Covid alterne, des milliers toujours sans salaire: un principal invente le prêt d'honneur. Le syndicat applaudit, mais c'est un scandale – Championnat d’Europe 2020

11
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

Une part considérable des 70 000 enseignants et Ata Covid continuent de percevoir difficilement leur salaire. Pour beaucoup d'entre eux (hors site), le problème est grave, car ils doivent faire face à des dépenses de location, de services publics et de déplacement. Le problème a semblé se retourner fin 2020. Mais ce n'était le cas que pour certains. Un directeur d'école d'un institut de Valenza, dans la province d'Alexandrie, a donc décidé d'avancer une tranche de salaire à ses professeurs et Ata a ajouté au personnel avec l'argent de l'école.

Le principal: il est inadmissible

"On sait – a écrit Maurizio Primo Carandini, chef de l'institut global Valenza" A "- que les suppléants et collaborateurs engagés par les écoles sous contrat Covid n'ont pas encore perçu le salaire et cela n'est pas admissible".

Le directeur a ainsi introduit «le projet 'Prêt d'honneur'», Qui consiste en« un virement sur leur compte courant pour un montant minimum de 200 euros ».

Article ICOTEA_19_dentro

L'argent prêté sera restitué à l'école, "dès que le travailleur aura reçu le salaire".

Selon le directeur, "c'est un petit signe de solidarité pour les femmes et les hommes, les ouvriers et les ouvriers qui travaillent dans notre école", a-t-il conclu en prévoyant qu'à partir du vendredi 8 janvier "le petit prêt sera décaissé".

NoiPA: contrats en paiement à partir de mi-décembre

Nous parlons des contrats stipulés conformément à l'art. 231 bis et 235 du décret législatif 34/2020, pour lesquels il y a exactement un mois la NoiPA a fait savoir que 19 600 avaient été traitées et, en parallèle, la vérification de l'allocation des ressources sur le système de la comptabilité générale de l'État a été lancée.

Le système NoiPA a également souligné que dans l'émission prévue pour le lundi 14 décembre, d'autres encore (mais évidemment pas tous) seraient acquis, "afin de garantir le paiement d'ici la fin du mois de décembre".

Le syndicat: prêt à émettre une mise en demeure

Le syndicat applaudit cette initiative, mais mâche amèrement. Aujourd'hui encore, confirme l'Anief, les salaires du personnel de Covid sont "payés par à-coups", mais il y a aussi "une baisse de salaire importante due au manque de reconnaissance de la rémunération professionnelle des enseignants et de l'indemnisation individuelle accessoire du personnel d'Ata, égale à 174 , 50 € brut par mois pour les enseignants et 64,50 € brut pour le personnel Ata.

«Nous ne sommes pas disposés à attendre plus longtemps que ce scandale soit résolu», a déclaré Marco Giordano, président régional d'Anief Piemonte.

Selon Marcello Pacifico, président national d'Anief, «l'attribution tardive du salaire et la réduction des éléments accessoires est un comportement inacceptable. De cette manière, les conditions économiques déjà modestes des enseignants et des Ata, souvent en service loin de leurs résidences, sont affectées. Le droit à un salaire ne peut être sollicité ".

"Le non-respect des droits des travailleurs – a conclu le syndicaliste – sera traité par nous avec une procédure d'avertissement et de mise en demeure".