Fideuram, un record absolu pour les actifs administrés: 257,2 milliards d'euros – Foot 2020

39

Le conseil d'administration de Fideuram – Intesa Sanpaolo Private Banking (Groupe Intesa Sanpaolo), présidé par Paolo Molesini, a approuvé les résultats financiers et consolidés au 31 décembre 2020.

Fin décembre 2020, les actifs administrés par Groupe Fideuram – Intesa Sanpaolo Private Banking s'élève à 257,2 milliards d'euros, en hausse de 14,5 milliards d'euros (+ 6%) par rapport au 31 décembre 2019, atteignant le niveau le plus élevé jamais enregistré dans l'histoire du Groupe.
L'évolution des masses par rapport à fin 2019 est principalement imputable à l'excellente performance commerciale, qui a vu les réseaux de banquiers privés réaliser un afflux net égal
à 11,7 milliards d'euros. Les actifs sous administration ont également bénéficié, quoique dans une moindre mesure, de la performance du marché qui a eu un impact positif d'environ 2,8 milliards d'euros. En effet, l'effet négatif lié à l'évolution très défavorable du marché au premier trimestre de l'année, suite à la propagation mondiale de l'épidémie de Covid-19, s'est plus que rétabli au cours des trimestres suivants.

L'analyse des actifs par agrégat montre que la composante gestion d'actifs était égale à 174,6 milliards d'euros (165,4 milliards à fin 2019, + 6%), soit environ 68% des actifs sous gestion.

En 2020 l'activité commerciale enregistrée 11,7 milliards d'entrées nettes, en hausse de 7% par rapport à 2019 (10,9 milliards d'euros) malgré l'extraordinaire complexité du contexte de référence. L'analyse par agrégat montre que l'encaissement des actifs sous gestion, égal à 5,8 milliards, a enregistré une augmentation de 1,2 milliard d'euros (+ 26%) par rapport à l'année précédente, tandis que
composante des actifs sous administration, positive pour environ 5,8 milliards, a accusé une baisse d'environ 0,5 milliard (-8%).

Au 31 décembre 2020, la structure de distribution de Groupe Fideuram – Intesa Sanpaolo Private Banking fait usage de 5741 banquiers privés, avec un portefeuille moyen par habitant d'environ 45 millions d'euros. L'analyse des principaux agrégats du compte de résultat montre qu'en 2020 les commissions nettes se sont élevées à 1 714 millions, en légère baisse (-2%) par rapport au solde de 1 747 millions d'euros enregistré en 2019. Commissions récurrentes nettes, composante prédominante (environ 94 %) de la marge de commission, s'élevait à 1 603 millions, en ligne avec l'année précédente. En effet, l'effet du repositionnement des clients sur un mix produits légèrement moins favorable a été totalement compensé par l'impact positif lié à la croissance de l'actif moyen sous gestion qui, malgré la forte correction des marchés au cours du premier trimestre de l'année , étaient plus élevés qu'en 2019.
Toujours en 2020, la marge de commission a bénéficié de manière tout à fait marginale (19 millions) de la contribution provenant des commissions de performance.

<! –

->

La marge d'intérêt, égale à 196 millions, a augmenté de 11% par rapport à l'année précédente (177 millions) grâce à la croissance des volumes moyens de dépôts à maturité de
trésorerie et maîtrise du coût moyen de financement.
Les charges d'exploitation nettes, égales à 601 millions, enregistrent une baisse de 8 millions (-1%) par rapport à l'exercice 2019. L'analyse détaillée montre que les charges de personnel, égales à 346
millions d'euros, en baisse de 10 millions notamment en raison de la centralisation de certaines fonctions de contrôle chez Intesa Sanpaolo à partir du 1er septembre 2019. Par contre, les autres charges administratives, égales à 198 millions, sont restées inchangées car les charges plus importantes liées à l'augmentation du Le coût du service avec Intesa Sanpaolo lui-même et les dépenses pour les fournisseurs d'informations ont été entièrement compensés par la baisse des coûts indirects de personnel et la réduction des services rendus par des tiers. Les ajustements nets sur les immobilisations corporelles et incorporelles s'élèvent à 57 millions (55 millions en 2019).

Le ratio Cost / Income est stable à 31%, restant à des niveaux d'excellence absolue.
Le résultat opérationnel s'établit à 1 343 millions d'euros, sensiblement en ligne avec 2019 (-1%) grâce à la forte résilience des composantes «core» du chiffre d'affaires et à la maîtrise des charges opérationnelles.
Le résultat net consolidé s'établit à 817 millions d'euros, affichant une contraction mesurée par rapport à 2019 (-10%) principalement liée à la présence de charges qui
récurrentes telles que les primes de licenciement, les frais de restructuration et les frais d'intégration liés à des transactions extraordinaires récentes.
Les ratios de fonds propres consolidés de Fideuram – Intesa Sanpaolo Private Banking se positionnent bien au-dessus des niveaux minimaux requis par la loi. En particulier, au 31 décembre
En 2020, le ratio consolidé Common Equity Tier 1 s'établit à 21,9%.

<! –

->

Thomas Corcos, Chief Executive Officer et General Manager de Fideuram – Intesa Sanpaolo Private Banking, a commenté ce qui suit: «En 2020, notre division a pu continuer
sur sa trajectoire de croissance: le total des actifs sous administration atteint 257 milliards d'euros et la collecte nette près de 12 milliards d'euros. Ce sont des résultats importants qui démontrent à quel point notre modèle de service est résilient et capable de générer de la valeur dans toutes les conditions du marché, même dans une année marquée par des incertitudes socio-économiques liées à l'urgence sanitaire. Dans un contexte aussi difficile, l'acquisition de la participation majoritaire dans REYL & Cie SA et l'arrivée de collègues d'Ubi Top Private et d'IWBank ont ​​déjà commencé à apporter des contributions capables d'augmenter encore la valeur de nos réseaux. Mes plus grands remerciements vont à nos banquiers privés, dirigeants et collaborateurs du siège et des filiales: en cette année exceptionnelle, ils n'ont jamais manqué de proximité avec leurs clients, gage de conseils de qualité, capables de proposer des solutions d'investissement toujours plus personnalisées ».