Autoroute, pas d'augmentation des péages en 2021 (ou presque) – Foot 2020

55

En période de pandémie et un arrêt pour voyager entre les régions, la nouvelle qu'en 2021 les voyageurs ne paieront pas pas d'augmentation du péage autoroutier il est peut-être passé inaperçu. Pourtant, non seulement cela s'est produit, mais c'est aussi une confirmation de ce qui a commencé en 2020 – lorsque l'augmentation a été gelée sur 95% des péages.

La mesure qui a évité la hausse habituelle des prix en début d'année est contenue dans Décret de Milleproroghe, avec sur les augmentations ont été suspendues jusqu'à mi 2021. Bien sûr, pas pour toujours – et pas pour tout le monde. Il l'explique tout de même Ministère des Transports:

«La règle introduite dans le décret de Milleproroghe prévoit en effet, également pour cette année, la suspension de tout ajustement tarifaire des entreprises pour lesquelles la relation de concession est en cours d'actualisation / révision. Toute modification s'appliquera exclusivement à la définition des nouveaux contrats qui doivent mettre en œuvre le régime tarifaire prévu par l'Autorité de régulation des transports ".

Pas d'augmentation de prix, donc, sauf pour les autoroutes pour lesquelles la révision de la concession est achevée: ou le A21 Plaisance-Brescia (Autovia Padana) et l'itinéraire Milan-Bergame-Brescia (Bre.Be.Mi).

Autoroutes, arrêt sur hausses de péage en 2021

J'augmente donc les prix sur 98% du réseau autoroutier italien. Parce que ce 2% est laissé de côté qui s'étend de la Lombardie à la Romagne? Bientôt dit: en ce qui concerne leA21 Plaisance-Brescia, l'augmentation du péage est due à l'application du nouveau Convention actif depuis mars 2018 entre le concessionnaire Autovia Padana et le ministère des Transports (le premier, d'ailleurs, confié au MIT avec un appel d'offres européen). La nouvelle Convention prévoit un ajustement du péage pour des raisons de inflation, ce qui se traduit par une augmentation de 0,50%; à l'application d'un paramètre de rééquilibrage (-0,45%) et, enfin, un paramètre qui prend en compte la rémunération des investissements (3,15%): au total, une hausse de 3,20% au péage – contre des investissements de la société concessionnaire de 27,8 millions d'euros en 2020.

Quand àA35 Milan-Bergame-Brescia, contribuant également dans ce cas à l'augmentationinflation (+ 0,50%) et l'habituel paramètre de rééquilibrage, qui s'élève cependant ici à 2,9%: le total atteint une augmentation de 3,49% à laquelle contribuent de manière significative certains coûts de construction d'un nouveau tronçon d'autoroute par le concessionnaire du tronçon, Concessioni Autostradali Lombarde S.p.A. La société, qui fait partie du groupe Anas, a cependant annoncé une 30% de réduction pour les utilisateurs réguliers.

Rien n'augmente à la place pour le reste des tronçons d'autoroute. Ou plutôt: pas d'augmentation au 31 juillet 2021. Ainsi établit le décret Milleproroghe, approuvé à la fin de l'année qui vient de s'achever. Le premiers applaudissements vient de Codacons, comme l'explique le président de l'association des consommateurs Carlo Rienzi:

«Arrêter l'augmentation des péages est une bonne nouvelle pour les consommateurs. La situation en 2020, avec les différents verrouillages nationaux et régionaux, a en effet empêché une grande partie de la population d'utiliser le réseau autoroutier, donc une augmentation des tarifs autoroutiers à partir de 2021, alors qu'on ignore encore si et comment les citoyens pourront déménager à nouveau, cela aurait été totalement injustifié "

Non pas que la mesure prenne effectivement en compte les crise économique déclenchée par le virus. L'augmentation des billets d'autoroute est en fait un rendez-vous quasi fixe, tous les premiers de l'année, pour différents itinéraires de temps en temps, précisément en fonction de l'état des concessions autoroutières.

Une situation similaire s'était déjà produite en 2020, lorsque les péages sur 95% des autoroutes ont été gelés qui relient notre pays. Même dans ce cas, la mesure a été incluse dans le décret Des milliers de médicaments et même dans ce cas, certains tronçons d'autoroute étaient restés en dehors – au début de 2020, il y en avait quatre: Concessioni Autostradali Venete (qui gère, à péage, l'A4 Passante di Mestre et l'A57 Tangenziale di Mestre), dont le tarif avait augmenté de 1,20 %; + 4,88% pour l'Autovia Padana (l'A21 Piacenza Cremona Brescia), + 3,79% pour la Brebemi (l'A35 qui relie Milan à Brescia) et + 0,80% pour la Lombard Pedemontana.

Et même cette fois, c'était simplement un arrêt court: seulement le temps d'attendre jusqu'au 31 mars, ou la date limite à laquelle les concessionnaires auraient dû présenter un nouveau plan économico-financier et, avec lui, les plans tarifaires pour le second semestre.

Pourquoi l'autoroute est-elle tant en Italie?

  • Entretien ordinaire

C'est l'opinion courante: Les autoroutes italiennes sont parmi les plus chères d'Europe. Mais comment ça se fait? Tout d'abord, une prémisse importante: une grande partie du réseau autoroutier de notre pays remonte aux années du boom économique, qui a souvent conduit au réalisation de travaux particulièrement coûteux et, en tant que filles de leur temps, par nature ayant besoin d'un entretien coûteux et régulier.

Les résultats du manque d'entretien sont là pour tous: on se souvient encore des 43 victimes de la Pont Morandi, qui s'est effondrée en août 2018. Ce n'est que récemment que la commission d'enquête chargée de l'enquête a livré un rapport de 500 pages dans lequel les causes du drame remontent au «phénomène de corrosion» auquel l'un des pylônes qu'elle a vendu était matière.

Le dossier sur retrait de la concession à Autostrade per l'Italia (Aspi) après la tragédie du pont Morandi, il est toujours ouvert. Mais Aspi, bien que ce soit l'entreprise qui regroupe la plupart des tronçons autoroutiers italiens, n'est pas la seule.

Selon un étude réalisée par l'Observatoire des comptes publics italiens (Observatoire de l'IPC), pour la période 2008-2018, l'Italie est située à sixième place au classement des investissements pour le réseau autoroutier parmi les pays européens: l'observatoire a calculé une dépense de 278 000 € par kilomètre, dont 120 000 € d'entretien ordinaire. Mieux que nous l'Autriche, le Luxembourg, la Pologne, la Suisse et le Royaume-Uni – qui investissent encore des sommes bien plus importantes.

  • La typologie du territoire

Et pas seulement: la maintenance particulière rend cette maintenance plus lourde pour les sociétés concessionnaires conformation géographique de notre péninsule. Construire une autoroute dans les montagnes est bien plus que le faire dans les plaines – il suffit de penser au complexe de tunnels, ponts, viaducs et pylônes, mais aussi de garde-corps et de protection contre les risques de glissements de terrain et de glissements de terrain.

Ce n'est pas un hasard si les tronçons d'autoroute les plus chers se déroulent étendues de montagne. Selon les données du Guide Michelin, voici les autoroutes les plus chères d'Italie:

  1. La première place du classement revient à Turin-Bardonecchia, 79 kilomètres d'autoroute pour 14 euros, soit 17 centimes par kilomètre.
  2. Médaille d'argent pour l'A5, Turin – Aoste – Mont Blanc: 16,80 € pour 101 kilomètres. – 0,16 cents par kilomètre.
  3. Suit le Gênes-Savone-Vintimille: 14,50 € de péage pour 107 kilomètres, soit plus de 13 centimes par kilomètre.
  4. Plus au sud, cependant, leautoroute A24, qui relie Rome à Teramo via L'Aquila: selon les données mises à jour du guide Michielin, un total de 17,50 € est payé pour 165 kilomètres (deux heures de voyage). L'autoroute est gérée par la société Autostrada dei Paschi et possède des dizaines de tunnels, dont celui qui traverse le massif du Gran Sasso sur environ 10 kilomètres. – 10 cents par kilomètre.

Alors faites attention à jonctions: elles coûtent aussi et, inévitablement, sont beaucoup plus longues et difficiles à construire sur les tronçons de montagne – les autoroutes liguriennes en sont un exemple, mais le cas de l'emblème Périphérique de Naples, où la somme des jonctions dépasse la longueur de toute l'artère.

  • L'utilisation de l'autoroute

Enfin, un autre facteur qui a un impact significatif surusure, et donc sur le coût, d'autoroutes en Italie c'est aussi l'usage qui en est fait. Plus précisément, dans notre pays environ 86% des marchandises voyagent encore par route: des camions et des camions d'une dizaine de tonnes (et plus) qui parcourent des milliers de kilomètres chaque jour pour transporter des marchandises du nord au sud de l'Italie, pesant autant sur les autoroutes que dix voitures chacun.

Non seulement cela, mais le trafic de véhicules lourds impose aussi mesures de sécurité supplémentaires en tant que murs antibruit, des garde-corps capables de répondre aux paramètres minimaux de sécurité pour absorber, en cas d'accident malheureux, même le poids des géants de l'autoroute.

Est-il vrai que l'Italie possède les autoroutes les plus chères d'Europe?

Le sentiment de payer à chaque fois des coûts énormes pour le service autoroutier italien est fréquent. Mais encore, ce n'est pas vrai qu'en Italie les autoroutes sont parmi les plus chères d'Europe: Les cousins ​​français, par exemple, paient plus. Par contre, il est vrai que seulement en Italie tous les véhicules à moteur sont soumis au même taux: dans le reste de l'Europe, en revanche, une distinction est faite entre les voitures et les poids lourds (supérieurs à 12 tonnes), tandis que dans certains pays les véhicules à deux roues (agréés pour circuler sur autoroute) bénéficient d'un tarif réduit.

Mais vous devrez d'abord prendre en compte le distinction des systèmes tarifaires entre les différents pays européens. En fait, ceux qui ont une extension territoriale plus petite (Slovénie, Autriche, République tchèque) système de taux forfaitaire, la vignette dite: une vignette à coût fixe pour accéder au réseau autoroutier, quelle que soit la longueur du tronçon à parcourir. Dans certains pays, cependant, comme en Italie, le paiement d'un peage – France, Grèce, Irlande. En Allemagne et dans les pays nordiques, en revanche, l'autoroute est gratuite et payante seulement des tunnels et des ponts.

Editeur Web, né en 1993.

L'écriture et j'ai pratiquement grandi ensemble, au fil du temps je me suis spécialisé dans le reporting financier et économique. Originaire d'Aquila, je quitte bientôt mes montagnes pour m'installer à Rome, où j'ai obtenu mon diplôme en Relations internationales tout 'Université La Sapienza, pour finir à Milan. Entre les deux, quelques séjours en Allemagne.

Mon slogan? "Écrivez-le, écrivez-le bien, écrivez-le mieux".