maximum de 6 150 unités des forces de police,
dont 362 unités de la police pénitentiaire visées au paragraphe
382, lettre a), de cet article, dans la limite du budget
organique, en plus des facultés de recrutement envisagées un
législation actuelle, dans leurs rôles initiaux respectifs, pas avant le 1er
Octobre de chaque année, dans la limite des dépenses visée au paragraphe 384
et pour un nombre maximum de:
(omis);
1320 unités pour l'année 2020, dont 389 dans la police d'État,
427 dans les Carabinieri, 227 dans le Corps de la Garde des Finances
et 277 dans le corps de police pénitentiaire;
(omis);
Compte tenu de l'art. 1, paragraphe 384, de la loi du 30 décembre 2018, n. 145, le
qui stipule que << Pour la mise en œuvre des dispositions du paragraphe 381,
dans les prévisions du ministère de l'Économie et des Finances
un fonds est constitué, distribué conformément aux dispositions de
tableau 3 annexé à cette loi, avec une dotation en euros
4.938.908 pour l'année 2019, 44.385.335 € pour l'année 2020, sur
99.691.180 euros pour l'année 2021, 148.379.880 euros pour l'année 2022,
197.050.480 euros pour l'année 2023, 240.809.990 euros pour l'année
2024, de 249211968 € pour l'année 2025, de 251673.838 € pour
l'année 2026, de 253.944.548 euros pour l'année 2027, de 256.213.218 euros
pour l'année 2028 et 257.910.130 € par an à partir de l'année
2029 ";
Compte tenu de l'art. 1, paragraphe 385, de la loi du 30 décembre 2018, n. 145 ,,
qui stipule que << Pour la mise en œuvre des dispositions du paragraphe 382,
le fonds visé au paragraphe 384 est augmenté de 17.830.430 € pour
l'année 2019, de 23.221.840 euros pour chacune des années 2020 et 2021,
22.434.840 € pour l'année 2022, 14.957.840 € pour l'année
2023, de 15.392.240 euros pour l'année 2024 et 15.479.120 euros par an a
à partir de 2025 ";
Compte tenu de l'art. 1, paragraphe 386, de la loi du 30 décembre 2018, n. 145,
selon laquelle «Les charges découlant de la mise en œuvre des dispositions
visé au paragraphe 382, ​​lettres b) et c), égal à 338 410 euros pour l'année
2019, à 3553520 € pour chacune des années 2020 et 2021, à €
4.340.520 pour l'année 2022, pour 11.817.520 euros pour l'année 2023, pour euro
12.160.720 pour l'année 2024 et 12.229.360 euros par an à partir de
2025, est fournie au moyen d'une réduction correspondante de la provision visée
à l'art. 1, paragraphe 299, de la loi du 27 décembre 2017, n. 205. Le fond
visé au point 384 et «augmenté en conséquence»;
Considérant que les hypothèses visées à l'art. 1, paragraphe 382, ​​du
loi 30 décembre 2018, n. 145, sont autorisés directement par le
loi dans les limites établies par l'art. 1, paragraphes 385 et 386 mentionnés ci-dessus et
du même paragraphe 382;
Compte tenu de l'art. 1, paragraphe 387, de la loi du 30 décembre 2018, n. 145,
dans laquelle il est précisé que «Pour les dépenses d'exploitation liées à la
les embauches extraordinaires selon les paragraphes 381 à 386, y compris
les frais de cantines et de chèques-repas, les frais d'un
millions d'euros pour l'année 2019 et trois millions d'euros par an a
à partir de 2020, pour être inscrit dans un fonds spécial à créer en
estimation du ministère de l'Intérieur, à répartir entre
administrations concernées par l'arrêté du président du
Conseil des ministres visé au paragraphe 381, en tenant compte du nombre
des embauches ";
Compte tenu de l'art. 1, paragraphe 389, de la loi du 30 décembre 2018, n. 145,
avec qui «Afin de garantir des normes et des niveaux opérationnels
l'efficience et l'efficacité du corps de brigade national de
incendie, la dotation organique de la qualification de pompier du
Corps prévu augmenté de 650 unités pas avant le 10 mai
2019, de 200 unités supplémentaires au plus tard le 1er septembre 2019 et de
650 unités supplémentaires au plus tôt le 1er avril 2020. Par conséquent
la dotation organique du rôle des pompiers visée à
tableau A joint au décret législatif 13 octobre 2005, n. 217, est
augmenté d'un total de 1 500 unités ";
Vu les paragraphes 390 et 391 de l'art. 1 de la loi du 30 décembre 2018,
n. 145, qui dictent des dispositions spéciales pour le recrutement ordinaire
et les heures supplémentaires des pompiers nationaux, y compris
ceux découlant du paragraphe 389 susmentionné;
Vu le paragraphe 392 de l'art. 1 de la loi du 30 décembre 2018, n.
145, qui établit: «Pour la mise en œuvre des dispositions du paragraphe
389, les dépenses sont autorisées jusqu'à un maximum de 20 406 142 € par
pour l'année 2019, 56.317.262 € pour l'année 2020, 63.138.529 €
pour chacune des années 2021, 2022 et 2023, de 63.526.047 € par
l'année 2024, de 64.208.008 euros pour l'année 2025, de 64.337.545 euros
pour chacune des années 2026, 2027 et 2028, de 64.466.655 € par
2029, 64.693.864 euros pour 2030 et 64.737.022 euros
annuellement à partir de 2031 ";
Considérant que les hypothèses découlant de l'art. 1, paragraphes 389, 390
et 391, de la loi du 30 décembre 2018, n. 145, sont autorisés
directement par la loi dans les limites prévues par l'art. 1, paragraphe 392,
susmentionné;
Vu le décret législatif du 29 mai 2017, n. 95, roulement
«Dispositions relatives à la révision des rôles des Forces de
police, conformément à l'art. 8, paragraphe 1, lettre a), de la loi 7
Août 2015, n. 124, concernant la réorganisation de
administrations publiques ";
Compte tenu de l'art. 11, alinéa 2-bis, du décret-loi du 14 décembre 2018,
n. 135, converti avec modifications par la loi du 11 février 2019, n.
12;
Vu le décret législatif du 6 octobre 2018, n. 127;
Vu l'arrêté du Président du Conseil des Ministres du 4
Septembre 2019, portant «Autorisation de location, à temps
indéterminée, unité de personnel en faveur de la garde de
finances, la police d'État, le corps de brigade nationale du
le feu, la police de la prison et les carabiniers.
Vu les notes avec lesquelles les administrations ont demandé
l'autorisation d'engager des procédures de recrutement et d'embaucher un
unité de personnel permanent, donnant des analyses
la démonstration des résiliations a eu lieu en 2019 et en spécifiant
les frais encourus pour le recrutement effectué sur la base de
législation spéciale mentionnée ci-dessus et les frais à supporter pour
les hypothèses relatives à l'année 2020, ainsi que les charges une fois pleinement opérationnelles;
Considérant que les demandes reçues ont été évaluées avec
résultat favorable en ce qui concerne le régime de recrutement, ainsi que
en ce qui concerne les ressources en personnel en vigueur;
Vu l'arrêté du Président du Conseil des Ministres sur
26 septembre 2019, qui ordonne la délégation de fonctions au ministre pour
l'administration publique sur. Dr Fabiana Dadone;
En accord avec le Ministre de l'Economie et des Finances;

Décrets:

Art. 1

1. Les administrations du secteur sécurité-défense et du Corps
brigade nationale des pompiers indiquée dans les tableaux A, B, C, D et E
ci-joint, qui font partie intégrante de cette
disposition, sont autorisés, conformément à l'art. 66, paragraphe 9-bis,
du décret-loi du 25 juin 2008, n. 112, converti, avec
amendements, par la loi du 6 août 2008, n. 133, pour s'appliquer à
ressources pour l'embauche pour l'année 2020, dérivant de
économies de la fin de l'année 2019, à l'embauche à temps
indéterminé les unités de personnel pour chaque indiqué et pour un
charge pleinement opérationnelle correspondant au montant indiqué ci-contre. Pour
chaque administration indique la limite maximale d'unités
du personnel et le montant des ressources disponibles pour
embauche pour l'année 2020.
2. Conformément à l'art. 1, paragraphe 287, de la loi du 27 décembre 2017,
n. 205, les administrations du paragraphe 1, sont autorisées pour l'année
2020, avec effet au plus tôt le 23 octobre 2020, lors du recrutement
CDI extraordinaire de 2112 personnes
indiqué dans le tableau F joint qui fait partie intégrante
de cette disposition, dans la limite du personnel, en
en plus des facultés de recrutement prévues par la législation en vigueur.
3. Conformément à l'art. 1, paragraphe 381, de la loi du 30 décembre 2018,
n. 145, sont autorisés pour l'année 2020, avec effet du non
avant le 1er octobre, pour les administrations énumérées dans le tableau
G, qui fait partie intégrante de cette disposition, le
embauches permanentes extraordinaires de 1320 unités de
personnel, dans les limites indiquées dans le même tableau, en conformité
du personnel et en plus des facultés de recrutement
prévues par la législation en vigueur.
4. À la charge découlant des hypothèses visées au paragraphe 1 oui
fournit dans la limite de la disponibilité des chapitres pertinents
de l'estimation des dépenses, du ministère de l'Intérieur pour
la police d'État et le corps national des pompiers, del
Ministère de l'économie et des finances de la police des finances,
du Ministère de la Défense du Corps des Carabiniers,
du ministère de la justice pour le corps de police
pénitencier.
5. À la charge découlant des hypothèses visées au paragraphe 2 de
cet article, égal à 9234699 € pour l'année 2020, à €
81.255.891 pour l'année 2021, à 90.422.212 euros pour chacune des années
de 2022 à 2023, à 90553964 € pour 2024, à 91572281 €
pour l'année 2025, à 93.441.465 euros pour l'année 2026 et une fois pleinement opérationnel, oui
fournit au moyen d'une réduction correspondante, pour les mêmes années,
de l'autorisation de dépenses conformément à l'art. 1, paragraphe 299, du
loi 27 décembre 2017, n. 205 (loi de finances 2018), relative à
Fonds à distribuer pour couvrir les dépenses découlant de la
recrutement extraordinaire dans les forces de police et dans le corps national
des pompiers. Le ministre de l'Économie et des Finances est
autorisé à prendre, avec ses propres décrets, les
les changements budgétaires.
6. À la charge découlant des hypothèses visées au paragraphe 3 de
cet article, égal à 6028249 € pour l'année 2020 égal à €
50.107.464 pour l'année 2021, à 56.404.121 euros pour chacune des années
de 2022 à 2024 égal à 56.879.750 € pour l'année 2025 à €
58.306.637 à partir de 2026 lorsqu'il est pleinement opérationnel, il est fourni par un correspondant
réduction, pour les mêmes années, de l'autorisation de dépenses visée
au Fonds créé par l'art. 1, paragraphe 384, de la loi du 30 décembre
2018, n. 145 (loi de finances 2019). Le ministre de l'Économie e
des finances et “ habilité à prendre, avec ses propres décrets, la
les changements budgétaires nécessaires.
7. Pour les besoins opérationnels liés à l'embauche
heures supplémentaires conformément aux paragraphes 381 à 386 de la loi no. 145 sur
2018, y compris les frais de cantines et de chèques-repas, la dépense de trois
millions d'euros par an à partir de l'année 2020 et répartis entre
administrations concernées comme indiqué dans le tableau H
ci-joint, qui fait partie intégrante de ce
mesure.
8. Les administrations visées dans le présent décret sont tenues: a
envoyer, avant le 31 mars 2021, les vérifications nécessaires,
à la Présidence du Conseil des Ministres – Département pour
fonction publique – Bureau d'organisation et de travail
public et le ministère de l'Économie et des Finances – Département
de l'Office général de la comptabilité de l'État – IGOP, les données concernant
personnel embauché et les dépenses annuelles brutes
soutenir. À l'issue des procédures de recrutement, ils doivent
fournir également la preuve du respect des limites de dépenses
prévu par ce décret.
Art. 2

1. Limité aux autorisations représentées par les tableaux A,
B, C, D et E les administrations qui envisagent de recruter
par unité de personnel appartenant aux catégories et au professionnalisme
autres que ceux autorisés par le présent décret, sans préjudice
en restant les limites découlant des facultés de recrutement, ils peuvent
soumettre une demande de rénovation adressée à la Présidence du
Conseil des ministres – Département de la fonction publique –
Bureau de l'organisation et des travaux publics et ministère
économie et finance – Département de comptabilité
Général de l'Etat – IGOP.
Art. 3

1. Les locations autorisées par cette disposition peuvent
être effectuée dans le respect des délais fixés par
les dispositions légales mentionnées dans l'introduction.
Ce décret, après enregistrement par le tribunal de
comptes, seront publiés au Journal officiel de la République
italienne.
Rome, le 28 décembre 2020

p. Président
du Conseil des ministres
Le ministre de la
administration publique
Papa
Le ministre de l'économie
et finance
Gualtieri

Enregistré à la Cour des comptes le 31 décembre 2020
Bureau de contrôle des actes du Premier ministre, du
Ministère de la justice et ministère des Affaires étrangères, no.
3026

Partie de la disposition en format graphique