Istat, recul des exportations en octobre – Championnat d’Europe 2020

12
Livre photo de nu artistique de la collection Nu & Beauté. Avec de jolies jeunes filles dans un bain noir aux reflets colorés.
Comment Maîtriser Votre Excitation, Contrôler Votre Ejaculation et Augmenter Votre Endurance au Lit et Donner Plusieurs Orgasmes à Votre Partenaire Dès Ce Soir, en Utilisant une Méthode 100% Efficace

(Teleborsa) – En octobre, pour la première fois depuis mai, les exportations ont enregistré un ralentissement économique (-1,3%) qui représente près des deux tiers de la baisse des ventes de biens de consommation non durables sur les marchés finaux de l'UE (-0,3%) et extra-UE (-2,3%) et biens intermédiaires vers des pays tiers. Istat le note, expliquant que sur une base annuelle, les exportations reviennent à enregistrer une forte baisse (-8,4%, après +1,1% en septembre), qui est cependant influencée par des mouvements occasionnels à fort impact (construction navale), enregistrés en octobre 2019; net de ceux-ci, la baisse est moins marquée (-6,5%).

Les importations, en revanche, ont enregistré une nouvelle reprise économique (+ 1,4%) – après le léger recul de septembre – expliqué pour 1,1 point de pourcentage par la hausse des achats de biens d'équipement et de biens intermédiaires; sa baisse annuelle est accentuée. En octobre, les prix à l'importation ont marqué une nouvelle hausse sur le mois et une légère réduction de la tendance à la baisse, en raison notamment de la dynamique des prix des biens d'équipement dans la zone euro.

Au cours du trimestre août-octobre 2020, par rapport au précédent, il y a eu une augmentation de 13,5% des exportations et des importations. Les augmentations des ventes de biens d'équipement et de biens intermédiaires sur les marchés, UE et non UE, contribuent, pour plus des deux tiers, à l'augmentation des exportations – explique l'institut statistique.

Tous les principaux secteurs d'activité économique, à l'exception des véhicules automobiles (+ 19,6%), contribuent à la baisse tendancielle des exportations. Les contributions les plus importantes proviennent des moyens de transport, à l'exclusion des véhicules automobiles (-24,9%), des produits pétroliers raffinés (-58,6%), des machines et appareils n.c.a. (-6,2%), maroquinerie, hors vêtements et similaires (-16,3%) et articles pharmaceutiques, chimico-médicinaux et botaniques (-10,6%).

Sur une base annuelle, je pays qui contribuent le plus à la baisse des exportations sont les États-Unis (-20,1%), la France (-10%), l'Espagne (-14,2%), le Royaume-Uni (-11,9%), les pays de l'ASEAN (-26,5%) et la Russie (- 18,1%). Les ventes vers la Suisse (+ 6,1%), la Pologne (+ 6,0%) et les pays du MERCOSUR (+ 16,8%) ont augmenté.

Au cours des dix premiers mois de l'année, la baisse des exportations (-12,0%) s'explique notamment par la contraction des ventes de machines et équipements n.c.a. (-15,3%), produits pétroliers raffinés (-41,7%), maroquinerie, hors habillement, et similaires (-22,4%), métaux communs et produits métalliques, hors machines et installations (- 9,5%) et moyens de transport, hors véhicules automobiles (-15,4%).

En octobre Istat estime que la balance commerciale diminuera de 808 millions d'euros (de +8,373 millions en octobre 2019 à +7,565 millions en octobre 2020). Net des produits énergétiques, le solde est de +9359 millions d'euros (il était de +11150 millions en octobre 2019).