il est également valable pour les activités syndicales – Foot 2020

10
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

La prime mentionnée dans le décret Cura Italia, en faveur de ceux qui ont travaillé sur place en mars, fait toujours l'objet de discussions et d'interrogations: la dernière par ordre de temps concerne si l'incitation économique est due ou non pour les jours d'activité syndicat réalisé.

Bonus Covid 100 euros: prémisse

bonus covid 100 euros pour les activités syndicalesLe prix de 100 euros établi par l'art. 63 du D.L. n. 17 mars 2020 n. 18, converti avec modifications avec L. n. 27 du 24 avril 2020 implique le décaissement de ce montant aux sujets qui ont continué à travailler pendant la première phase d'urgence de mars 2020.

En fait, la disposition prévoit que:

"Aux titulaires de revenus d'emploi visés à l'article 49, paragraphe 1, de la loi consolidée de l'impôt sur le revenu approuvée par décret du Président de la République du 22 décembre 1986, no. 917, avec un revenu total des salariés de l'année précédente d'un montant n'excédant pas 40000 euros, a droit à une prime, pour le mois de mars 2020, qui ne contribue pas à la formation de revenus, égale à 100 euros à comparer au nombre de jours des travaux effectués sur leur lieu de travail au cours du mois précité".

Ce montant, dont les détails pour le décaissement ont été établis avec le Circulaire no. 8 / E / 2020 de l'Agence du revenu, prévoit que la prime est due au titre des jours de présence au siège par rapport à ceux exploitables par convention collective (ou individuelle, en cas de dérogation à la convention collective).

Les premières questions concernant le bonus Covid de 100 euros concernaient la question de la proportion entre travail à temps partiel et temps plein mais aussi la gestion du smart working.

Après avoir constaté que la prime n'était pas due pour les jours de travail effectués dans le smart working, ni pour les vacances et la maladie, un autre doute s'est posé, concernant la question des permis syndicaux utilisés dans la période pour laquelle il était possible d'obtenir cette prime de 100 EUR.

En particulier, cette question est répondue par l'Agence du revenu avec Réponse à Interpello n. 519 du 4 novembre 2020, avec laquelle l'Administration donne son avis sur la manière de se comporter dans cette circonstance.

Sur le sujet, nous avons également publié:

"Bonus 100 € pour les salariés: clarifications opérationnelles"

Quelles conditions sont incluses dans le décompte des jours

À première vue, sur la base des dispositions de la législation, on pourrait penser que le montant est dû par rapport à jours de travail effectivement réalisés en présence sur le lieu de travail, ou – dans le cadre de services opérationnels – dans un lieu différent où agrégé ou en service hors site (car ces hypothèses constituent des méthodes spécifiques dans lesquelles le salarié effectue le travail "En présence" sur le lieu de travail).

Eh bien, en suivant cette logiqueles jours d'absence pour congé ont été exclus du calcul des jours utiles pour l'obtention de la prime (ordinaire, extraordinaire et parental), mais aussi je congé pour les attentes, le repos compensatoire et les études.

De plus, les périodes de détachement pour raisons syndicales et les permis syndicaux, sauf dans le cas où le permis / détachement en question implique la présence au bureau du salarié convoqué dans le cadre de l'activité syndicale.

L'avis de l'AE sur les détachements et permis syndicaux

Avec l'avis de l'Inland Revenue exprimé avec la réponse no. 519/2020 en ce qui concerne les employés en service de la même Administration, il est analysé plus en détail (en plus de ce qui a été fait précédemment avec les circulaires: 8 / E / 2020, 11 / E / 2020, et avec la Résolution no. E / 2020) le rapport sous-jacent au bonus en question.

En particulier, l'objectif est de:

"rafraîchir les employés qui au cours du mois de mars ils ont continué à travailler sur le lieu de travail, ou en déplacement professionnel chez des clients ou en mission ou dans des bureaux secondaires de l'entreprise".

Ce qui vient d'être dit conduit automatiquement à exclure du paiement de la prime précitée ceux qui ont travaillé dans le smart-working pendant cette période.

En ce qui concerne les permis et les détachements syndicaux, cependant, il est nécessaire d'enquêter plus avant, car – …