Informations et politique correctes – BUTAC – Foot 2020

30

Informations et politique correctes - BUTAC
 - Foot 2020

Claudio Borghi a gentiment répondu à notre question l'autre jour lorsque nous lui avons demandé où il était nommé. Fondation de Bill Gates sur les vaccins.

J'ai vraiment apprécié votre aimable réponse. Malheureusement, cela m'a montré que Borghi et moi (et ses partisans) avons une manière résolument différente de comprendre les informations correctes.

Vous voyez, Borghi dans son tweet nous montre l'art.37 du décret de relance, qui rapporte:

1. L'extension de la participation de l'Italie à la Facilité internationale de financement pour la vaccination (IFFIm), conformément à l'article 1, paragraphe 99 de la loi du 23 décembre 2005, n. 266, avec une contribution globale de 150 millions d'euros, à débourser en versements annuels jusqu'en 2030, évalués à 30 millions d'euros à partir de l'année 2026. Par ailleurs, le paiement supplémentaire à l'IFFIm pour l'année 2020 de 5 euros est autorisé millions d'euros, pour financer la Coalition pour la préparation aux épidémies (CEPI).
2. Les charges résultant du paragraphe 1 sont prévues, pour 30 millions d'euros par an de 2026 à 2030, au moyen d'une réduction correspondante du Fonds pour les interventions structurelles de politique économique, visé à l'article 10, paragraphe 5, du décret-loi 29 Novembre 2004, n. 282, converti, avec modifications, par la loi du 27 décembre 2004, n. 307 et, en ce qui concerne 5 millions d'euros pour l'année 2020, au moyen d'une réduction correspondante de l'allocation du fonds spécial du compte courant inscrit, aux fins du budget triennal 2020-2022, au titre du programme "Réserve et fonds spéciaux" de la mission «Fonds à allouer» des prévisions budgétaires du ministère de l'Économie et des Finances pour l'année 2020, utilisant en partie la provision relative au ministère de l'Économie et des Finances
finances.

Il n'est pas fait mention de GAVI, de l'Alliance pour les vaccins créée par la volonté de l'OMS, de l'UNICEF et de la fondation de Bill Gates, mais le Fonds international de financement pour la vaccination est mentionné.

De quoi s'agit-il?

Il s'agit d'un instrument financier international né en 2006, grâce à l'investissement initial de 10 pays européens, dont l'Italie. Comme mentionné ci-dessus, nous sommes parmi les dix pays qui l'ont ouvert et garantissent ses fonds obligataires (grâce aux accords conclus au fil des ans). L'IFFIm est né pour soutenir GAVI plus efficacement. L'IFFIm est née grâce à l'argent des États suivants (par ordre de couverture financière, du plus élevé au plus bas):

  • Royaume-Uni
  • France
  • Italie
  • Australie
  • Norvège
  • Espagne
  • Hollande
  • Suède
  • Afrique du Sud
  • Brésil

Les engagements pris avec l'IFFIm sont actuellement de trente-deux ans. Ce n'est pas un choix fait aujourd'hui, mais en 2006 (pendant vingt-cinq ans, prolongé plus tard). L'Italie s'est engagée à contribuer au fonds, elle ne peut se retirer sans conséquences. Le montant du soutien accordé au même fonds peut varier. Nous sommes définis comme des «donateurs», mais après les années du fonds, nous pouvons réintroduire, si nécessaire, ce que nous avons donné, ou continuer avec le soutien; entre-temps, cependant, notre contribution a permis de générer un trafic de capitaux permettant à GAVI de vacciner (et d'autres aides sanitaires, à la demande du pays demandeur) de nombreux enfants. Nous avons promis 635 millions de dollars pour le moment. Le Royaume-Uni près de 3 milliards, la France près de 2.

d'où vient cet argent.

Les états financiers 2006

Avez-vous lu attentivement l'extrait de Borghi? Il est fait référence à loi 266 de 2005, article 1, paragraphe 99, du budget 2006 du gouvernement Berlusconi. Le paragraphe dit:

La participation de l'Italie à l'autorisation est autoriséeFacilité internationale de financement pour la vaccination (IFFIm), avec une contribution globale de 504 millions d'euros, à débourser en versements annuels, jusqu'en 2025, avec une charge égale à 3 millions d'euros pour l'année 2006, à 6 millions d'euros pour l'année 2007 et valorisée en euros 27,5 millions en 2008.

Ainsi, l'institution financière du gouvernement Berlusconi a établi en 2005 que l'Italie, chaque année, jusqu'en 2025, paierait 27,5 millions par an. Cet argent a été inclus dans le budget de 2005, ce sont des fonds qui étaient couverts à l'époque. Conte dans le décret de relance a prolongé ces fonds jusqu'en 2030, avec une augmentation de 2,5 millions par an. De 27,5, nous passons à un investissement de 30 millions par an jusqu'en 2030.

Cet argent vient-il d'où? Chaque décret doit indiquer d'où vient l'argent. Eh bien, cet argent, comme expliqué ci-dessous dans le texte qui montre Borghi dans son tweet, provient de ce que l'État met de côté article 10, paragraphe 5 de la loi 282 de 2004:

Afin de faciliter la poursuite des objectifs de finances publiques, également par des interventions visant à réduire la pression fiscale, un "Fonds pour les interventions structurelles de politique économique" a été créé dans les prévisions du Ministère de l'économie et des finances. qui constitue le chiffre d'affaires le plus élevé, évalué à .215,5 millions d'euros pour l'année 2005

Par conséquent, l'argent à donner à l'IFFIm est déduit d'un "Fonds pour les interventions structurelles de politique économique". C'est de l'argent qui est versé au Fonds d'année en année en fonction des choix faits dans la programmation des états financiers précédents. Il s'agit de la loi de stabilité de 2015 au paragraphe 189 de l'article 1:

Le Fonds pour les interventions structurelles de politique économique, visé à l'article 10, paragraphe 5, du décret-loi du 29 novembre 2004, n. 282, converti, avec modifications, par la loi du 27 décembre 2004, n. 307, augmenté de 350 millions d'euros pour l'année 2015, 282,8 millions d'euros pour l'année 2016, 332,7 millions d'euros pour l'année 2017, 211 millions d'euros pour l'année 2018, de 219,5 millions d'euros pour l'année 2019, de 231,4 millions d'euros pour l'année 2020, de 309,65 millions d'euros pour l'année 2021, de 324,05 millions d'euros pour la 2022, 326,75 millions d'euros pour l'année 2023, 327,25 millions d'euros pour l'année 2024, 330,25 millions d'euros pour l'année 2025 et 339,85 millions d'euros par an à partir de l'année 2026.

Ils ne peuvent être utilisés pour autre chose que ce qui est dit ou des politiques économiques. Une subvention à long terme avec une facilité de financement internationale dont nous faisons déjà partie est l'une des choses qui peuvent être faites avec ces fonds. La politique et la bureaucratie sont des questions complexes, mais elles ne devraient pas l'être pour Claudio Borghi, président de la Commission du budget, du trésor et de la planification.

Dans la vidéo dont nous avons parlé dans l'épisode précédent, Borghi n'a jamais fait référence aux chiffres et à la programmation, maintenant nous savons qu'il s'agit d'un total de 150 millions répartis sur cinq ans à partir de 2025, et provenant d'un fonds que nous ne pouvons cependant pas utiliser pour ce que nous il nous semble, mais uniquement pour des opérations de ce type. En plus de cela, 5 millions d'euros devraient être décaissés cette année, y compris ceux d'un autre fonds existant. Borghi dans sa vidéo a déclaré:

… Je ne sais pas combien il y en a, mais beaucoup d'amendements qui annulent cela, la contribution à la fondation par l'État, la fondation de Bill Gates et aux vaccins pour les affecter à d'autres choses destinées peut-être aux chômeurs à allouer aux jardins d'enfants pour de les allouer aux handicapés de les allouer … non? … bref, autre chose …

Avec 5 millions d'euros, malheureusement, les handicapés, les scolaires et les chômeurs font très peu. Surtout si l'on pense que grâce à ces 5 millions d'euros, sans perte réelle, vous contribuez à améliorer la santé des pays les plus nécessiteux. La tâche de la Commission Borghi est également de juger s'il est correct de les utiliser de cette manière.

J'espère qu'ils le font avec leur tête.

Je ne veux pas commenter la myriade de commentaires, évidemment contre BUTAC, que le tweet de Borghi a généré, si vous le souhaitez, vous pouvez les lire sur son profil. Je me suis amusé pendant un moment, puis je me suis ennuyé, ou est-il plus correct de dire déprimé?

maicolengel chez butac punto it

Si vous avez aimé l'article, soutenez-nous sur Patreon ou plus Pay Pal! Le coût d'un café peut être suffisant!

Informations et politique correctes - BUTAC
 - Foot 2020