Forte croissance du PIB irlandais en 2020 malgré un dérapage tardif – Euro 2020

123
KBC a publié un rapport détaillant comment 2020 a apporté la croissance du PIB irlandais (produit intérieur brut) malgré un dérapage tardif, l'Irlande étant susceptible de surperformer le monde en termes de croissance du PIB pour l'année.

Un taux de croissance positif de 3,4% a été enregistré tout au long de l'année, avec la plus faible performance trimestrielle T4, où il y a eu une baisse de 5,1%

Secteur multinational

L'augmentation de la production économique irlandaise en 2020 est en grande partie le résultat de la performance du secteur multinational fortement axé sur la pharma et les TIC où la pandémie a augmenté la demande.

La production industrielle irlandaise a augmenté de 15,3% et la production du secteur des TIC a augmenté de 14,2%, le secteur multinational entraînant une augmentation de 6,2% des exportations irlandaises, malgré des marchés d'exportation difficiles pour les secteurs plus traditionnels, des estimations suggérant une baisse du commerce mondial de 5,3% l'an dernier.

Alors que le secteur multinational a été le principal moteur du résultat positif en 2020, l'activité intérieure a également résisté à la tempête mieux qu'on ne le craignait. La demande intérieure modifiée, qui mesure l'activité intérieure sous-jacente (en excluant les dépenses d'investissement multinationales à grande échelle), a reculé de 5,4% l'an dernier, défiant les craintes généralisées d'une baisse jusqu'à trois fois plus importante et surpassant les résultats de l'activité économique globale de la zone euro et du Royaume-Uni.

Dans une large mesure, le résultat bien meilleur que prévu de l'activité intérieure a reflété un soutien budgétaire substantiel qui a soutenu une croissance positive des revenus des ménages et entraîné une augmentation de 9,8% des achats de biens et services courants par les pouvoirs publics.

Les restrictions liées à la santé et l'incertitude concernant la pandémie ont entraîné une baisse de 9% des dépenses des ménages et également une baisse de 9,1% des investissements dans le bâtiment et la construction. La tendance des dépenses de consommation irlandaises jusqu'en 2020 a étroitement reflété la trajectoire du coronavirus et les restrictions d'activité connexes.

En soutenant les revenus, les mesures budgétaires ont soutenu le sentiment et le pouvoir d'achat et ont évité le risque d'un effondrement auto-alimenté de la confiance et des dépenses de consommation, entraînant une augmentation de l'épargne globale. Alors qu'un boom de la consommation n'est pas prévu en 2021 lorsque les interactions sociales se normaliseront, une forte reprise des dépenses de consommation devrait se concrétiser.

2021

Pour 2021, KBC prévoit une croissance du PIB irlandais d'environ 5% alors que les dépenses intérieures se normalisent progressivement et que la forte dynamique de l'activité multinationale persiste.

À l'échelle mondiale, cela représenterait une performance exceptionnellement positive, mais pour soutenir une croissance durable et solide et, surtout, largement expérimentée, un soutien budgétaire continu sera nécessaire.

Alors que le taux de croissance global positif de l’Irlande en 2020 était soutenu par les grandes entreprises multinationales, la ventilation sectorielle de l’activité économique pour 2020 montre que cela s’accompagnait d’une faiblesse substantielle dans une série de domaines qui ne retrouveront peut-être pas automatiquement une santé robuste dans les années à venir. À cet égard, les conditions actuelles reflètent, comme le ministre des Finances, Paschal Donohue, l’a noté dans un discours, un «choc asymétrique» classique qui peut être résolu par des mesures de politique budgétaire appropriées.

La vigueur du PIB irlandais en 2020 signifie que le déficit des administrations publiques sera probablement de 5% du PIB plutôt que de 7,4% initialement projeté il y a un peu moins d'un an lorsque la pandémie a frappé pour la première fois. Plus important encore, le ratio dette / PIB à fin 2020 devrait se situer à une nuance de moins de 60% du PIB par rapport aux 69% initialement estimés. Surtout, ce n'est pas seulement une question de PIB plus fort se traduisant par un dénominateur plus grand. Le dynamisme du PIB s'est également traduit par une baisse des recettes fiscales de 2 milliards d'euros en 2020 au lieu de la baisse de 10 milliards d'euros initialement envisagée. Ces développements permettent au gouvernement de se concentrer sur l'équilibre de l'économie plutôt que sur l'équilibre comptable.

© 2021 Vérifier – votre source pour les dernières nouvelles de la vente au détail irlandaise. Article de Conor Farrelly. Cliquez sur S'inscrire pour vous abonner à Vérifier.