comment calculer le traitement complémentaire «ajusté» dans le bulletin de paie – Championnat d’Europe de Football 2020

12
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

Décret-loi no. 182 de 2020 qui "ajuste le coup" sur le traitement supplémentaire IRPEF confirmé par la loi de finances 2021. La disposition intervient dans le domaine du coin fiscal en prévoyant la reconnaissance d'une somme de 1 200 euros, à titre de traitement complémentaire, qui ne contribue pas à la formation de revenus, en faveur des salariés dont le revenu total n'excède pas 28 000 euros. Le montant attendu diminue à mesure que les revenus augmentent jusqu'à 40 000 euros. Comment la bonification fiscale est-elle calculée et que doit faire l'employeur lors du traitement du bulletin de paie?

Loi de finances 2021 l'a rendu structurel réduire le coin fiscal avec la déduction fiscale supplémentaire pour i revenus jusqu'à 40 mille euros, introduit à partir du second semestre 2020 pour remplacer le bonus IRPEF déjà structurel.

La Manœuvre (article 1, paragraphe 8, loi n ° 178/2020) allouait 3,3 milliards d'euros, mais un action corrective, par une disposition spécifique et ponctuelle (décret législatif n ° 182 du 31 décembre 2020), entrée en vigueur le 1er janvier 2021, pour assurer la pleine applicabilité de la mesure tout au long de l'année 2021.

Ce que prévoit le décret correctif

Selon le D.L. n. 182 du 31 décembre 2020, la déduction supplémentaire est base mensuelle, pour services rendus à compter du 1er janvier 2021, aux montants suivants:

· 960 euros, majoré du produit entre 240 euros et le montant correspondant au ratio compris entre 35 000 euros, déduction faite du revenu total, et 7 000 euros, si le montant du revenu total excède 28 000 euros mais non 35 000 euros;

· 960 euros, si le revenu total dépasse 35 000 euros mais pas 40 000 euros; la déduction est due dans une mesure correspondant au rapport entre le montant de 40 000 euros, diminué du revenu total, et le montant de 5 000 euros.

Caractéristiques générales de la mesure

La réduction du coin fiscal, introduite par le décret-loi no. 3 du 5 février 2020, prévoit des mesures urgentes pour réduire la charge fiscale des salariés, réparties de deux manières différentes:

· crédit d'impôt personnel sur la masse salariale pour le revenu jusqu'à 28 mille euros;

· Déductions fiscales pour le revenu de 28.000 à 40.000 euros.

Le décret n. 3/2020 a fourni, à partir du 1er juillet 2020, une intégration pour le public qui a déjà bénéficié de la soi-disant Bonus Renzi, avec une nouvelle augmentation de 120 euros en 6 mois, à ajouter aux 480 euros déjà perçus.

A partir de 28 milliers d'euros, en revanche, le bonus se transforme en une déduction fiscale équivalente, qui commence toujours à 100 euros et diminue à une valeur de 80 euros en correspondance avec un revenu de 35 milliers d'euros bruts. Au-delà de ce seuil, le montant de la prestation continue de diminuer jusqu'à atteindre zéro lorsqu'un revenu de 40 mille euros est atteint.

L'application du traitement complémentaire est automatique, car il ne fait l'objet d'aucune demande de la part du travailleur.

Le traitement complémentaire ne contribue pas à la formation de revenus.

Les bénéficiaires

La prime est due aux bénéficiaires de revenus d'emploi et assimilés, dont impôt brut, calculé sur le revenu d'emploi total pour chaque période d'imposition, est supérieur à la déduction pour travail due mais inférieur au seuil fixé par la loi.

Les catégories de sujets susceptibles de bénéficier de la nouvelle déduction sont les suivantes:

Employés;

Membres des coopératives;

– Les employés qui reçoivent une rémunération pour des missions de tiers;

– Propriétaires de stages, bourses ou d'autres activités de formation professionnelle;

Collaborateurs coordonnés et continus;

– Prêtres;

– Travailleurs socialement utiles;

– les bénéficiaires de l'allocation de mobilité, avantages d'exode, licenciements et NASpI.

Pour déterminer le revenu total le montant des revenus de chaque catégorie (travail salarié, travail indépendant, revenus fonciers) est inclus, net de:

le revenu dérivant deunité immobilière utilisée comme résidence principale et accessoires connexes;

récompenses de résultat soumis à la taxe de remplacement de 10%.

N.B. Les revenus provenant de la location de biens soumis à une taxe forfaitaire sont également inclus.

Comment s'applique le traitement complémentaire 2021

Les salariés et assimilés, dont le montant total n'excède pas 28 mille euros par an et avec un impôt brut supérieur aux retenues au travail qui leur sont dues, bénéficient d'un traitement complémentaire égal à 1200 euros par an à partir de 2021.

Ils restent exclu toutes les prestations d'aide au revenu et d'inclusion sociale soumises à une imposition distincte conformément à l'article 17 du TUIR:

Fonds de garantie TFR visé à l'article 2 de la loi no. 297/1982;

Indemnités de départ mentionné dans la loi no. 377/1958;

– paiement anticipé de l'indemnité de NASpI livré dans une solution unique afin d'inciter au démarrage d'unActivités de travail indépendant de l'assuré: dans ce cas, en fait, la prestation de soutien du revenu perd la connotation d'une prestation de sécurité sociale typique pour prendre la nature d'une contribution financière au développement du travail indépendant.

Calcul de la déduction d'impôt sur le revenu des particuliers

Le préposé à la retenue doit assumer le revenu annuel du salarié sur la base des informations en sa possession concernant les conditions contractuelles et sur la base des éventuelles données de revenus complémentaires fournies par le travailleur.

Confirmé le code fiscal à indiquer pour la compensation en F24 de la prime versée, qui est 1655.

L'avantage est égal à:

– à 100 euros par mois pour les salariés dont le revenu annuel brut peut atteindre 28 000 euros;

– à 80 euros par mois pour les travailleurs qui perçoivent un revenu compris entre 28 000 € et 35 000 €;

il diminue ensuite progressivement jusqu'à zéro pour les salariés dont le revenu est compris entre 35 et 40 mille euros.

Exemple de calcul

A) Revenu total: 24.000 euros

· Bonus dû: 1 200 euros

Jours de déduction = 365

Montant journalier du crédit 1200 € / 365 = 3,28

3,28 x n. Jours du mois = montant du crédit mensuel dû

· Par exemple, janvier 3,28 € * 31 = 101,92

Septembre 3,28 € * 30 = 98,40

B) Revenu de 28500 €

Bonus dû: 960 € + 240 x (35.000-28.500) / 7000) = 1.182

Jours de déduction = 365

Montant journalier du crédit 1,182 € / 365 = 3,24

3,24 x n. Jours du mois = montant du crédit mensuel dû

· Ex. Juillet 3,24 € * 31 = 100,46

Septembre 3,23 € * 30 = 97,2

C) Revenu de 38.000 euros

Bonus dû: 960 € x (40.000-38.000) / 5.000) = 384

Jours de déduction = 365

Montant journalier du crédit 384 € / 365 = 1,05

1,05 x n. Jours du mois = montant du crédit mensuel dû

· Ex. Juillet 1,05 € * 31 = 32,61

Septembre 1,05 € * 30 = 31,5

Copyright © – Reproduction réservée