Effet Covid: 2300 amendes en moins en un an – Chronique – Foot 2020

109

Moins d'amendes et moins de revenus pour les organismes publics. L'urgence sanitaire et les restrictions connexes sur les déplacements ont également modifié le travail de la police provinciale. En fait, 2020 s'est terminée avec plus de 2300 pénalités administratives de moins qu'en 2019: 24040 au cours des douze derniers mois, contre 26360 l'année précédente. Traduit en pourcentage: -9%. Les amendes ont baissé, en raison du moindre impact du trafic (surtout en période de blocage du printemps) et, par conséquent, les recettes ont également diminué: si en 2019 le procès-verbal avait rapporté 2769200 euros dans les caisses des collectivités, en 2020 le chiffre total est tombé à 2539327 euros …

Moins d'amendes et moins de revenus pour les organismes publics. L'urgence sanitaire et les restrictions connexes sur les déplacements ont également modifié le travail de la police provinciale. En fait, 2020 s'est terminée avec plus de 2300 pénalités administratives de moins qu'en 2019: 24040 au cours des douze derniers mois, contre 26360 l'année précédente. Traduit en pourcentage: -9%. Les amendes ont baissé, du fait de la moindre incidence du trafic (notamment en période de blocage printanier) et, par conséquent, également des encaissements: si en 2019 le procès-verbal avait rapporté 2769200 euros dans les caisses des collectivités, en 2020 le chiffre total 2 539 327 euros (-8%). "Grâce aux fonds nationaux – a commenté le vice-président de la Province, Nicola Minarelli – nous avons en tout cas pu compenser ce manque de revenus". Un autre aspect doit également être souligné: sur plus de 2,5 millions d'euros constatés, seuls 1 000 643 euros ont déjà été collectés. Sur les 24 040 minutes décrites ci-dessus, en fait, 14 217 (59%) ont été dûment payées, tandis que 9 791 (soit 40%) ne l'ont toujours pas été. 0,13% du total (c'est-à-dire les 32 pénalités restantes en question), cependant, a été clôturé.

Un autre fait qui ressort est que, malgré les différents délais de limitation à la circulation, les automobilistes de Ferrare ont conservé un pied assez lourd. Toujours en référence aux douze derniers mois, la police provinciale a relevé 21451 pénalités pour non-respect des limites de vitesse (avec 15077 points déduits), 939 amendes pour non-respect du code de la route contestées sur place (dont 165 points supprimés) et 1 650 pénalités alors notifiées d'office: tout cela a conduit au retrait de 20 permis de conduire.

Grâce au “ système targa '', en outre, 97611 véhicules ont été contrôlés et la saisie consécutive de 92 d'entre eux (sans assurance), la suspension de la circulation pour 284 autres (non à jour avec la révision) et l'arrestation pour un couple de plus. . Pour assurer une nouvelle avancée en termes de sécurité, un nouveau système de tuteur a déjà été installé sur la route provinciale 25, entre Poggio Renatico et Santa Maria Codifiume: le dispositif, qui entrera en vigueur cet été, couvre un tronçon de six kilomètres. , de l'intersection avec la Ss64 Porrettana jusqu'à juste avant l'intersection avec via del Taglione. Mais l'activité de contrôle sur le territoire visait également le respect de la réglementation anti-Covid. En 2020, en particulier, les 16 hommes de la police provinciale ont assuré 173 services d'ordre public (dont 151 en période pré-estivale hors des centres urbains et 22 avant Noël à Ferrare), vérifiant 2137 auto-certifications. Au total, 39 amendes ont été augmentées, pour un total de 16 933 €. Dans un cas, il s'agissait d'une implication criminelle.

Pendant les mois les plus chauds, les agents ont également effectué des contrôles le long de la côte, grâce à l'utilisation d'un drone, sanctionnant une personne présente sur la plage. Beaucoup étaient distraits, mais il y avait de nombreuses situations dans lesquelles les «rusés» habituels étaient des protagonistes. Parmi ces derniers, il y a celui d'un sujet arrêté à une quarantaine de kilomètres de chez lui et qui a motivé le long voyage à la recherche d'un produit culinaire particulier pour son animal de compagnie.

Matteo Langone