Des millions au sport, le plan d'image des pays arabes – Foot 2020

99

Trois pays du Moyen-Orient sont en train de conquérir le monde du sport. L'Arabie saoudite, le Qatar et les Émirats arabes unis ont investi plus de 200 milliards de dollars pour reprendre la Formule 1, le PGA Tour et les Coupes du monde de la FIFA, en plus de posséder deux des clubs les plus puissants du football: le PSG et Manchester City.

Son rôle dans le sport est soutenu par ses dirigeants politiques. De cette manière, le Moyen-Orient cherche à changer son image devant le monde après avoir été pointé du doigt sur les questions de violence sexiste, de conflits armés et d'exploitation par le travail.

«C'est une stratégie de soft power de projeter un visage plus sympathique, ils l'utilisent pour couvrir de graves lacunes», analyse Madawi Al-Rasheed, professeur à la London School of Economics, pour le média Bloomberg.

L'universitaire Simon Chadwick, de l'Université de Salford, mentionne également: «L'Arabie saoudite, comme ses voisins le Qatar et les Émirats arabes unis, tente de gagner en légitimité et de faire partie de la communauté internationale à travers le sport. Leur engagement auprès de la communauté sportive internationale revient à demander aux différents comités d'oublier leurs fautes et de se concentrer davantage sur les événements, les équipes et les sponsors. C'est un outil diplomatique ».

L'Arabie saoudite et le plan 2030

Este febrero, documentos obtenidos por The Times revelaron que Arabia Saudita destinará 182 millones de dólares al Real Madrid para ser el principal patrocinador de su equipo femenil a través de la marca Qiddiya durante 10 años, un convenio paradójico con la realidad de las mujeres en el Pays.

Entre 2018 et 2020, Human Rights a rapporté qu'au moins 11 militants ont été détenus par le gouvernement saoudien accusés de porter atteinte à l'ordre public, aux valeurs religieuses, morales et publiques, malgré le fait que Mohamed Bin Salman, prince héritier de ce pays, ait annoncé des réformes de la il a traité des femmes lors de son arrivée au pouvoir en 2017.

"Ce n'est pas l'acte d'un gouvernement qui mène des réformes, comme Bin Salman et ses partisans continuent de le prétendre", a déclaré Michael Page, directeur adjoint de l'Observatoire des droits de l'homme du Moyen-Orient.

Outre le Real Madrid, l'Arabie saoudite s'est impliquée dans la Formule 1 avec ses débuts en 2021, dans le golf avec le Saudi International Award du PGA European Tour depuis 2019, dans la boîte avec le titre mondial des poids lourds de l'Organisation mondiale de boxe (WBO ) en décembre 2019 et avec la Super Coupe d'Espagne en janvier 2020.

Ces actions s'inscrivent dans le cadre du plan Vision 2030 du gouvernement d'Arabie saoudite, un programme de qualité de vie qui investira plus de 1,8 milliard de dollars dans «la promotion de la participation des citoyens et des résidents aux activités culturelles, environnementales et sportives».

Selon le document de 236 pages, le plan propose l'organisation de 45 événements sportifs de niveau professionnel et 36 autres événements semi-professionnels ou de divertissement par an, en plus de la construction de 4991 installations sportives, investissant 0,3% du PIB du pays dans sports et que sept athlètes nationaux participent aux Jeux olympiques d'été. Tout cela au plus tard en 2030.

Au cours des deux dernières années, l'Arabie saoudite a autorisé les femmes à entrer dans les stades et a promulgué des réformes afin qu'elles puissent traiter leurs passeports et voyager sans la compagnie d'un tuteur masculin, cependant, Human Rights a souligné des lacunes dans leurs changements, comme avec le arrestation de militants. Dans le régime saoudien, les femmes ont un tuteur masculin tout au long de leur vie, qui peut même être leur fils, et il prend les décisions à leur place.

«Le prince héritier d'Arabie saoudite veut être vu comme un réformateur des droits des femmes, mais Rahaf Mohamed (un activiste qui a fui le pays et a été persécuté par le gouvernement) a montré à quel point c'est ridiculement le contraire de la réalité lorsque les autorités tentent de chasser des femmes fuyant et torturant des militantes des droits des femmes en prison », a déclaré Michael Page.

Sur le site Web du PGA European Tour (www.europeantour.com), le gouvernement d'Arabie saoudite est répertorié comme l'un des sponsors stratégiques par le biais du Fonds d'investissement public et du ministère des Sports, ainsi que de la Fédération saoudienne de golf et des marques de ce pays. comme Cargo, Sky Prime et Royal Greens.

Qatar et Emirats, le pouvoir par le football

La Coupe du Monde de la FIFA se déroulera pour la première fois au Moyen-Orient en 2022 au Qatar, un pays qui n'a jamais participé à cet événement (c'est le premier débutant organisateur depuis l'Italie en 1934) et qui sera celui avec le plus petit extension territoriale.en être un hôte.

Les candidatures ont débuté en février 2009, mais ce n'est qu'en décembre 2010 que la commission de la FIFA a décidé que le Qatar préférait l'Australie, les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud, avec des accusations de corruption qui ont conduit à la démission de Joseph Blatter en tant que président de la plus haute instance dirigeante du football en 2015.

Selon les rapports du Financial Times, le gouvernement qatari a investi plus de 200 000 millions de dollars dans la construction et la rénovation de cinq stades; cependant, The Guardian et le Wall Street Journal ont rapporté que plus de 5 000 travailleurs de ces usines sont décédés depuis 2011 en raison de conditions de travail précaires.

Nasser Al-Khelaifi est l'un des bastions de l'expansion du Qatar dans le sport. Il est directeur du groupe Qatar Sports Investments (né en 2005) et propriétaire du PSG depuis 2012, ainsi que directeur de la société multimédia Bein Sports et vice-président de la Fédération asiatique de tennis.

L'émir de ce pays, Cheikh Tamim Bin Hamad Al Thani, a été l'un des fondateurs de Qatar Sports Investments et l'un des principaux managers à amener la Coupe du Monde de la FIFA au Qatar, ainsi que la Coupe du Monde de Natation en 2014 et la Coupe du Monde. en athlétisme en 2019.

La principale compagnie aérienne de ce pays, Qatar Airways, a été le principal sponsor d'équipes telles que le PSG (France), Barcelone (Espagne), le Bayern Munich (Allemagne), Rome (Italie), Boca Juniors (Argentine) et les Brooklyn Nets de la NBA, en plus d'être un sponsor officiel de la FIFA et de l'Euro 2020.

Non seulement le Qatar s'est impliqué dans le football. Les Émirats arabes unis sont entrés dans l'élite du sport en 2008, lorsque Sheik Mansour a acquis Manchester City en Angleterre via le Abu Dhabi United Group pour environ 292 millions de dollars.

En 2021, ce groupe d'entreprises possède le City Football Group, le 10e emporium le plus précieux au monde selon Forbes, d'une valeur de 4,82 milliards de dollars et des équipes de football sur quatre continents.

Un autre groupe d'entreprises de ce pays ayant une influence sur le football est le Royal Football Fund, basé à Dubaï, qui entretient des relations commerciales avec des clubs tels que Schalke 04 en Allemagne, Zenit en Russie et Red Star en Serbie.

En outre, des marques des Émirats arabes unis telles que les compagnies aériennes Emirates et Etihad ont le droit de nommer respectivement les stades d'Arsenal et de Manchester City en Premier League. Emirates est le principal sponsor de maillot des Gunners, de Chelsea et du Real Madrid depuis 10 ans.

Les Émirats arabes unis ont été le deuxième pays arabe à accueillir la Formule 1 à partir de 2009, avec le Grand Prix Yas Marina à Abu Dhabi, et sont restés en vigueur tout comme Bahreïn (le premier pays arabe de cette compétition depuis 2004), tandis que l'Arabie saoudite rejoindra en 2021 le Grand Prix de Djeddah en décembre. Le Qatar accueille le Grand Prix Moto GP depuis 2004.

Le cyclisme a également reçu une influence arabe. En 2014, les Émirats arabes unis ont commencé leur participation à ce sport avec le Tour de Dubaï et un an plus tard avec le Tour d'Abu Dhabi, ce dernier étant celui qui a été intégré au World Cycling Tour. À partir de 2019, les deux compétitions ont été fusionnées et c'est ainsi qu'est né le UAE Tour, organisé par RCS Sport, la société derrière le Giro d'Italia. Les Slovènes Primoz Roglic (2019) et Tadej Pogacar (2021), ainsi que le Britannique Adam Yates (2020) ont été champions de ce circuit, qui fait partie des circuits de haut niveau du cyclisme mondial.

fredi.figueroa@eleconomista.mx