Creme de la Prem peut renvoyer l'équipe de la République d'Irlande de Stephen Kenny à l'Euro 2020 après un début prometteur en Premier League – Championnat d’Europe 2020

7
Découvrez la méthode incroyable des Gains aux paris sportifs qui peut atteindre jusqu'à 1.800€ en 18 jours en jouant toujours la même mise sur chaque match ! Pas de martingale ! Pas d'artifice ! Que du simple et vrai ! Accédez à la méthode

QUAND David McGoldrick a réussi un tir devant Bernd Leno dimanche, il a brièvement donné espoir à Sheffield United contre Arsenal.

En fin de compte, les Blades n'ont pas pu éviter une quatrième défaite consécutive, mais le but a fourni des raisons supplémentaires d'optimisme sur le fait que cela pourrait être une année vintage pour les joueurs irlandais de la Premier League anglaise.

David McGoldrick marque pour Sheffield United

1

David McGoldrick marque pour Sheffield United

Cela, à son tour, devrait s'avérer bénéfique pour l'équipe nationale alors qu'elle mettait en jeu son rêve de l'Euro 2020 contre la Slovaquie à Bratislava jeudi avant les matches de la Ligue des Nations contre le Pays de Galles et la Finlande.

Stephen Kenny voudra que son équipe porte plus de menace qu'elle ne l'a fait lors de ses deux premiers matchs au cours desquels le but solitaire est venu d'une source familière, une tête de Shane Duffy sur coup d'arrêt.

McGoldrick était le septième but d'un joueur irlandais lors des 38 premiers matchs de la nouvelle campagne.

Aaron Connolly, Jimmy Dunne, Jeff Hendrick et Conor Hourihane s'étaient déjà démarqués avec un chacun tandis que l'ex-clubmate de McGoldrick et récent signature de West Brom, Callum Robinson, a attrapé un doublé contre Chelsea.

ENREGISTREMENT DE RATIO

Il est tôt mais, si ce ratio était maintenu au cours de la campagne, cela équivaudrait à une récolte de 67,5 buts. Cela battrait confortablement le record existant depuis la création de la Premier League en 1992.

Cela équivaut à 62 buts, réalisés lors de la campagne 1999-2000, l'une des deux seules occasions où deux joueurs irlandais ont atteint le double des chiffres avec Niall Quinn en terminant 14 et, à sa première saison à ce niveau, Robbie Keane marquant une douzaine de fois.

BUTS DE LA PREMIER LIGUE IRLANDAIS MARQUÉS

1992-93 60 buts, 16 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Niall Quinn 9
1993-94 36 buts, 14 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Roy Keane, Niall Quinn 5
1994-95 28 buts, 10 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Niall Quinn 8
1995-96 29 buts, 9 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Niall Quinn 8
1996-97 20 buts, 11 buteurs
MEILLEUR SCORE Mickey Evans 4
1997-98 15 buts, 9 buteurs
MEILLEUR SCORE Damien Duff 4
1998-99 16 buts, 9 buteurs
MEILLEUR SCORE Ian Harte 4
1998-99 16 buts, 9 buteurs
MEILLEUR SCORE Ian Harte 4
1999-2000 62 buts, 15 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Niall Quinn 14
2000-01 47 buts, 13 buteurs
MEILLEUR SCORE Robbie Keane 9
2001-02 37 buts, 11 buteurs
MEILLEUR SCORE Damien Duff 7
2002-03 41 buts, 11 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Robbie Keane 14
2003-04 51 buts, 18 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Robbie Keane 14
2004-05 49 buts, 19 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Robbie Keane 11
2005-06 38 buts, 13 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Robbie Keane 16
2006-07 46 buts, 14 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Kevin Doyle 13
2007-08 41 buts, 11 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Robbie Keane 15
2008-09 38 buts, 13 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Robbie Keane 10
2009-10 46 buts, 16 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Kevin Doyle 9
2010-11 46 buts, 17 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Leon Best, Jon Walters 6
2011-12 61 buts, 19 buteurs
MEILLEUR SCORE Shane Long, Anthony
Pilkington 8
2012-13 40 buts, 12 buteurs
MEILLEUR SCORE Shane Long, Jon
Walters 8
2013-14 30 buts, 11 buteurs
Meilleur buteur Shane Long 7
2014-15 23 buts, 9 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Jon Walters 8
2015-16 31 buts, 10 buteurs
Meilleur buteur Shane Long 10
2016-17 19 buts, 10 buteurs
MEILLEUR SCOREUR Seamus Coleman, Jon Walters 4
2017-18 11 buts, 8 buteurs
MEILLEUR SCOREUR Ciaran Clark, Jeff Hendrick,
Shane Long 2
2018-19 23 buts, 7 buteurs
MEILLEUR MARQUEUR Shane Duffy, Shane Long 5
2019-20 28 buts, 13 buteurs
MEILLEUR SCORE Matt Doherty 4

L'année précédente – lorsque les deux attaquants opéraient dans le deuxième rang – le retour de haut vol était médiocre 16.

La seule autre fois où deux attaquants irlandais ont atteint des doublés, c'était en 2006-07, lorsque l'homme de Tallaght avait une fois de plus deux buts derrière son partenaire irlandais à l'époque alors qu'il marquait 11 fois alors que Kevin Doyle en attrapait 13.

EFFET KNOCK-ON

Mais le total global était nettement inférieur à 46.

Quel a été l'effet d'entraînement pour le pays d'avoir deux grévistes dans une veine riche en forme?

BUTS INTERNATIONAUX IRLANDAIS MARQUÉS

1992-1993
5 matchs, 6 buts 1,2 par match
1993-94
(y compris WC)
6 matchs, 4 buts 0,67 par match
1994-1995
5 matchs, 10 buts 2 par match
1995-96
4 matchs, 3 buts 0,75 par match
1996-1997
4 matchs, 4 buts 1 par match
1997-98
6 matchs, 9 buts 1,5 par match
1998-99
3 matchs, 3 buts 1 par match
1999-2000
5 matchs, 4 buts 0,8 par match
2000-01
10 matchs, 12 buts 1,2 par match
2001-02 (y compris WC)
8 matchs, 13 buts 1,63 par match
2002-03
4 matchs, 7 buts 1,75 par match
2003-04
2 matchs, 1 but 0,5 par match
2004-05
5 matchs, 7 buts 1,4 par match
2005-06
3 matchs, 1 but 0,33 par match
2006-07
5 matchs, 5 buts 1 par match
2007-08
5 matchs, 4 buts 0,8 par match
2008-09
6 matchs, 8 buts 1,33 par match
2009-10
4 matchs, 5 buts 1,25 par match
2010-11
5 matchs, 8 buts 1,6 par match
2011-12 (y compris les euros)
8 matchs, 8 buts 1 par match
2012-13
4 matchs, 7 buts 1,75 par match
2013-14
3 matchs, 1 but 0,33 par match
2014-15
5 matchs, 5 buts 1 par match
2015-16 (y compris les euros)
9 matchs, 9 buts 1 par match
2016-17
5 matchs, 5 buts 1 par match
2017-18
5 matchs, 3 buts 0,6 par match
2018-19
7 matchs, 4 buts 0,57 par match
2019-20
4 matchs, 2 buts 0,5 par match

Dans le cas de Quinn et Keane, l'Irlande s'est vu refuser la qualification pour les Championnats d'Europe uniquement par la règle des buts à l'extérieur dans un barrage contre la Turquie.

Et c'était après avoir raté la qualification automatique en encaissant un but dans le temps additionnel en Macédoine.

KEANE ET DOYLE

Ceci, à son tour, avait été précédé d'une impressionnante victoire à domicile en Yougoslavie et d'une autre défaite tardive en Croatie pour laquelle Mick McCarthy avait laissé reposer certains joueurs clés avant un troisième match en une semaine, une victoire 3-2 à Malte. Lorsque Keane et Doyle étaient tous les deux dans leur splendeur, c'était au début du règne de Steve Staunton.

Il y a eu des victoires contre le Pays de Galles et la Slovaquie en l'espace de quelques jours – ce que Kenny prendrait volontiers maintenant – mais elles sont venues après cette défaite désastreuse à Chypre et une courte victoire à Saint-Marin.

Il y a eu deux autres occasions où le total cumulé était proche de la vedette de 62. Lors de la première campagne de Premier League de 1992-93, il y en avait 60.

Quinn, avec neuf, avait le plus des 16 buteurs irlandais différents.

LES ANNÉES CHARLTON

Au cours de la même saison, l’équipe de Jack Charlton a enregistré des matches nuls sans but contre l’Espagne, puis le Danemark, champion d’Europe, mais, lors de ses six autres éliminatoires au cours de cette période, elle a marqué 13 buts.

Et, en 2011-2012, il y avait 61 buts, avec 19 buteurs différents – un record conjoint également réalisé au cours de la période 2004-05 – qui y ont contribué.

Pourtant, l'Irlande n'a pas réussi à marquer lors de ses trois premiers matches cet automne-là – contre la Croatie, la Russie et la Slovaquie – avant d'en marquer neuf dans les quatre suivants, contre Andorre, l'Arménie et lors d'un barrage à deux pour l'Euro 2012 contre l'Estonie.

Il n'y a eu que trois buts en six matches dans la première moitié de 2012, dont la moitié aux Championnats d'Europe. Mais il y a un point important à souligner sur le fait que l'Irlande n'a pas réussi à frapper le fond des filets dans six de ces 13 matchs, à un moment où les joueurs faisaient des affaires au niveau des clubs.

IGNORÉ PAR TRAP

Anthony Pilkington était, avec Long, le meilleur buteur de l’Irlande avec huit mais il a été négligé par Giovanni Trapattoni jusqu’à la fin du tournoi.

En fait, trois des sept meilleurs buteurs irlandais de la Premier League cette saison-là ont été ignorés par Trap.

Wes Hoolahan et l'attaquant de Newcastle United Leon Best – qui ont tous deux marqué quatre fois – ont également été laissés pour compte.

Quoi qu'il en soit de Best – qui avait eu une chance lors de la campagne de la Coupe du monde 2010 – l'exclusion du duo de Norwich City semblait une erreur, même à l'époque.

UN BAS HISTORIQUE

À eux deux, ils avaient 12 buts de haut niveau, ce qui était plus que tout le contingent irlandais géré lors de la campagne 2017-18, ce qui représentait un creux historique et choquant.

Ciaran Clark, Hendrick et Long ont eu l'honneur commun douteux d'être les Irlandais les plus prolifiques de l'élite anglaise, en raison d'avoir marqué deux fois au cours d'une campagne de 38 matchs.

Cinq autres joueurs ont marqué un chacun pour 11 buts avares.

C’est dans ce contexte que – au grand dam de tous – Martin O’Neill a répété que l’Irlande n’avait pas les joueurs pour réussir.

PROBLÈMES AU DOS

De toute évidence, comme l'a montré la défaite 5-1 contre le Danemark en novembre 2017, les problèmes de l'Irlande ne se limitaient pas à une zone du terrain.

Mais un record de seulement neuf buts marqués lors des 14 derniers matchs d'O’Neill en charge ne peut pas être épinglé uniquement sur sa tactique alors qu'il n'y avait pas un seul joueur irlandais avec un retour de buts respectable au plus haut niveau du football anglais.

Il y a eu une augmentation de plus de 100% dans la campagne de club suivante, bien qu'un défenseur – Duffy – ait été le meilleur buteur avec Long.

Il y a eu une nouvelle augmentation la saison dernière lorsque le transport global est passé de 23 à 28, mais le transfert de cette amélioration à l'équipe nationale prend plus de temps que nous le souhaiterions tous.

TENDANCE À LA HAUSSE

Bien que l’Irlande ait marqué trois buts en matches amicaux contre la Bulgarie et la Nouvelle-Zélande, il n’y en a eu que dix en huit matches de compétition lors du deuxième relais de McCarthy, dont deux contre Gibraltar.

Mais si la tendance à la hausse se poursuit, il y aura sûrement un dividende pour l'Irlande.

Sur les six qui ont marqué à ce jour, seul Hendrick avait joué dans l'élite avant la saison dernière.

Certes McGoldrick, qui aura 33 ans le mois prochain, pourrait avoir une durée de vie limitée, mais Hourihane a 29 ans, Hendrick a 28 ans, Robinson a 25 ans, Dunne a 22 ans et Connolly a 20 ans et, par conséquent, ils devraient avoir un peu plus à contribuer.

Le meilleur buteur irlandais de la saison dernière, Matt Doherty, n’a pas encore touché le filet, mais lui, Long, Michael Obafemi, Clark, John Egan, Enda Stevens et Robbie Brady espéreraient tous figurer parmi les buts comme ils l’étaient la saison dernière.

Ajoutez les attaquants du championnat Seán Maguire, Adam Idah et le prêté Troy Parrott et ceux qui se sont montrés prometteurs ailleurs, tels que Jonathan Afolabi et Ryan Cassidy, et il semble raisonnable de croire que l'Irlande peut être plus puissante qu'elle ne l'a été depuis un certain temps. .

Et autant que Kenny pourrait aimer un but bien conçu – comme son équipe Dundalk l'a montré à maintes reprises – ce serait bien de ne pas être entièrement dépendant d'eux.