La plainte: "Réductions financières de la rente aux victimes de l'amiante" – Foot 2020

16

BOLOGNE – La loi de finances 2021 approuvée au Parlement réduit le revenu supplémentaire des victimes de maladies liées à l'exposition à l'amiante. Le problème est soulevé par Afeva Emilia-Romagna, l'association des familles et des victimes de l'amiante dans la région. D'une part, explique l'association, dans la loi de finances la disposition des prestations fournies par le Fonds d'aide aux victimes de l'amiante a été "confirmée et structurée" pour les années 2015-2020, en faveur des patients atteints de mésothéliome pour non exposition professionnel. Une mesure qui aurait dû expirer le 1er janvier 2021 et qui prévoit une redevance unique de 5 600 euros, portée à 10 000 euros par la loi Milleproroghe 2020. C'est un «commentaire définitivement positif»a Afeva- moins positive est la mesure concernant les victimes de maladies liées à l'amiante dues à des expositions professionnelles". Le revenu complémentaire à celui de l'Inail avait été porté à 20% jusqu'en 2020, rappelle l'association. "La mesure approuvée dans le budget 2021 porte la rente à une valeur fixe de 15% de manière structurelle – souligne Afeva – mais avec une coupe nette de 5%". Le financement total prévu est en tout cas croissant et passe de 39 millions d'euros pour 2021 à 51,45 millions d'euros par an à partir de 2030, auxquels s'ajoutent 4,8 millions d'euros par an pour couvrir les dépenses. des victimes environnementales et familiales. Pour l'association, cependant, il est «également négatif que entreprises, ceux qui ont contribué à l'exposition des travailleurs à l'amiante, qui ont contribué à la valeur de 7,5 millions par an avec une charge supplémentaire sur les primes Inail, sont définitivement exonérés du paiement du supplément ". Cela confirme le "processus de dé-responsabilisation de ceux qui avaient engendré le problème de l'amiante pour non-respect des mesures de sécurité censées protéger les travailleurs– Les attaques d'Afeva – et cela montre comment le lobby des industriels de ce pays trouve toujours des oreilles attentives dans les bâtiments de la politique, même au-delà de ce qui est nécessaire. Si cette contribution avait été confirmée, les revenus pourraient probablement avoisiner 20% ». Mais ce n'est pas tout. Selon l'association, en effet, «pour augmenter la confusion et l'alarme des familles nous avons pensé Inail, qui a remis en décembre aux bénéficiaires de la rente un bordereau dans lequel la part additionnelle relative au fonds a été ramenée à zéro, générant une chorale manifestation". Inail a cependant demandé au ministère du Travail «un décret d'application donnant le feu vert au financement prévu par la loi de finances», afin de pouvoir payer la quote-part et recouvrer les arriérés. Aussi Inail, entre autres, "est devenu le protagoniste d'une initiative peu transparente", conteste encore l'association, avec une proposition de réforme du fonds prévoyant "la suppression du comité de direction", dont les syndicats et les associations de victimes, et la «distorsion du fonds lui-même. Une attitude plus transparente et prudente aurait été recommandée de la part d'Inail – accuse Afeva – nous allons maintenant activer la discussion sur la réforme du fonds en faisant des propositions pour récupérer ses principes inspirants, qui jusqu'à présent ont été largement ignorés ".