Bonus 600 euros: peut-il être combiné avec une bourse? – Championnat d’Europe 2020

65

bonus-600-euro-cumulatif-

Chère rédaction, je suis un travailleur indépendant avec un numéro de TVA, qui a subi en avril 2020 une baisse de 95% de son chiffre d'affaires par rapport à avril 2019: je déclare avoir déjà bénéficié de la prime de 600 euros prévue par le décret Cura Italia et qui a ainsi renoncé à la subvention qui avait été introduite avec le décret Relance. Pour cette raison, je voudrais savoir si l'indemnité de 600 euros perçue en avril est également incompatible avec la contribution non remboursable introduite ultérieurement par le décret Ristori.

Sincèrement, R.C.

Réponse

Cher lecteur,

à cet égard, en réponse à son doute sur la compatibilité des installations du Décret Cura Italia il est né en Décret sur les rafraîchissements, l'Agence du revenu a rendu un arrêt le 11 février dernier pour donner des explications sur l'accumulation des cotisations. Par conséquent, pour répondre à votre question, exactement telle que résumée dans la communication de l'Agence, il est tout d'abord nécessaire de préciser la nature et les caractéristiques des installations des décrets précités.

Le Décret-loi Cura Italia numéro 18, introduit le 17 mars 2020, et a ordonné les premières mesures de soutien économique aux familles, aux travailleurs et aux entreprises pour faire face à l'urgence de la pandémie de covid-19. En fait, plus précisément, learticle 27 de cette première intervention de soutien financier prévoit une indemnité de 600 euros pour le mois de mars 2020: "Aux indépendants disposant d'un numéro de TVA actif à partir du 23 Février 2020 et aux travailleurs ayant des relations de collaboration coordonnée et continue active à la même date, inscrite dans la direction séparé visé à l'article 2, paragraphe 26, de la loi du 8 août 1995, no. 335, non titulaires d'une pension et non inscrits à d'autres formes de sécurité sociale obligatoire, c'est a reconnu une indemnité pour le mois de mars égale à 600 EUR."

En résumé, le versement de la prime de 600 euros décrite aux articles 27 et 28 du décret-loi est accordé à:

  • les indépendants avec un numéro de TVA, actif depuis le 23 février 2020;
  • travailleurs avec des relations de collaboration coordonnées et continues actif depuis le 23 février 2020;
  • les travailleurs indépendants inscrits dans la gestion spéciale de l'Aiguille (artisans, commerçants, agriculteurs);

Décret Cura Italia: toutes les mesures

Par la suite, une autre mesure de soutien économique a été introduite: le décret-loi du 19 mai 2020, no. 34, ou le Décret de relance dont vous avez dû renoncer à la facilitation en obtenant le Bonus 600 euros du précédent décret Cura Italia. Cette nouvelle mesure établit une subvention en faveur des entreprises, des indépendants et des exploitants de revenus agricoles, titulaires d'un numéro de TVA remplissant au moins l'une des conditions suivantes:

  • montant du chiffre d'affaires et des honoraires pour le mois d'avril 2020 moins des deux tiers le montant du chiffre d'affaires et des honoraires pour le mois d'avril 2019;
  • création d'entreprise à partir du 1er janvier 2019;
  • domicile fiscal ou siège opérationnel situé sur le territoire de Municipalités touchées par des événements calamiteux dont l'état d'urgence était en place au 31 janvier 2020 (date de la déclaration de l'état d'urgence du Coronavirus).

Dans ce cas, cependant, l'article 25, paragraphe 1, stipule que la facilitation n'est pas due "Aux contribuables qui ont droit à réception des indemnités fournies par les articles 27 et 28 du décret-loi du 17 mars 2020 numéro 18 (…) "

Par conséquent Ce n'est pas possible, pour ceux qui comme vous ont déjà utilisé le Bonus de 600 euros prévu par le premier décret Cura Italia, obtenir en même temps la contribution non remboursable établie par le décret de relance ultérieur. Les deux mesures de soutien économique ils ne peuvent pas être combinés.

Dernières nouvelles et mises à jour sur le décret de relance

La dernière contribution dont vous parlez, la Décret sur les rafraîchissements, a été introduite le 28 octobre 2020 en formulant des dispositions supplémentaires et une subvention non remboursable, là encore pour compenser les graves conséquences économiques et financières subies par certaines catégories d'opérateurs économiques en
conséquence de la pandémie COVID-19.

Plus précisément, à l'article 1, paragraphe 1, il a été établi que "une contribution complète est reconnue perdu au profit des sujets qui, au 25 octobre 2020, ont un numéro de TVA
actif et, conformément à l'article 35 du décret du président de la République 26 Octobre 1972 n. 633, déclarent exercer l'une de ces activités en tant qu'activité principale se référant aux codes ATECO indiqués dansPièce jointe 1 à ce décret. La contribution ne c'est aux sujets qui ont activé le numéro de TVA à partir du 25 octobre 2020".

Le paragraphe 10 de l'article 1 précise également une référence à l'application de dispositions dans lesquelles il n'y a pas d'interdiction du cumul des avantages reçus: "Les dispositions de l'article 25, paragraphes 7 à 14, du décret-loi no. 34 de 2020."

Le même article 1 du décret Ristori il ne prévoit aucune interdiction expresse d'accumulation.

Pour conclure, en résolvant votre question sur la base de l'analyse des différents décrets, l'Agence du revenu avec le réponse à la question no. 104 confirme donc la possibilité de bénéficier de la contribution offerte par le décret Ristori alors qu'il avait déjà bénéficié de la prime de 600 euros versée grâce au précédent décret Cura Italia.

Par conséquent, l'indemnité de 600 euros du décret Cura Italia et la contribution non remboursable du décret Ristori sont cumulatives.

Cordialement.

© REPRODUCTION RESERVEE