Augmentation des pensions d'invalidité 2020: l'audience risque-t-elle de continuer à diminuer? – Foot 2020

23
Découvrez la méthode incroyable des Gains aux paris sportifs qui peut atteindre jusqu'à 1.800€ en 18 jours en jouant toujours la même mise sur chaque match ! Pas de martingale ! Pas d'artifice ! Que du simple et vrai ! Accédez à la méthode

Compte tenu des nombreux doutes et des nombreuses questions dont nous parlons à chaque fois augmentation de la pension d'invalidité nous sommes placés, nous recevons et avec intérêt nous publions, l'aimable examen, écrit uniquement pour notre site, par le Dr Massimiliano, invalide al 100% et très bien informé sur le sujet, ainsi que doué pour se dégager, peut-être même plus que nous, des circulaires et règlements en vigueur à l'heure actuelle. Au point d'avoir trouvé, ce qu'il appelle, une «technicité» qui pourrait interroger l'audience de bénéficiaires potentiels. Nous n'ajoutons rien d'autre, à la demande du même Maximilien, afin de ne rien renverser de son raisonnement complexe mais prudent. Nous vous invitons, en écho à la demande de notre lecteur lui-même, à lire l'intégralité de l'article avec le maximum attention sans vous effrayer des technicités, comme suit des exemples clairs et précis qui vous feront tout comprendre. Bonne lecture!

Pensions d'invalidité 2020: la situation au 6 septembre

"D'ABORD, JE DEMANDE À TOUS CEUX QUI CONSIDÉRENT QU'ILS SONT INTÉRESSÉS À LIRE L'ARTICLE DANS SON INTÉGRALITÉ. Celle-ci est en fait divisée en plusieurs parties qui ne peuvent être ignorées si vous voulez comprendre pleinement le problème inhérent à une éventuelle réduction d'audience, sujet qui sera exposé en dernier. Je pense qu'il est nécessaire d'analyser l'état actuel des choses, afin de ne pas alimenter les malentendus.

Une grande partie de ce que je vais rapporter a déjà été écrite par moi-même (ainsi que par le secrétaire SPI CGIL Atti), cependant, je ne souhaite en aucun cas vous obliger à parcourir de nombreux articles et divers commentaires. Comme on le sait maintenant, l'augmentation sera due aux invalides totaux (100% d'incapacité), aux handicapés, aux aveugles et aux sourds-muets. Il passera du chiffre actuel de 286,81 euros à un maximum de 651,51 euros. Le montant de l'augmentation maximum (c'est-à-dire sans compter le revenu) est égal à 364,70 euros, soit 651,51 – 286,81. Toutefois cette augmentation est destinée à diminuer même à zéro en présence de revenus. Les seuils établis sont de 8 469,63 pour les célibataires handicapés et de 14 447,42 pour les couples mariés. La phrase 152 publié au Journal officiel le 22 juillet 2020 modifie l'article 38 de la loi 448 de 2001, déclarant son illégitimité, abaissant l'âge des bénéficiaires d'une augmentation de la pension d'invalidité de 60 à 18 ans.

Augmentation des pensions d'invalidité: seuils, formules et ayants droit

La Cour précise également que l'augmentation et la limite de revenu de 2001 à 2020 ont progressivement augmenté (en 2001, il était fait mention de l'augmentation du «million», soit 516 euros, et d'un seuil de revenu de 6713,98; en 2020 l'augmentation est passée à 651,51 euros et le seuil de revenu à 8469,63). Dans la phrase Ils viennent aussi précisait les conditions que l'article 38 original de 2001 fixait comme nécessaires: «A) le bénéficiaire ne dispose pas de revenus propres sur une base annuelle égaux ou supérieurs à 6 713,98 €; b) le bénéficiaire ne possède pas, s'il est marié et non effectivement et légalement séparé, de revenus propres pour un montant annuel égal ou supérieur à 6713,98 €, ni de revenus, cumulés avec ceux du conjoint, pour un montant annuel égal ou supérieur à € 6 713,98 majorés du montant annuel de l'allocation sociale; c) si le revenu possédé est inférieur aux limites visées aux lettres a) et b), l'augmentation est versée dans une mesure qui n'entraîne pas le dépassement des limites elles-mêmes ". De toute évidence le chiffre limite sur 6713,98 € cité à l'article 38 doit être mis à jour le remplacer avec 8469,63 d'aujourd'hui.

L'abaissement de l'âge maintient ces conditions inchangées, en fait, au JO, vous pouvez lire: "L'extension de la prestation incrémental aux invalides civils est évidemment soumis aux conditions de revenu les plus strictes visées aux lettres a) et b) du paragraphe 5 du même art. 38 de la loi n. 448 sur 2001 et se situe dans les limites visées à la lettre c) de la même disposition. " J'ai cité le Journal officiel pour soutenir les formules rapporté dans la circulaire INPS no. 147 du 11/12/2019 (annexe 2 tableau M5) qui calculent l'augmentation sur la base de l'article 38. Les deux calculs qui déterminent l'augmentation sont: (A – (RP + INVCIV)) / 13 pour les retraités célibataires, (B – (RP + RF + INVCIV)) / 13 pour les retraités mariés où est-ce:

  • A = 8 469,63 (revenu de retraite seulement égal à la somme de 286,81 x 13 + augmentation de 364,70 x 13);
  • B = 14 447,42 (revenu de retraité marié égal à la somme du plafond de revenu personnel de Civil Inv. Égal à 8 469,63 euros + montant annuel de l'allocation sociale de 5 977,79 euros);
  • RP = revenu du retraité à prendre en compte aux fins de l'augmentation de l'Inv.Civ.;
  • RF = revenu du conjoint du retraité à prendre en compte aux fins de l'augmentation de l'Inv.Civ.;
  • INVCIV = montant annuel de la prestation Inv.Civ. BASE (286,81 x 13 = 3 728,53);

De nombreux lecteurs se demandent encore comment utiliser ces formules, revenus en main. Voici deux exemples:

– Dans le cas des célibataires, en supposant un revenu annuel de 3900 euros (300 euros par mois), vous percevrez une majoration de 64,70 euros de la formule (8469,63 – (3900 + 3728,53)) / 13 = 64,70 .
Pour ceux qui sont mariés, l'allocation sociale de 5977,79 euros doit également être prise en compte donc le seuil atteint 14 447,42. À titre d'exemple ici aussi, en fixant un revenu annuel total des deux conjoints (ou du conjoint seul si l'invalide avait un revenu = 0) égal à 10400 (soit 800 euros pour treize mois) l'augmentation sera de 24,53 euros ( 14 447,42 – (10 400+ 3 728,53)) / 13 = 24,53.

Augmenter les pensions: revenus à prendre en compte et clarifications

Tant le Journal officiel que la circulaire INPS déclarent très rapidement que les revenus perçus affecteront l'augmentation; cependant, ils ne précisent pas quels revenus doivent être considérés comme des revenus imposables et lesquels ne le sont pas. Pour ma part, je viens de vous informer que:

  • L 'Indemnité d'accompagnement ce n'est pas considéré comme un revenu.
  • le Les revenus de citoyenneté constituent malheureusement un revenu. Dans un de mes précédents articles j'ai écrit (en précisant que je ne suis pas sûr) de non puisque le RdC va à l'ISEE mais pas à l'IRPEF … j'ai demandé plus d'explications et on m'a répondu (en résumé): «Il s'agit d'une subvention qui, bien que non soumise à l'IRPEF, constitue un complément de revenu; il n'est pas imposé mais c'est toujours un revenu ». Pour ma part, je trouve scandaleux de priver ceux qui reçoivent une somme destinée aux moins aisés de l'augmentation.
  • TOUTES LES PENSIONS ET / OU ALLOCATIONS REMPLACANT la pension d'invalidité (l'actuel de 286,81 euros) sans faire de revenu, ils doivent être insérés dans les formules à la place de INVCIV; autrement dit, si vous recevez l'une de ces prestations (sans autre forme de revenu pour invalide et, si vous êtes marié, avec un revenu de conjoint qui n'empêche pas de l'obtenir) il y aura une majoration mensuelle égale à la différence entre le service précédent et 651,51 euros (à condition que la performance ne dépasse pas déjà ce quota, dans ce cas l'augmentation sera nulle). Par exemple, pour les aveugles, la pension est actuellement égale à 310,17 €, donc l'augmentation maximale sera de: 651,51 – 310,17 = 341,34.
  • Pension de survivant c'est en fait un revenu.
  • Pour tous les autres revenus Je recommande de lire l'article du Dr Venditti du 30 juillet: «Augmentation des pensions d'invalidité 2020: revenu personnel ou familial, que faut-il calculer?».

Ensuite, il y a quelques compte que, bien qu'ils aient déjà traité avec eux dans le passé en essayant de dissiper les doutes qu'ils ont soulevés, continuent de déranger certains lecteurs. Essayons de clarifier:

Le seuil de 16982,49 € qui n'inclut pas les revenus du conjoint est valable pour la pension d'invalidité totale BASE qui s'élève à 286,81 euros, mais pour l'augmentation jusqu'à 651,51 elle est abaissée à 8469,63 pour les personnes handicapées seul et à 14 447,42 pour les invalides mariés où le revenu du conjoint est également pris en compte (pour plus de détails, reportez-vous à ce qui est écrit ci-dessus).

Bien que la pension d'invalidité ne génère pas de revenu, elle DOIT ÊTRE INCLUSE dans le calcul de l'augmentation (item INVCIV) pour la raison très simple que nous parlons de l'AGMENTATION de cette pension … et pour calculer une augmentation, la somme déjà perçue doit être soustraite.

Augmentation des pensions d'invalidité: l'audience risque-t-elle de continuer à diminuer?

IMPORTANT: LA PARTIE SUIVANTE EST FONDÉE SUR UNE INTERPRÉTATION SOIGNEUSE DU TEXTE DE L'ARTICLE 38. CEPENDANT, MALGRÉ CEUX QUI NE LAISSENT PAS FRANCEMENT DES DOUTES, JE NE PEUX PAS ÊTRE CERTAIN QUE LE DÉCLARATION OBLIGATOIRE CONDUIT AU REFUS DE L'AUGMENTATION POUR L'INVALIDITÉ INPS a peut-être apporté des modifications).

Dès que j'ai lu le JO j'avais remarqué un "chipotage inquiétant"«; cependant à l'époque je n'ai pas partagé mes idées avec vous via Pensionepertutti et puis je l'ai laissé glisser dans l'arrière-plan… mais maintenant les choses ont changé.

Le problème, pas du tout marginal, affecte tous les invalides mariés sur la base des dispositions de l'article 38 au point "b)" concernant les conditions nécessaires pour bénéficier de l'augmentation … conditions également citées dans la sentence publiée au Journal officiel: "b) le bénéficiaire ne possède pas, s'il est marié et non séparé de fait et légalement, de revenus propres pour un montant annuel égal ou supérieur à 6 713,98 €, ni de revenus cumulés avec celui du conjoint, pour un montant annuel égal ou supérieur à 6 713,98 € majoré du montant annuel de l'allocation sociale ". Je voudrais attirer votre attention sur la première partie: "LE BÉNÉFICIAIRE NE POSSÈDE PAS, s'il est marié et n'est pas réellement et légalement séparé, PROPRE REVENU pour un montant annuel égal ou supérieur à 6 713,98 EUR (aujourd'hui 8 469,63 S.d.A.) ". Par ailleurs, dans la formule de la circulaire INPS, le seuil B de 14447,42 € est calculé en additionnant le montant annuel de l'allocation sociale de 5977,79 € à «Revenu de retraite marié» égal à la LIMITE DE REVENU PERSONNEL Inv. (8 469,63 euros). Tout lire de ce point de vue si le revenu de l'invalide marié est à lui seul égal ou supérieur au seuil de 8 469,63 euros, la majoration ne sera pas accordée même si les 14 447,42 ne sont pas atteints par toute la famille.

Prenant un exemple élémentaire: si le revenu du conjoint est nul et que l'invalide perçoit 400 euros par mois, soit 5200 par an, la somme 5200 + 3728,53 dépasse la limite de 8469,63 et donc l'augmentation ne sera pas payée. Pratiquement: LE REVENU DE LA PERSONNE NON VALIDE SEULEMENT, MÊME SI MARIÉE, NE PEUT ÉGALER OU DÉPASSER LE RÉSULTAT DONNÉ PAR LA DIFFÉRENCE: 8 469,63 – 3 728,53 = 4 741,10.

De nombreux lecteurs peuvent objecter que la deuxième partie du point "b)" prend également en compte l'allocation sociale en augmentant le seuil limite. Je précise juste que la conjonction négative «Ni» est utilisé pour la coordination de deux ou plusieurs propositions négatives et non dans le but de remplacer une proposition par une autre, plutôt: dans ce contexte, la première partie prend une plus grande importance, devenant une "conditio sine qua non"; de plus quand les conditions sont dictées le premier à mentionner est aussi celui qui doit nécessairement être satisfait pour accepter les conditions ultérieures. Enfin, je voudrais citer le principe du rasoir d'Occam, également connu sous le nom de «principe d'économie» qui stipule: «Toutes choses étant égales par ailleurs, l'explication la plus simple est celle à préférer».

La deuxième partie du point "b)" est indispensable lorsque la personne handicapée n'atteint pas 4 741,10 €. En effet, en suivant la formule (B – (RP + RF + INVCIV)) / 13 qui considère à la fois le revenu de la personne handicapée (RP) et le revenu du conjoint (RF) et en fixant, à titre d'exemple, RP = 3900 (donc moins de 4741,10) et RF = 2600, soit respectivement 300 et 200 euros pour 13 mois, il y a une augmentation d'euros: (14 447,42 – (3 900 + 2 600 + 3 728,53)) / 13 = 324,53 et donc "le bénéficiaire ne possède pas (dans la NdA "possieda" originale), si marié et non réellement et légalement séparé, revenu (…) cumulé avec celui du conjoint pour un montant annuel égal ou supérieur à 6713,98 € (aujourd'hui 8469,63 NdA) augmenté de montant annuel de l'allocation sociale (soit 5 977,79 pour un total de 14 447,42 € NdA) "

Essayons de le faire maintenant un autre exemple qui, à première vue, donne un résultat dénué de sens: on suppose RP = 3 000 (donc moins de 4 741,10) et RF = 2 500; puis 14 447,42 – (3 000 + 2 500 + 3 728,53) = 5 218,89 avec une augmentation de 401,45 euros par mois (supérieure au montant maximum de 364,70 euros). Il n'y a rien de mal, appliquez simplement le point c): "Si les revenus possédés sont inférieurs aux plafonds visés aux lettres a) et b), l'augmentation est versée dans une mesure qui n'entraîne pas le dépassement des plafonds eux-mêmes". Les revenus étant effectivement inférieurs à la limite imposée (14 447,42 euros), la majoration sera payée de manière à ne pas dépasser la limite elle-même et, dans ce cas précis, étant donné que le résultat est encore plus élevé que le maximum autorisé, vous percevrez le augmentation totale égale à 364,70 euros (en fait 3 000 + 2 500 + 3 728,53 + 364,70 × 13 est inférieur à 14 447,42).

En résumé: comme mentionné ci-dessus, le texte de l'article 38 ne laisse franchement aucun doute: le revenu de la personne handicapée seule, même mariée, ne peut égaler ou dépasser la somme des 4741,10 euros.

BIEN SÛR, CE N'EST PAS PLUS QU'UNE «EXPLICATION PLAUSIBLE». NOUS NE DONNONS PAS POUR SAVOIR SI CELA EST APPLIQUÉ EN RÉALITÉ. NOUS FAISONS CONFIANCE À UNE CLARIFICATION RAPIDE PAR INPS DANS L'ESPOIR D'ÊTRE INTERROMPU"

Nous remercions le Dr Massimiliano pour cet article intéressant, il serait très intéressant que le Dr Atti, Spi Cgil, ou la vice-présidente de l'INPS, Maria Luisa Gnecchi, ou un expert sur le sujet aient l'intention de se prêter à une comparaison sur cette interprétation relative au “ chipotage '' sur mentionné. Dans tous les cas, nous attendons avec impatience la circulaire INPS qui devrait vraiment clarifier les doutes à cet égard, ainsi que le coup d'envoi du paiement de la majoration, attendue à partir du 20 juillet 2020, mais pas encore obtenue par 100% de personnes handicapées répondant aux exigences requises. .

Nous rappelons à toute personne souhaitant prendre part à cet examen ou aux exemples de calcul qui y figurent, qui est tenu de citer la source, puisque le Dr Massimiliano a écrit exclusivement pour notre site, nous profitons de cette occasion pour le remercier publiquement pour sa précision et le temps qu'il nous a consacré sur un sujet aussi important.

Pensionepertutti.it grâce à ses informations sérieuses et ponctuelles il a été sélectionné par le service de Actualités de Google, si vous souhaitez être toujours informé de nos dernières actualités, suivez-nous sur GNEWS en allant sur cette page et en cliquant sur le bouton Suivre.

Partagez l'article ou laissez un like!