Impôts et cotisations, revenus en baisse de plus de 24 milliards au premier semestre – Championnat d’Europe de Football 2020

12
MILAN – La paralysie de l'activité économique liée à Covid et aux mesures fiscales du gouvernement se fait ressentir sur l'évolution des recettes dans les caisses publiques, mesurée mensuellement par le Mef. Les données sur les recettes fiscales et sociales ont été mises à jour pour l'ensemble du premier semestre 2020 et – indique le ministère – "montrent une baisse globale de 24,194 millions d'euros (-7,4%) par rapport à la même période de l'année. La tendance observée résulte de la variation négative des recettes fiscales (-12211 millions d'euros, -5,8%) et de la baisse, en trésorerie, des recettes contributives (-11 983 millions d'euros, -10, 4 pour cent) ".

Le détail du Mef explique que les recettes fiscales de la période janvier-juin ont baissé de 12 211 millions d'euros (-5,8%) par rapport à la même période de 2019. «L'évolution négative est une conséquence à la fois de la dégradation de la situation économique et de son impact des mesures adoptées par le gouvernement pour faire face à l'urgence sanitaire ". Juin est effectivement allé à contre-courant, mais c'est un effet d'optique dû à une particularité de 2019: la croissance de 3,7% est due au fait que l'année dernière les paiements de juin "de taxes auto-liquidées ont glissé au 1er juillet (le 30 juin tombait un dimanche), et par conséquent la comparaison entre les deux mois, ainsi qu'entre les deux périodes, n'est pas homogène ».

Une variable toujours très observée pour évaluer l'évolution des échanges est la TVA. Eh bien, le chiffre d'affaires de ce poste s'est arrêté à 77 862 millions d'euros (-19 422 millions d'euros, soit -20,0%): 42 880 millions d'euros (-9 615 millions d'euros, soit -18,3%). cent) découlent de la composante relative aux échanges internes et sont concernés par la suspension des paiements établie par le décret législatif 18 et 23 de 2020; 5,097 millions d'euros (-1 772 millions d'euros, soit -25,8%) provenant du prélèvement sur les importations ". D'autres voix ont également payé la facture Covid:" Les recettes des accises sur les produits énergétiques, leurs dérivés et produits les analogues (huiles minérales), égal à 8058 millions d'euros, ont enregistré une réduction de 3261 millions d'euros (-28,8%) également en raison de l'application du décret Relance (art.130-131-132) avec lequel ils sont les pourcentages des paiements mensuels ont été réduits à 80 pour cent. Les revenus du loto et de la loterie se sont élevés à 4277 millions d'euros, enregistrant une baisse de -3 311 millions d'euros (-43,6%) en raison de la suspension des jeux, à partir du 21 mars 2020 et jusqu'au 4 mai 2020, sur l'ensemble du territoire national ".

Même la lutte contre l'évasion fiscale et le recouvrement des arriérés n'étaient pas à l'abri de la période exceptionnelle. Au cours du semestre, «les recettes liées aux encaissements des activités de vérification et de contrôle se sont élevées à 4 127 millions d'euros et ont enregistré une variation négative par rapport à la même période de l'année précédente (-858 millions d'euros, -17,2%). à la fois la composante relative aux impôts directs (-611 millions d'euros, -24,4%) et la composante relative aux impôts indirects (-247 millions d'euros, -10,0%). Ces recettes sont affectées par les suspensions et par les prolongations de paiement des comptes de taxes prévues par le décret Cura Italia et le décret Relaunch », détaille le rapport Mef.

Enfin, en ce qui concerne les contributions collectées au premier semestre 2020, elles se sont élevées à 102 792 millions d'euros, en baisse de 11 983 millions d'euros (-10,4%).