Dopage, trois mois et 350 euros d'amende pour Luca Colnaghi – Championnat d’Europe 2020

49

Une peine de trois mois (déjà purgée) et une amende de 350 euros, avec annulation des résultats sportifs des courses des 30 et 31 août et 13 septembre 2020. Telle est la sentence de la deuxième section de la Cour nationale antidopage contre Luca Colnaghi de Mandello, grand talent du cyclisme.

L'histoire

Colnaghi avait été jugé positif pour un contrôle à l'issue du championnat italien des moins de 23 ans le 13 septembre à Zola Predosa (Bo). L'athlète Zalf Fior Mandellese s'est avéré positif pour les substances suivantes: andarine, ostarine et l'un de ses métabolites. La société avait suspendu le garçon par précaution, reconnaissant cependant sa bonne foi et en parlant d'un supplément pris par Colnaghi de manière inconsciente. C'est la phrase publiée sur le site Nado Italia le 4 février 2021.

La sentence du 4 février

La deuxième section de la TNA déclare l'athlète Luca Colnaghi (membre de la FCI) responsable de la violation de l'art. 2.1 CSA pour la positivité constatée lors des contrôles antidopage des 30 août 2020, 31 août 2020 et 13 septembre 2020 et impose la sanction de disqualification pendant 3 mois, déjà intégralement décomptée après déduction du pré-offert par voie de suspension préventive; ordonne l'annulation des résultats sportifs obtenus lors des compétitions des 30 août 2020, 31 août 2020 et 13 septembre 2020 et condamne également l'athlète à payer les frais de cette procédure chiffrés au forfait de 350,00 €.

L'avocat: "Comme un acquittement"

L'avocat qui a assisté le jeune cycliste de Mandello, Davide Goetz, des colonnes du portail de référence du sport sur deux roues, Tuttobiciweb, parle d '"acquittement de fait": "La confirmation d'une peine de trois mois déjà purgée est liée une simple irrégularité due à la négligence de ne pas avoir déclaré l'utilisation de ce complément aux contrôles ». Colnaghi, ajoute Goetz, l'aurait fait à la lumière du jour, annonçant le produit à sa propre image et sans savoir que le supplément était contaminé par des traces des substances incriminées (toujours selon l'entourage du coureur, avec des quantités non pertinentes pour tout dopage fins). Le procureur national antidopage avait demandé la peine maximale, quatre ans. Colnaghi, l'été dernier, vivait un moment de forme extraordinaire, avec la victoire de deux étapes du Giro d'Italia Under 23, et s'apprêtait à faire le grand saut chez les professionnels.