Ferragamo, 41 millions de «rouges» au premier trimestre 2020 – Championnat d’Europe 2020

12
Ferragamo, 41 millions de «rouges» au premier trimestre 2020

Salvatore Ferragamo clôture le premier trimestre de 2020, caractérisée par l'urgence sanitaire du coronavirus, avec un chiffre d'affaires consolidé de 222 millions d'euros, en baisse de 30,1% à taux de change courants (-31,5% à taux de change constants) par rapport aux 317 millions d'euros enregistrés au premier trimestre 2019. Le groupe l'a annoncé dans une note.

Le résultat brut d'exploitation (Ebitda) est égal à 12 millions d'euros (-82,2% contre 65 millions d'euros au premier trimestre 2019) tandis que le résultat opérationnel (Ebit) affiche un rouge de 36 millions d'euros (par rapport au chiffre positif de 21 millions d'euros au premier trimestre 2019). Au cours du trimestre, la société a enregistré une perte de 41 millions d'euros (contre un bénéfice de 11 millions d'euros au premier trimestre 2019).


Le Groupe a enregistré une solide performance en janvier sur tous les principaux marchés, qui s'est ensuite dégradée progressivement, en février et mars, d'abord en Chine et en Asie puis en Europe, en Amérique et dans le reste du monde, suite à la propagation rapide de la pandémie due au nouveau coronavirus, connu sous le nom de Covid-19. Les décisions des États qui en ont résulté en matière d'interdiction et de blocage des activités commerciales et du trafic international ont conduit à la fermeture de la majeure partie du réseau de distribution du Groupe dans les mêmes pays et à une baisse significative du trafic dans la partie restante.

Concernant le chiffre d'affaires par canal de distribution, au 31 mars 2020, le réseau de distribution du groupe, composé de 652 magasins au total, pouvait compter sur 391 magasins directs (dos) et 261 magasins monomarques exploités par des tiers (tpos) dans le canal de gros et travel retail, ainsi que la présence dans les principaux grands magasins multimarques de haut niveau et les magasins spécialisés.

Le canal de distribution de détail, fortement impacté, au cours des mois de février et mars, par la fermeture progressive d'une grande partie du réseau de distribution et par le manque important de trafic dans la partie restante, enregistre un chiffre d'affaires consolidé au 31 mars 2020, en baisse de 28,6 % (-29,4% à taux de change constants), avec une tendance de -28,6% à taux et périmètre constants (à périmètre constant), par rapport à la même période de 2019.

Le canal de gros affiche un chiffre d'affaires en baisse de 32,3% (-34,8% à taux de change constant2), également pénalisé par les annulations de commandes, notamment dans le canal du travel retail, et encore plus défavorisé par rapport au premier trimestre 2019 qui a bénéficié d'expéditions récupérées par rapport au quatrième trimestre 2018.

L 'La zone Asie-Pacifique reste le premier marché en termes de chiffre d'affaires du Groupe, en baisse de 43,4% (-43,8% à taux de change constants) par rapport aux trois premiers mois de 2019. En particulier, les magasins en exploitation directe en Chine ont enregistré, au premier trimestre 2020, une Baisse de 39,9% du chiffre d'affaires (-39,0% à taux de change constant). Au cours des trois premiers mois de l'exercice 2020, la zone EMEA a enregistré une baisse de son chiffre d'affaires de 26,0% (-26,3% à taux de change constants).

Au premier trimestre 2020, la zone Amérique du Nord a enregistré un chiffre d'affaires en baisse de 18,5% (-24,7% à taux de change constants) par rapport à la même période de 2019. Le marché japonais en le premier trimestre 2020 enregistre une baisse des revenus de 19,7% (-21,3% à taux de change constants). La zone Amérique centrale et Amérique du Sud enregistre une baisse de 16,3% (-13,8% à taux de change constant) par rapport à la même période de l'exercice 2019.

Parmi les catégories de produits, à taux de change constants, les chaussures enregistrent un chiffre d'affaires en baisse de 32,4%, les sacs et accessoires en cuir reculent de 29,4% et les ventes de parfums enregistrent une baisse de 43,4% par rapport à la même période de 2019.

La marge brute des trois premiers mois de l'exercice 2020 est de 130 millions d'euros, en baisse de 35,1% par rapport à la même période de l'exercice 2019. L'impact sur le chiffre d'affaires diminue de 460 points de base, passant de 63,3% à 58,7%, principalement pénalisés par le mix géographique, suite à la diffusion de Covid-19 initialement en Chine et progressivement dans le reste du monde, et par des provisions pour obsolescence plus importantes.

Les frais de gestion, sur les trois premiers mois de 2020, enregistrent une baisse de 7,1% à taux de change courants (-8,0% à taux de change constants), atteignant 167 millions d'euros, contre 179 millions d'euros au cours de la même période de 2019, principalement attribuable aux premiers effets des actions de maîtrise des charges d'exploitation et à la réduction des coûts variables.

Le résultat avant impôt est négatif de 48 millions d'euros, contre les 15 millions d'euros positifs enregistrés au premier trimestre 2019. La perte attribuable au groupe est de 39 millions d'euros contre les 10 millions d'euros positifs enregistrés au premier trimestre. trois mois de l'exercice 2019.

Le besoin en fonds de roulement net au 31 mars 2020 a augmenté de 11,0%, passant de 301 millions d'euros au 31 mars 2019 à 334 millions d'euros. En particulier, les stocks ont augmenté de 2,3% (+ 5,4% à taux de change constants). Les investissements, au 31 mars 2020, s'élèvent à 5 millions d'euros, en baisse de 48,6% par rapport à la même période de l'année précédente, suite à la revue du plan d'investissement visant à ne maintenir que ceux jugés essentiels ou prioritaires.

Au 31 mars 2020, le groupe enregistre une situation financière nette ajustée positive de 123 millions d'euros, nette de l'effet du principe comptable IFRS16, contre une situation financière nette positive de 179 millions d'euros au 31 mars 2019. sous l'effet de la norme comptable IFRS16, la situation financière nette du Groupe au 31 mars 2020 est négative pour 531 millions d'euros.

Compte tenu de l'incertitude résultant de l'évolution rapide du Coronavirus, Covid-19, et des difficultés à prévoir les temps de résolution du Coronavirus à l'échelle mondiale, "la direction de l'entreprise ne pense pas qu'elle puisse faire des prévisions fiables sur les performances des ventes sur les différents marchés et Dans ce contexte, afin d'atténuer les effets négatifs pour le Groupe, qui pourraient résulter de la crise générée par la pandémie, il a lancé une série d'actions concrètes pour contenir les dépenses et les investissements ".

REPRODUCTION RÉSERVÉE © Copyright Adnkronos.