Avocats, architectes & co: avec le décret d'août, la gamme du bonus de 1000 euros est élargie – Championnat d’Europe 2020

12
Une nouvelle prime de mille euros pour la TVA, les saisonniers et autres catégories de travailleurs, y compris les professionnels des fonds privés (non INPS), comme les avocats, qui sont largement exclus de la précédente «prime de mille». C'est l'une des nouveautés du décret d'août, publié le 15 août au Journal officiel. Le jour de la publication est important car les travailleurs n'ont que 15 jours à compter de l'entrée en vigueur pour postuler, sous peine de déchéance du droit à la prime. Les professionnels font exception, pour lesquels le décret prévoit une double voie. Ceux qui ont déjà eu le bonus de 1000 l'auront automatiquement pendant un mois supplémentaire (automatisation qui était déjà là pour le bonus de 600 euros désormais disparu); sinon, vous avez 30 jours pour en faire la demande.

Déjà à partir de ces différences, on peut comprendre que les méthodes d'accès au bonus sont labyrinthiques, comme se plaignent divers comptables; et ils peuvent même aller jusqu'à exclure ceux qui, pendant le lock-out, ont eu un blocage total de la facturation, comme l'ont déploré les représentants des numéros de TVA lors des réunions avec le gouvernement aux États généraux.

Les critiques des numéros de TVA sont basées sur le fait que vous êtes payé plusieurs mois après le jour de la facture. Il y a des cas de travailleurs qui n'ont rien facturé pendant le verrouillage mais qui ont collecté d'anciennes factures peuvent ne pas avoir droit à la prime. Idem si par hasard dans les deux mois de 2019 ils n'ont rien collecté: pour eux il n'y a pas de baisse de revenu possible.

Bonus de 1000 euros, professionnels et numéros de TVA

Commençons par les pros. Ceux qui l'ont déjà obtenu n'auront rien à faire, comme mentionné. Pour d'autres, c'est plus compliqué.
Pour les professionnels inscrits dans un fonds privé, les exigences sont différentes de celles envisagées pour ceux inscrits à l'INPS en gestion séparée et qui figuraient déjà parmi les bénéficiaires de la prime avec l'arrêté Relaunch. Ceux qui avaient un revenu professionnel en 2018 n'excédant pas 35 mille euros n'ont pas besoin d'une diminution de chiffre d'affaires. Entre 35 mille et 50 mille, en revanche, oui: une diminution de 33% au premier trimestre 2020 par rapport à 2019 ou suspension ou arrêt d'activité. Plus de 50 000 pas de bonus. En outre, il n'est pas nécessaire d'avoir une pension, d'avoir également un revenu d'emploi ou d'avoir demandé des primes associées à d'autres formes de sécurité sociale obligatoire.

Bonus pour les matchs de TVA et les travailleurs du tourisme et du divertissement

Le décret comporte un chapitre entier consacré aux travailleurs de deux secteurs particulièrement touchés par le covid-19, le tourisme et le divertissement. Les travailleurs saisonniers de ces secteurs ont droit à la prime tant qu'ils n'ont pas de pension, pas d'autre relation de travail ou de bénéficiaires de NASPI et qui ont rompu involontairement la relation de travail entre le 1er janvier 2019 et le 17 mars 2020 .

Les travailleurs à durée déterminée de ces secteurs ont également droit, dans ces conditions: à la possession pendant la période comprise entre le 1er janvier 2019 et le 17 mars 2020 d'un ou plusieurs contrats de travail à durée déterminée dans le secteur du tourisme et des thermes , d'une durée totale d'au moins trente jours; possession en 2018 d'un ou plusieurs contrats de travail temporaires ou saisonniers dans le même secteur visé à la lettre a), d'une durée totale d'au moins trente jours; absence de propriété, au moment de l'entrée en vigueur du décret, de pension et de relation de travail.

Les autres bénéficiaires

Le décret prévoit également la prime pour les salariés saisonniers appartenant à des secteurs autres que le tourisme et les spas qui ont rompu involontairement la relation de travail entre le 1er janvier 2019 et le 17 mars 2020 et qui ont travaillé pour au moins trente jours dans la même période; travailleurs intermittents, visés aux articles 13 à 18 du décret législatif du 15 juin 2015, n. 81, qui ont travaillé pendant au moins trente jours entre le 1er janvier 2019 et le 17 mars 2020.

Aussi pour les indépendants, sans numéro de TVA, non inscrits à d'autres formulaires obligatoires de sécurité sociale, qui dans la période comprise entre le 1er janvier 2019 et le 29 février 2020 étaient titulaires de contrats d'indépendant occasionnels attribuables aux dispositions de l'article 2222 du code civil et qui n'ont pas de contrat en vigueur à la date d'entrée en vigueur du décret. La même chose, pour ces contrats, doit déjà être enregistrée à la date du 17 mars 2020 dans la direction séparée visée à l'article 2, paragraphe 26, de la loi du 8 août 1995, n. 335, avec accréditation sur la même période d'au moins une cotisation mensuelle.

Dernière catégorie bénéficiaire: les responsables de la vente à domicile visés à l'article 19 du décret législatif du 31 mars 1998, n. 114, dont les revenus annuels 2019 provenant des mêmes activités dépassent 5000 € et titulaires d'un numéro de TVA actif et inscrits à la direction indépendante visée à l'article 2, alinéa 26, de la loi du 8 août 1995, n °. 335, à compter du 17 mars 2020 et non inscrit à d'autres formulaires obligatoires de sécurité sociale.