Changement climatique après COVID-19 | VOX, portail politique du CEPR – Championnat d’Europe 2020

11

Changement climatique après le COVID-19: plus difficile à vaincre politiquement, plus facile à combattre économiquement

Au début de la pandémie, de nombreux dirigeants politiques avaient tendance à retarder une action politique décisive jusqu'à ce qu'elle paraisse inévitable. Cependant, face aux épidémies virales ou au changement climatique, la procrastination des politiques peut être tragique. La propagation du COVID-19 et les changements dans notre système climatique sont régis par une dynamique non linéaire. Cela signifie que les réponses différées deviennent disproportionnellement plus coûteuses: aux États-Unis, commencer la distanciation sociale une semaine plus tôt aurait pu éviter environ 55% des décès (36000) entre la mi-mars et le début mai (Pei et al.2020). Selon Furman et al. (2015), les coûts d'une action climatique ultérieure augmentent de 37% lorsqu'ils sont retardés jusqu'en 2025. Changement climatique après COVID-19 | VOX, portail politique du CEPR
 - Championnat d'Europe 2020

Notes: Reproduit avec la permission amicale de Raf Schoenmaekers (instagram.com/statisticallycartoon)

Cependant, les politiciens ne peuvent pas être blâmés seuls pour la paralysie politique initiale. Au moins dans les systèmes démocratiques, l'espace d'action des décideurs est toujours limité par le soutien du public. Cependant, nous, le public, sommes psychologiquement mal équipés pour comprendre la gravité des menaces abstraites comme le changement climatique. Le virus, abstrait au départ alors qu'il semblait encore confiné à la ville de Wuhan, a quant à lui réussi à capturer notre imagination: une fois que la menace de contracter le COVID-19 semblait imminente, les gens ont accepté de dures limitations de leurs libertés. Le changement climatique n'a jusqu'à présent pas réussi à attirer un niveau de vigilance similaire. En effet, ce que la société est prête à faire semble dépendre de manière cruciale de la façon dont nous pensons qu’elle deviendra «mauvaise» (voir la figure 1).

Figure 1 Relation potentielle entre les dommages perçus du COVID-19 et le changement climatique et la volonté de la société de réagir

Changement climatique après COVID-19 | VOX, portail politique du CEPR
 - Championnat d'Europe 2020

Remarque: conceptuel; P = perçu, A = réel.

Le changement climatique est plus difficile à vaincre politiquement, mais plus facile à combattre économiquement

Dans l'ensemble, il y a des raisons de croire que le changement climatique sera encore plus difficile à vaincre que la pandémie COVID-19. Nous reprendrons probablement un semblant de normalité dans un monde post-pandémique une fois qu'un vaccin efficace et un protocole de traitement auront émergé. Cependant, la stabilisation du climat nécessite des transformations plus durables qui doivent être mises en œuvre bien avant que le changement climatique n'atteigne des dimensions catastrophiques.

Du côté positif, si ces transformations dureraient plus longtemps, elles ne seraient pas aussi perturbatrices pour l'économie: le FMI (2020) prédit une contraction de 4,9% de l'économie mondiale en 2020, tandis que la Commission européenne suppose que le PIB de la zone euro baissera même de 8,7%. En comparaison, une réduction de 0,06% de la croissance annuelle de la consommation mondiale au cours de ce siècle qui sera compromise pour la réalisation de l'Accord de Paris (GIEC 2014) semble négligeable. Oui, les économistes demandent actuellement de diriger d'énormes sommes d'argent provenant des plans de relance économique COVID-19 vers des investissements respectueux du climat, mais à long terme, bon nombre de ces mesures peuvent se payer d'elles-mêmes. Dans une enquête récente, des experts économiques ont montré comment certaines politiques vertes pourraient surpasser les plans de relance conventionnels pour remettre sur les rails des économies en proie à une pandémie (Hepburn et al.2020).

Ce que cela montre, c'est que nous disposons déjà de bon nombre des technologies et des instruments économiques nécessaires pour progresser dans l'action climatique. Le véritable goulot d'étranglement est la volonté politique et le soutien du public.

Quel avenir pour la politique climatique?

Pour surmonter le court-termisme et la procrastination des politiques, les sociétés peuvent déléguer la prise de décision à des institutions qui sont mieux alignées sur les objectifs politiques à long terme que les politiciens en mission de réélection. Le comité d'experts britannique sur le changement climatique en est un exemple. Certains experts ont même proposé des «banques centrales de carbone» (Helm et al. 2003).

Les campagnes d'information et les médias doivent faire un meilleur travail pour transmettre psychologiquement la menace du changement climatique au public. Par exemple, ils peuvent se tourner vers la science de l’attribution: des initiatives telles que «World Weather Attribution» peuvent désormais démontrer le rôle du changement climatique dans les événements météorologiques extrêmes tels que nous les vivons.

Peut-être plus important encore, cependant, les décideurs doivent veiller à ce que les mesures d'atténuation soient conçues de manière à prendre en compte les préoccupations des citoyens: l'électorat ne soutiendra les initiatives ambitieuses de tarification du carbone et d'investissement à faible émission de carbone que s'il est d'avis que les coûts et les fardeaux du changement climatique les mesures d'atténuation sont équitablement réparties (Maestre-Andrés et al.2019). Isoler les communautés fortement touchées et les ménages à faible revenu des hausses de prix exorbitantes et rendre visibles les avantages de la réforme climatique peut mobiliser le soutien et éviter l'opposition du public (Klenert et Hepburn 2018).

Cependant, une chose est cruciale pour que bon nombre de ces solutions émergent: surmonter la politisation du changement climatique. De nombreuses mesures contre le COVID-19 n'ont réussi que parce qu'elles s'appuient sur une plate-forme de large soutien interpartisan. Il est crucial de tirer parti du soutien au changement climatique au-delà des divisions politiques, comme la récente feuille de route bipartite américaine sur le climat. Il est tout aussi important de ramener à bord les climato-sceptiques mécontents et ceux induits en erreur par la désinformation. Il sera intéressant de voir quel rôle l'engagement public et la démocratie délibérative peuvent jouer: les assemblées de citoyens sur le changement climatique, comme au Royaume-Uni et en France, peuvent s'avérer vitales pour la construction d'un mandat social fort et durable pour une action climatique plus ambitieuse (Howarth et al. . 2020).

Figure 2 Cinq leçons de la pandémie COVID-19 pour l'avenir de l'atténuation du changement climatique

Changement climatique après COVID-19 | VOX, portail politique du CEPR
 - Championnat d'Europe 2020

La source: Klenert et coll. (2020).

La politique pandémique comme précédent pour les militants du climat?

À terme, la pandémie actuelle pourrait aboutir exactement au changement de culture politique nécessaire pour progresser dans l'action climatique. Les restrictions actuelles des libertés personnelles et économiques sont sans précédent pour la plupart des générations dans les pays occidentaux, tout comme les fonds mobilisés pour remédier aux effets économiques de la réponse à la pandémie. COVID-19 a montré ce qui est possible une fois qu'il y a suffisamment de volonté politique. Dans un monde post-pandémique, les politiciens s'en sortiront-ils encore en décriant les revendications des militants climatiques comme irréalistes? La nouvelle génération de grévistes du climat donnera aux décideurs politiques beaucoup plus de mal à rejeter les propositions d'atténuation ambitieuses, telles qu'une élimination accélérée du charbon ou une tarification stricte du carbone, au motif qu'elles représentent une charge trop lourde pour l'économie. Il y a de fortes chances que la prochaine vague d'action climatique soit également plus importante encore.

Note des auteurs: Cette chronique est basée sur notre récente publication, Klenert et al. (2020). Les opinions exprimées sont uniquement celles des auteurs et ne peuvent être interprétées comme représentant une position officielle de la Commission européenne.

Références

Furman, J, R Shadbegian et J Stock (2015), «Le coût de retarder l'action pour endiguer le changement climatique: une méta-analyse», VoxEU.org, 25 février.

Helm, D, C Hepburn et R Mash (2003), «Credible Carbon policy», Revue d'Oxford de la politique économique 19 (3): 438-450.

Hepburn, C, B O’Callaghan, N Stern, J Stiglitz et D Zenghelis (2020), «Les programmes de relance budgétaire du COVID-19 vont-ils accélérer ou retarder les progrès en matière de changement climatique?», Revue d'Oxford de la politique économique 36.

Howarth, C, P Bryant, A Corner, S Fankhauser, A Gouldson, L Whitmarsh et R Willis (2020), «Construire un mandat social pour l'action climatique: leçons du COVID-19», Économie de l'environnement et des ressources, en ligne d'abord.

FMI (2020), Chapitre 1 dans Mise à jour des Perspectives de l'économie mondiale, juin 2020,Washington DC.

GIEC (2014), «Résumé à l'intention des décideurs», In O Edenhofer, R Pichs-Madruga, Y Sokona, E Farahani, S Kadner, K Seyboth, A Adler, I Baum, S Brunner, P Eickemeier, B Kriemann, J Savolainen, S Schlömer, C von Stechow, T Zwickel et JC Minx (éd.), Changement climatique 2014: Atténuation du changement climatique. Contribution du Groupe de travail III au cinquième rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, Cambridge, Royaume-Uni et New York, NY, États-Unis: Cambridge University Press.

Maestre-Andrés, S, S Drews et J van den Bergh (2019), «Perceived fairness and public acceptability of carbon pricing: a review of the literature», Politique climatique 19 (9): 1186-1204.

Klenert, D et C Hepburn (2018), «Faire fonctionner la tarification du carbone pour les citoyens», VoxEU.org, 31 juillet.

Klenert, D, F Funke, L Mattauch et B O’Callaghan (2020), "Cinq leçons tirées du COVID-19 pour faire progresser l'atténuation du changement climatique», Économie de l'environnement et des ressources.

Pei, S, S Kandula et J Shaman (2020), «Effets différentiels du moment de l'intervention sur la propagation du COVID-19 aux États-Unis», MedRxiv.