Il n'y a pas d'extrait si le dossier présente des dettes homogènes supérieures à mille euros – Championnat d’Europe 2020

10

Annulation de créances jusqu'à 1000 €, si le dossier présentant plusieurs charges ne s'applique pas à chaque charge mais à leur somme. Si leur nature est différente (fiscale, sanctions administratives), elle peut être corrélée au total des charges homogènes uniques. La Cour de cassation l'établit avec l'ordonnance n ° 17966 du 27 août 2020.

L'article 4 du décret législatif numéro 119 de 2018, qui prévoit le annulation de créances jusqu'à mille euros confiée aux agents de recouvrement de 2000 à 2010, elle doit être interprétée en ce sens que, si le avis d'imposition surligner plus de charges, la valeur limite à laquelle est liée l'annulation prévue par la loi n'est pas liée à chaque chargement, même si la valeur unitaire est inférieure à mille euros, mais somme d'entre eux.

Si au contraire le la nature des charges est différente (fiscalité, sanctions administratives), la limite peut être liée au somme des charges homogènes uniques.

C'est le contenu important de laOrdonnance de la Cour de cassation numéro 17966 du 27 août 2020, avec laquelle la troisième section renverse complètement la décision précédente (et jusqu'à présent la seule) sur le sujet, l'ordonnance no. 11817 du 18 juin dernier délivré par la cinquième section fiscale du même collège.

Il n'y a pas d'extrait si le dossier présente des dettes homogènes supérieures à mille euros
 - Championnat d'Europe 2020
Cour de cassation – Ordonnance n ° 17966 du 27 août 2020
Pas d'extrait si le dossier présente des dettes homogènes supérieures à mille euros.

La phrase – Le litige provient de l'opposition proposée par l'auteur de certains violations du code de la route contre une note de paiement contenant les dettes correspondantes.

L'appelant a supposé la cessation partielle de l'affaire du litige par l'application de laart. 4 du décret législatif 119 de 2018.

La règle en question prévoit "les montant résiduel à payer, à la date d'entrée en vigueur du présent décret, jusqu'à mille euros, y compris le capital, les intérêts de retard d'enregistrement dans le rôle et les pénalités, résultant des charges individuelles confiées aux agents de recouvrement du 1er janvier 2000 au 31 décembre 2010, même en se référant aux dossiers pour lesquels la demande visée à l'article 3 est déjà intervenue , Je suis annulé automatiquement (…) ".

De l'avis du requérant, par conséquent, l'application de l'art susmentionné. 4 parce que les charges individuelles sont de montant unitaire inférieur à 1000,00 € et confiée à l'agent de recouvrement avant le 31 décembre 2010.

L'arrêt a atteint la cassation, qu'il a jugée le motif d'appel n'est pas fondé, à partir du fait que l'extrait du rôle auquel le dossier se réfère est égal, brut de frais de notification, intérêts de retard et prime, à plus de vingt mille euros, ce qui sommation d'une série de charges qui, considérés individuellement, sont de montant inférieure à la limite indiquée par la norme pour le soi-disant annulation.

Les juges de légitimité ont considéré comme incorrecte l'hypothèse, implicitement affirmée par l'auteur des violations, selon laquelle l'application de la règle invoquée serait justifiée par le fait que les charges individuelles, résultant de la facture fiscale, sont inférieure à la limite applicable aux fins de la radiation.

En fait, bien que la norme se réfère à "Charges uniques", considérant du point de vue littéral la pertinence de chaque charge exprimée par la créance du collecteur de créances, la valeur limite ne doit pas être ancrée à chaque charge résultant du dossier, se référant "A la dette que de accumulation entre charges individuelles toute taxe résultant du dossier unique émerge aux frais du débiteur ".

La règle suppose comme objet de discipline "Le montant résiduel à payer (….) résultant des charges individuelles" et, par conséquent, parle au pluriel de "Dettes", ce qui implique que le résidu, pertinent aux fins de la soi-disant annulation, peut et doit résultent de plusieurs dettes que le dossier contient.

Uniquement si la norme avait été rédigée avec le libellé suivant "Le montant résiduel payable, à la date d'entrée en vigueur du présent décret, à concurrence de mille euros, capital compris, intérêts de retard d'enregistrement dans le rôle et pénalités, résultant de charges individuelles", les vaut mille euros aurait pu être lié à chaque charge, "Étant donné que le résultat de l'examen des différentes charges n'aurait pas pu être additionné, mais aurait en effet pu être référencé à chacun d'eux individuellement".

Ce n'est évidemment pas le cas.

En outre, dans le cas où le dossier signale des charges individuelles de nature distincte, telles que des taxes, des pénalités administratives de diverses natures, "La notion de dette aux fins deidentification de la limite de la valeur de 1000 euros, compte tenu de la diversité ontologique de chaque catégorie de charge et donc de dette, justifie que cette limite doive opérer pour chaque catégorie. Et c'est parce que ce sont des dettes de catégories différentes et, par conséquent, ne peuvent pas être combinées entre elles ".

Sur la base de cet argument, la Cour de cassation a rejeté l'appel du débiteur en affirmant le principe de droit suivant: "Article 4 du décret législatif n. 119 de 2018, convertie, avec modification, en loi no. 136 de 2018, il doit être interprété en ce sens que, si l'avis d'imposition fait état de plusieurs charges, la valeur limite à laquelle se rapporte l'annulation prévue par la loi n'est pas liée à chaque charge, mais à la somme de celles-ci et, si la nature de la les charges sont différentes (taxes, sanctions administratives), de la somme des charges homogènes".