Contribution de 500 euros pour les vélos et les véhicules électriques pour une mobilité durable – Euro 2020

194

Bon maximum de 500,00 euros

le paragraphe 1 de la disposition, apporte des modifications
Article 2, paragraphes 1 et 2 du décret-loi du 14 octobre 2019, n.
111, converti, avec modifications, par la loi du 12 décembre 2019,
n. 141, afin d'encourager les formes de mobilité durable
alternatives aux transports publics locaux qui garantissent la
droit à la mobilité des personnes dans les zones urbaines d'en face
restrictions des transports publics locaux imposées par les institutions
locaux pour faire face à l'urgence épidémiologique de COVID-19. le
actuel article 2, paragraphe 1, du décret-loi no. 111 sur 2019
établit le «programme expérimental de bonne mobilité» avec
l'objectif de contribuer à la réduction des émissions
polluants, climatiques et acoustiques, des volumes de trafic
congestion du trafic privé et occupation du
espace public. Le changement proposé, al paragraphe 1, lettre
à),
Prévoit que le programme pour 2020
incitations pour des formes de mobilité durable alternatives au transport
audience locale
. En particulier, ai résidents
d'âge dans les capitales régionales
, dans les villes
métros, dans les capitales provinciales ou dans les communes
population supérieure à 50 000 habitants
est reconnu
"bonne mobilité", égal à 60 pour cent
des frais engagés et en tout état de cause ne dépassant pas 500 €
,
à partir du 4 mai 2020 (date d'entrée en vigueur du décret présidentiel
26 avril 2020) et jusqu'au 31 décembre 2020, pour
l'achat de vélos, même pédaler
assisté
ainsi que les véhicules de mobilité personnelle a
propulsion principalement électrique, comme segway,
hoverboards, scooters et monowheels
ou pour une utilisation
services de mobilité partagée à usage individuel à l'exclusion de ceux
en voiture. Ce "bon de mobilité" peut être demandé
pour une seule fois et exclusivement pour l'une des destinations
l'utilisation prévue. En pratique, le maximum de
bon d'achat égal à 500 euros acheter l'un des moyens fournis par le coût
dans l'ensemble qui a un coût de 830,00 euros de plus qu'avec le
Un bon de 500,00 euros entraînerait l'achat du véhicule avec 330,00
euros seulement.

Le décret d'application manque pour l'entrée en vigueur

Par arrêté du ministre de l'environnement et de la protection de l'environnement
terre et mer, en consultation avec le ministre de l’économie et de la
des finances et le ministre des infrastructures et des transports,
à adopter dans les soixante jours suivant l'entrée en vigueur de la
ce décret, les modalités et les modalités sont définies pour
l'obtention et le versement de l'avantage. À cet égard, il est prévu
l'allocation de 50 millions d'euros supplémentaires pour l'année 2020,
pour un total de 120 millions d'euros pour cette année.

Depuis 2021, le bon est accessible avec la mise au rebut

Pour les années 2021 et suivantes le Programme
stimule les transports publics locaux et régionaux et les modes de transport
mobilité durable en complément
la mise au rebut des véhicules à moteur et des motocyclettes très polluants.
Par rapport aux dispositions du paragraphe 1 actuel de l’article 2 de la
décret-loi n. 111 de 2019, le bon devrait venir
reconnu pour avoir mis au rebut le type de
voitures et motos y indiquées du 1er janvier au 31
Décembre 2020; en outre, ce bon peut également être utilisé pour
l'achat de véhicules de propulsion personnels
principalement électriques comme les segways, les hoverboards, les scooters et
monowheel. Aussi, à la lettre b) du même paragraphe
1
l'article 2, paragraphe 2, du décret précité est publié
loi n. 111 de 2019, qui prévoit actuellement
financement de projets de création, d'extension,
la modernisation et la grand-mère des voies réservées à la
transports publics locaux. La modification prévoit le financement de
projets de création, d'extension, de modernisation et de
réaménagement de pistes cyclables, en complément ou en
alternative à celles relatives aux voies réservées aux
transports publics locaux.

Bon programme expérimental de mobilité

Au paragraphe 2 augmente de 50 millions d'euros,
pour l'année 2020, le fonds dénommé "Bon programme expérimental
mobilité "grâce à l'utilisation des ressources disponibles,
compte résiduel, sur les chapitres du devis du ministère
de l'environnement et de la protection du territoire et de la mer, financé
avec une partie du produit des enchères des quotas d'émission de
C02, visée à l'article 19 du décret législatif du 13 mars 2013,
n. 30, se rapportant au même état de prévision.

Changements au Code de la route

Paragraphe 3, toujours aux fins visées à
paragraphe 1, et en particulier de promouvoir l’utilisation
vélos dans les zones urbaines, tels que les véhicules à faible impact
l'environnement, apporte des modifications au code de la route
décret législatif du 30 avril 1992, n. 285. En particulier, arrêtez
les dispositions de l'article 33-BIS du décret-loi 30
Décembre 2019, n. 162, converti, avec modifications, par le
loi du 28 février 2020, n. 8, qui porte la discipline de
circulation par segway, hoverboard et monowheel, c'est-à-dire
appareils de mobilité personnelle similaires, avec la lettre oui
modifie l'article 3, paragraphe 1, du décret législatif du 30 avril
1992, n. 285, en insérant, après le chiffre 7), le chiffre
7-bis), qui introduit la définition de "Advanced Home",
ou une ligne d'arrêt dédiée aux vélos en position
avancé par rapport à la ligne d'arrêt pour tous les autres véhicules
pour assurer une plus grande sécurité pour le mouvement des vélos.
En outre, l’article 3, paragraphe 1, du décret est prévu
Législatif 30 avril 1992, n. 285, après le numéro 12),
entrer le numéro 12-bis) qui introduit le
définition Voie cyclable ou la: partie longitudinale de la
amarré, placé à droite, délimité par une bande blanche
discontinue, valable et à usage mixte, apte à permettre la
circulation sur les routes urbaines de vélocipèdes dans le même sens
d'autres véhicules et marqué du symbole de
vélocipède. La piste cyclable fait partie de la piste ordinaire
véhiculaire, destiné à la circulation des vélocipèdes. Dans
coordination et mise en œuvre de la définition introduite de "domicile
Avancée " à la lettre b) du même
sous-section
3 L'article 182 du décret législatif est modifié
30 avril 1992, n. 285, insérant, après le paragraphe 9-bis, le
paragraphe supplémentaire 9-ter, qui fournit, aux intersections
feux de circulation et sur la base d'un arrêté spécifique adopté en application de
du paragraphe 1 de l'article 7 du même décret législatif du 30 avril
1992, n. 285, qui au seuil de l'intersection peut être
réalisé la "maison avancée", étendue à toute la largeur de la
chaussée ou demi-voie. La maison avancée, previa
évaluation des conditions de sécurité, possible
le long des routes avec une vitesse autorisée de 50 ou moins
km / h, même si vous avez plusieurs voies par sens de circulation, et il est
placé à au moins 3 mètres de la ligne
arrêt établi pour l'écoulement du véhicule. La zone délimitée est
accessible par une voie d'une longueur d'au moins 5
mètres réservés aux vélos, situés sur le côté droit
près de l'intersection.

Finalement, le paragraphe 4 prévoit obligatoire
la préparation du plan de voyage à domicile
le 31 décembre de chaque année, ainsi que la nomination du
responsable de la mobilité d'entreprise (mobilité manager)
des entreprises et des administrations publiques visées à l'article 1er,
paragraphe 2, du décret législatif du 30 mars 2001, n. 165, avec célibataires
unités locales de plus de 100 employés situées dans une capitale de
Région, dans une ville métropolitaine, dans une capitale provinciale
ou dans une commune de plus de 50 000 habitants.
Actuellement, cette obligation, prévue par le décret du ministre
de l'environnement du 27 mars 1998, publiée au Journal officiel no.
179 du 3 août 1998, s'applique exclusivement aux sociétés et
organismes publics avec des unités locales individuelles de plus de 300 employés e
d’entreprises de plus de 800 employés au total situées dans le
Communes énumérées à l'annexe III de l'arrêté ministériel
l'environnement du 25 novembre 1994 et toutes les autres municipalités
inclus dans les zones à risque de pollution de l'air
identifiés par les régions en application des articles 3 et 9 des décrets
du ministre de l'environnement du 20 mai 1991. Dans tous les autres
Dans certains cas, les obligations en question sont considérées comme "facultatives".
À cet égard, il est prévu qu'avec un ou plusieurs décrets de nature non
règlement du ministre de l'environnement et
terre et mer, en consultation avec le ministre de
infrastructures et transports, les méthodes sont définies
la mise en oeuvre.