Bonus 600 euros pour les professionnels inscrits avec des fonds privés: moyen de paiement gratuit – Foot 2020

115

Après l'arrêt imposé par les modifications apportées par le décret de liquidité, les fonds de pension des avocats professionnels s'apprêtent à verser à leurs membres la prime de 600 euros prévue par le décret Cura Italia. La liquidation des primes a été lancée indépendamment par les différents fonds, mais le ministère du Travail n'a pas encore fait connaître le montant des avances qui sera remboursé à chacun d'eux. Il y a aussi une autre question importante en arrière-plan concernant le contrôle substantiel des exigences des professionnels qui l'ont demandé, la vérification qu'elle ne sera effectuée qu'après paiement, avec quelles rechutes?

Dans aucun ordre particulier, et après avoir géré les modifications des exigences apportées "en cours d'exécution" par le Décret de liquidité (Décret législatif n ° 23/2020), le Fonds de pension professionnelle initient le paiement à leurs abonnés de bonus 600 euros pour le mois de mars.

Les ressources allouées par le gouvernement sont insuffisantes par rapport au nombre de candidats, mais certains fonds s'orientent quand même vers leur accueil toutes les demandes presser le gouvernement d'augmenter l'allocation, mais en même temps assumer l'utilisation des ressources propres.

Premières dispositions sur le bonus

Avec la disposition combinée de l'art. 44 du décret Cura Italia (décret législatif n ° 18/2020) et du décret interministériel du 28 mars 2020, une prime unique de 600 € devrait être versée en mars aux avocats professionnels inscrits dans les fonds de pension professionnels. : montant similaire à celui versé par l'INPS à tous les indépendants inscrits à la gestion de la sécurité sociale de l'Institut.

Selon ces règles, les professionnels ayant les exigences de "souffrance économique" suivantes avaient droit au bonus:

· revenu total pour 2008 jusqu'à 35 000 € avec limitation de l'activité professionnelle subie du fait des dispositions d'urgence visant à contenir la pandémie de Covid-19;

· Revenu total déclaré pour 2008 entre 35 000 et 50 000 euros accompagnés, entre février et mars, d'une cessation d'activité professionnelle ou d'une baisse du chiffre d'affaires au premier trimestre de l'année d'au moins 33% par rapport au premier trimestre 2019.

Ils étaient donc exclu de la perception du bonus:

· Ceux qui n'ont commencé leur activité professionnelle qu'à partir de 2019;

Selon ce que prévoyait le décret interministériel, parmi les lignes de l'autodéclaration à présenter aux Fonds à des fins de décaissement, la retraités.

Le processus prévoyait que:

Je professionnels ils ont sollicité les Fonds entre le 1er et le 30 avril 2020, sous peine d'irrecevabilité;

· Le Casse ils ont procédé à une vérification formelle de l'acceptation des candidatures;

Les caisses envoyées rapports hebdomadaires (le premier le 8 avril) au ministère du Travail pour vérifier la capacité de l'allocation budgétaire avant le paiement;

Le ministère fournir une rétroaction «en temps opportun» aux fins de paiement concret par la Casse;

· Les caissiers, après le paiement de la prime, ont procédé aux vérifications concernant la possession des exigences substantielles par les demandeurs sur la base des données fournies par l'Inland Revenue et l'INPS,

· Le Ministère a remboursé mensuellement les fonds individuels des sommes versées.

Sur la base de ce processus, la Casse a envoyé les rapports au ministère le 8 avril, se préparant à effectuer les premiers transferts dès le vendredi 10 avril 2020, afin d'envoyer la prime aux membres inscrits au cours de la semaine en cours.

Ce qui a changé avec le décret de liquidité

Dans la nuit du 8 avril 2020, le décret de liquidité (décret législatif 23/2020) est publié, dont l'article 34 modifie le Requisitattendus pour l'utilisation du bonus.

En plus de réaffirmer l'incompatibilité de la prime avec l'utilisation de tout type de pension (contrairement à la prime INPS, qui est versée aux bénéficiaires de pensions indirectes), cet article prévoyait – a posteriori – qu'aux fins de l'utilisation de la prime, le L'adhésion à la caisse de retraite professionnelle doit être exclusive.

Cette "innovation" impliquait – pour tous les fonds de pension – la nécessité de demander à leurs affiliés qui avaient déjà déposé une demande (à accepter dans un ordre chronologique strict), de l'intégrer à une déclaration spécifique de ne pas être soumis à une autre forme de pension obligatoire. Cette réalisation supplémentaire est obligatoire, comme imposé par la loi dans le but de fournir des fonds publics. Mais si, d'une part, elle est superflue pour certaines catégories professionnelles (comme les notaires et les membres de la Cassa dei Ingegneri e Architetti Liberi Professionali – Inarcassa), d'autre part, la clarification réglementaire exclut la possibilité de bénéficier du bonus des milliers de professionnels qui – en exerçant également leur activité en tant que salarié (ou en exerçant des activités professionnelles distinctes) – ont perdu le droit au bonus ex post.

Statut de paiement

Compte tenu de la lourdeur du processus décrit et des changements en cours, la Casse a évolué et évolue sans ordre particulier.

Étant donné que – pour autant que nous le sachions – le ministère du Travail n'a pas encore fourni de retour d'information sur les résultats du suivi reçu par tous les Fonds le 8 avril, il est certain que – même en "purifiant" liste des questions des professionnels qui ont perdu le droit conformément à l'art. 34 du décret législatif 23/2020 – ceux présentés (plus de 600 000) sont de loin dépassant le crédit de 200 millions d'euros prévue par l'arrêté du 28 mars 2020 précité (qui "couvre" 333 333 demandes). Le texte de la loi de conversion du décret Cura Italia, renvoyé en première lecture par le Sénat la semaine dernière, n'a pas non plus augmenté les montants disponibles.

D'un suivi partiel et non exhaustif de la situation, il y a une Cassa (celle des consultants du travail) qui a déjà engagé la semaine dernière des paiements sans attendre les résultats du suivi ministériel. Tous les autres ont interrompu le processus avant Pâques, pour procéder à l'intégration des documents requise par l'art. 34 du décret législatif 23/2020 et, surtout, certains, pour éliminer ceux qui sont devenus inacceptables en vertu des dispositions de cet article.

Redémarrez les activités après Pâques, pour autant que nous le sachions, tous les fonds initier des virements électroniques au cours de la semaine en cours.

Il faut dire cependant que si les fonds alloués à la prime de mars ne devaient pas être augmentés, d’une part le ministère du Travail devra identifier le mécanisme de divisé entre les caisses je (peu) fonds pour le retour de l'avance. Et, d'autre part, si les Fonds ont déboursé des montants plus importants que ceux mis à disposition par le gouvernement, ils devront supporter la différence dans leurs propres bilans et liquidités.

La question des vérifications reste à l'arrière-plan, puisque le décret précité prévoit que je contrôles substantiels ne sont effectués qu'après paiement et, par conséquent, il y aura le problème de tout "recouvrement de créances" à la charge des professionnels qui ont reçu le bonus sans y avoir droit (et, parmi ceux-ci, ceux qui l'ont reçu sur la base de la possession de exigences modifiées uniquement après la perception concrète des sommes.

En conclusion

Comme il est facile de comprendre, s’il était vrai que le gouvernement al’intention d’en développer un nouveau (et plus important) prime aussi pour le mois d'avril, il serait fortement conseillé de mieux structurer les règles, exigences et procédures, afin d'éviter de répéter les incertitudes d'application de la prime de mars.

Copyright © – Reproduction réservée

loin