Investissements dans l'éolien offshore, un nouveau record pour l'Europe – Championnat d’Europe 2020

25

La pandémie n'a pas arrêté le secteur qui a levé en 2020 26,3 milliards d'euros de nouveaux projets. Un chiffre record à partir duquel jusqu'à 7,1 GW de capacité verte prendront vie dans les années à venir

investissements dans l'éolien offshore
Photo de moerschy de Pixabay

Royaume-Uni, Pays-Bas, Allemagne et France: premiers investissements dans l'éolien offshore

(Rinnovabili.it) – Le investissements dans l'éolien offshore contester la crise. Même la pandémie COVID-19 n'a pas ralenti la marche du secteur, qui devrait désormais dépasser 25 GW de capacité éolienne installée en mer. Ceci est confirmé par les données de WindEurope qui expliquent comment l'Europe a en 2020 levé 26 milliards d'euros pour ses futures fermes offshore. Un chiffre record qui financera, en pratique, 7,1 GW de nouvelle capacité.

Pour Giles Dickson, PDG de l'association c'est "Un énorme vote de confiance". «Les investisseurs ont réalisé que l'éolien offshore est bon marché, fiable et résilient. Et que les gouvernements veulent plus », dit Dickson. "Ces investissements créeront des emplois et de la croissance. Chaque nouvelle turbine en mer génère 15 millions d'euros d'activité économique. Les 77 000 personnes travaillant dans ce domaine en Europe aujourd'hui seront 200 000 d'ici 2030 ».

En réalité, les ressources prévues ne sont étonnantes que si l'on considère la situation économique actuelle. Au-delà de la crise, en effet, le secteur fait preuve d'une bonne mobilité des flux depuis des années. Tellement bon qu'il a installé l'année dernière 2,9 GW de nouvelles turbines en mer, portant la capacité globale du segment à 25 GW au total. En détail, en 2020, ils sont neuf usines ont été mises en service dans les eaux de cinq pays. Les Pays-Bas ont connecté 1 493 MW au réseau et ont achevé les 752 MW du projet Borssele 1 & 2. La Belgique a activé 706 MW, le Royaume-Uni 483 MW et l'Allemagne 219 MW. Le Portugal a achevé l'installation de la première usine flottante.

Lire aussi L'UE finance le parc éolien flottant du Portugal

Où se concentre la croissance future? Selon les rapports de WindEurope, les principales décisions finales d'investissement dans l'énergie éolienne offshore appartiennent à Royaume-Uni, Pays-Bas, Allemagne et France. Mais de nouveaux acteurs se présentent sur le marché. "L'éolien offshore ne concerne plus seulement la mer du Nord. Cela devient rapidement une affaire paneuropéenne. De plus en plus de pays s'y engagent. La Pologne, l'Espagne, la Grèce, l'Irlande et les trois États baltes ont des plans nationaux spécifiques. Et l'avancement rapide des turbines flottantes facilitera la construction dans l'Atlantique, la Méditerranée et la mer Noire "dit Dickson.

Lire aussi L'énergie éolienne flottante baigne dans la mer de Sicile: un maxi projet de 2,9 GW

Main dans la main la taille du vent évolue. La puissance moyenne des éoliennes installées l'an dernier était de plus de 8 MW. Mais 2020 a également vu d'importantes commandes pour la turbine Haliade-X de 13 MW de GE, tandis que Siemens Gamesa a annoncé sa nouvelle turbine de 14 MW. Et aujourd'hui, les nouveaux parcs éoliens offshore fournissent des facteurs de capacité supérieurs à 50%.

«De nombreux pays se sont engagés à utiliser i Contrats pour différence (CfD) comme modèle de financement de l'éolien offshore. C'est un outil économique pour les gouvernements: ils paient et sont remboursés selon les prix du marché. Et cela réduit considérablement les coûts de financement, ce qui signifie des factures moins élevées pour les consommateurs d'énergie. Le Royaume-Uni, le Danemark, la Pologne, la France, l'Irlande et la Lituanie utiliseront désormais tous les CfD "a ajouté le PDG.