La Chine, l'Italie, au premier semestre 2020, perd 27,8%, à 47,86 millions d'euros. Mauvaises bulles – Euro 2020

23

Si les importations de vin ralentissaient déjà à partir de 2018, la crise du Coronavirus n'a certainement pas favorisé la reprise des échanges avec la Chine, qui, dans les 6 premiers mois de 2020, a marqué un effondrement vertical dans chaque catégorie: en bouteille, mousseux, en vrac, bag-in-box. Données particulièrement dures en avril et mai, avec une baisse de 50%, tandis qu'en juin la baisse s'arrête à 30%, suggérant que le pire est désormais derrière nous. Personne n'est sauvé, dans ce premier semestre, qui marque une baisse de 31,9% par rapport à la même période de 2019, avec des expéditions de vin vers la Chine à 215 millions de litres pour un chiffre d'affaires de 710 millions d'euros, et un prix moyen de 3,3 euros le litre (+ 2%), comme l'analyse deOemv – Observatoire du marché du vin espagnol sur les données douanières chinoises.
La plus forte baisse de volume est celle du Chili, qui perd 51,8%, tandis que l'Italie laisse 6,27 millions de litres au sol, soit 32,5% par rapport aux exportations des 6 premiers mois de 2019. pour un chiffre d'affaires de 47,86 millions d'euros, en baisse de 27,8%. L'Italie qui reste cependant le quatrième partenaire commercial de la Chine, derrière l'Australie (270 millions d'euros sur la période, -20,9%), la France (186 millions d'euros, -37,1%) et le Chili (93,3 millions d'euros, -41,7%).

Le seul pays en territoire positif est l'Argentine, qui remplace le Chili dans le segment du vrac et croît en valeur de 24,8%, à 11,7 millions d'euros. A noter également les + 16% en volume de bulles espagnoles, contre -39% des bulles italiennes, qui restent toujours en tête, avec les bulles françaises, toutes deux en baisse de 30%. Enfin, l'évolution des 12 derniers mois (de juin 2019 à juin 2020), qui marque un -20% en valeur et en volume, à 512,3 millions de litres et 1,73 milliard d'euros.


Contacts: info@winenews.it
Suivez-nous également sur Twitter: @WineNewsIt
Suivez-nous également sur Facebook: @winenewsit


Cet article est extrait des archives WineNews – Tous droits réservés – Copyright © 2000/2020