Fonds interbancaire: drain de 1,7 milliard de dollars des renflouements de Carige et Banca Popolare di Bari – Euro 2020

26

Les renflouements de Banca Carige et Popolare di Bari se révèlent être un bain de sang de 1,7 milliard pour le Fonds de protection des dépôts interbancaires (Fitd) et pour le régime volontaire associé. Les chiffres ressortent dans tout leur drame du budget 2020 qui vient d'être approuvé par les banques du consortium (rappelons que l'adhésion au Fitd est obligatoire pour tous les établissements de crédit alors que celle du Scheme est volontaire, comme son nom l'indique). en même temps, ils ont décidé de mettre une limite aux décaissements, établissant de modifier le statut en prévoyant qu'à partir de maintenant, dans le cas d'interventions préventives telles que celles pour Banca Carige et Popolare di Bari, le montant maximal ne peut excéder 50% des cotisations versées au Fitd l'année précédente.
Le fait est qu'en 2020 la gestion séparée du Fonds Interbancaire présidé par Salvatore Maccarone s'est clôturée avec des pertes nettes maxi de 618 millions, un chiffre toujours meilleur que les -767,63 millions avec lesquels l'exercice 2019 s'est clôturé, mais qui en tout cas a dû inquiéter les banques actionnaires. Peser comme un rocher sur la dernière ligne du compte de résultat était l'intervention dans le Popolare di Bari, d'une valeur totale de 1,17 milliard, dont 310 millions pour le budget 2019.
Le problème est que le FITD n'a pratiquement plus rien sur ces 1,17 milliard versés pour éviter de faire exploser la banque des Pouilles. Premièrement, les 666,75 millions payés en "Compte d'augmentation de capital futur", 310 millions dont, comme mentionné, anticipés en 2019, ont été définis dans le budget 2020 comme "Entièrement irrécupérable".

Si cela ne suffisait pas, le rapport de la direction séparée de Fitd ajoute que, en ce qui concerne le Popolare di Bari, "Au 31 décembre 2020 émerge une perte d'un montant total de 62 832 647 euros, comptabilisée en autres charges d'exploitation ". Mais surtout, le budget 2020 de la gestion séparée du Fonds interbancaire est contraint d'enregistrer un maxi perte de vente d'un peu plus de 483 millions suite à la vente du package majoritaire composé de 8 milliards d'actions de la banque des Pouilles à Mcc (Invitalia) au prix symbolique de 1 euro. Cette transaction avec une contrepartie symbolique, comme expliqué en détail de Interne du milieu des affaires en septembre dernier, elle était devenue inévitable après que la Commission européenne eut établi que l'intervention du Mediocredito central dans le Popolare di Bari ne devrait pas dépasser 430 millions être cohérent avec une opération de marché. Précisément à la suite de cette cession et de l'augmentation de capital fin juin 2020, lorsque l'établissement de crédit a également été transformé en société par actions (Spa), Mcc est passé à 97% du capital de la Popolare di Bari, tandis que la part de Fitd s'est complètement effacée.

Lisez aussi: La Commission européenne rejette les plans du gouvernement pour le Popolare di Bari. Et pour le Fonds interbancaire, l'effusion de sang s'élève à 1,2 milliard.

Ensuite, il y a le problème de la Banca Carige. Du budget Fitd et du programme volontaire 2020, comme prévu par l'agence Radiocor, il semble que la participation globale de 80% détenue par les deux parties ne vaut plus que 103,66 millions, contre un peu plus de 266 millions fin 2019 (voici l'histoire révélé par Interne du milieu des affaires) et particulièrement par rapport aux quelque 615 millions investis il y a moins de deux ans pour sécuriser les comptes de l'institution ligurienne. En d'autres termes, la perte potentielle du Fonds Interbancaire en Carige dépasse 500 millions d'euros. Dans ce cas, cependant, contrairement au Popolare di Bari où, comme nous l'avons vu, les jeux sont désormais faits, le Fitd peut encore ramener quelque chose à la maison. En fait, des négociations sont actuellement en cours pour le transfert de la participation majoritaire de 80% à la banque centrale (Ccb), qui a une option d'achat en main et qui semble néanmoins vouloir évaluer soigneusement l'investissement, spécialement compte tenu des pertes plus élevées que prévu enregistrées par Carige également en 2020.