EURO CUP | Indignation à Bilbao alors qu'ils voient l'Eurocup de plus en plus loin – Foot 2020

308

Cent jours avant le début de l'Euro 2020, la candidature de Bilbao commence à devenir intuitive qui découle de l'événement qui aura lieu entre le 11 juin et le 11 juillet. LL'UEFA envisage de quitter la capitale de la Biscaye en dehors du tournoi continental, avec Dublin et Glasgow, autres des douze sites qui font partie de l'affiche du 60e anniversaire de l'Euro. Bien que le Comité exécutif de l'UEFA ait ratifié la candidature de Bilbao il y a quelques mois, les responsables du football européen envisagent désormais de modifier leurs préférences en raison de l'impact de la pandémie. La décision finale sera annoncée en avril prochain.

Les autorités politiques basques ont réaffirmé leur engagement à accueillir l'événement continental. L'Espagne prévoit de disputer la phase de groupes à San Mamés. La Roja ferait ses débuts le 14 juin contre la Suède. Cinq jours plus tard, il serait mesuré dans la cathédrale de Pologne. Et le 23, il clôturait sa participation à la ville du Guggenheim contre la Slovaquie. Bilbao maintient qu'il continue avec l'engagement et est un projet de ville stratégique. Le fief de Bilbao accueillera également un huitième de finale. En tout cas, ils ont déjà reçu officieusement que l'ensemble du projet, sur lequel ils travaillent depuis de nombreuses années, pourrait échouer.

Le maire de Bilbao, Juan Mari Aburto, a été très direct ce matin sur la possibilité de manquer l'Eurocup: "Je suis surpris par cette question car Bilbao a clairement indiqué dans chacune des interventions que j'ai eu l'occasion de diriger que le pari de Bilbao est décidé par l'Eurocup. Nous travaillons sur ce projet depuis six ans, de l'argent investi et de nombreuses heures de travail. Hier, nous sommes encore tombés sur des propositions de communication de l'UEFA sur le moment où la coupe allait arriver ici, comment elle pourrait être transférée ou quels événements auraient lieu. Et pourtant, il semble qu'il y ait quelqu'un, on ne sait pas très bien pourquoi, qui essaie de le remettre en question. Je ne sais pas quels intérêts sombres il peut y avoir".

Le ton du premier maire était indignation. Hier, Aburto a programmé une conversation directe avec Martin Kallen, PDG des événements de l'UEFA, et le président de la Fédération espagnole, Rubiales "et nous avons maintenu notre engagement envers le championnat d'Europe à Bilbao." L'UEFA essaie de promouvoir les candidatures dans lesquelles il y aura des gens dans les stades. En ce sens, Aburto déclare qu'il souhaite également que la finale de la Copa de Rey entre l'Athletic et la Real Sociedad soit jouée avec le public. «Ce serait beaucoup plus facile de dire aujourd'hui ce qui va se passer avec la finale, que de parler de ce qui va se passer en juin. Ce serait beaucoup plus facile, mais aujourd'hui on ne sait pas ce qui va se passer avec la finale, non on sait ce que c'est va arriver avec les matches de championnat et on nous demande de les jouer avec le public », ajoute-t-il. Il défend la responsabilité de la mairie de Bilbao et va faire "tout son possible" pour que Bilbao puisse jouer avec le public. Cela dit, il prévient que la situation à Munich, Dublin, Amsterdam, Glasgow ou Rome "ne peut pas être très différente de la situation à Bilbao". "De plus, aujourd'hui, ce que nous constatons, c'est que dans beaucoup de ces villes, les mesures restrictives qui sont appliquées sont beaucoup plus dures. Aujourd'hui, nous apprenons que l'Allemagne prolonge au moins la dureté de ses mesures jusqu'à la fin du mois de mars", a indiqué.

En ce sens, il révèle que dans les conversations qu'il a eues avec plusieurs consuls de ces pays, on leur dit que "l'hôtellerie est fermée, les écoles sont fermées …". "C'est-à-dire que notre situation en juin ne sera sûrement pas très différente de la situation en
d'autres pays », dit-il. Par conséquent, il réitère son engagement à continuer à travailler pour que le siège de Bilbao dans l'Eurocup soit maintenu et puisse être un élément qui favorise les secteurs qui «souffrent actuellement tant, tels que l'hôtellerie et le commerce, avec l'impact économique qu'il peut avoir. ".